Forum City-Fantastique

 

 :: About the Identites :: Introducing Myself :: Fiches validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Mark Armstrong - Le chevalier noir à quatre pattes

Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
MessageSujet: Mark Armstrong - Le chevalier noir à quatre pattes
Le gars qui doit
se trouver un rang !
Spirit
♦ Posts : 30 ♦ Rps : 0


♦ Adresse : //

Mark a une allergie toxique au lait et il a une tache de naissance en forme de pentagramme sur le torse
♦ Byw depuis le : 17/04/2018
Soul

BY MY WAY
Dispo ?: Oui :)
Nature:
Relations:
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 18 Avr - 4:10
Mark Armstrong

Wise Oldens

Nom: Armstrong, mais son véritable nom est O'Cinnéide
Prénoms: Mark, mais là encore son véritable prénom est Ardghal qui signifie grande valeur en irlandais
Âge: 50 ans
Date et Lieu de Naissance 3 octobre 1968 à Dublin, en Irlande Nationalité: Irlandais et est résident permanent des États-UnisÉtudes-Métier: Garde de sécurité de nuit au siège social du grand empire pétrolier O'Cahan.
Situation Financière: relativement aisée
Orientation Sexuelle bisexuel
Statut Civil: marié

ft. Robert Downey Jr
white rabit





Un chat ne retombe pas toujours sur ses pattes

Dites nous en quelques points tout ce que vous voulez sur la personnalité de votre personnage: traits de caractère, habitudes, tics, tocs, hobbies, phobies, manies, passions, traits physiques particuliers... Tout ce que vous voulez *_*

Malin Courageux Têtu Patient Observateur Déterminé Énigmatique Solitaire Bienveillant Courtois Consciencieux Chevalier des temps modernes Froid Blasé Bourru Lunatique Timide Aimant Fait de la natation pour se détendre A été un sportif dans sa jeunesse A une tache de naissance en forme de pentagramme sur le torse A tendance à écrire sur un papier lorsqu'il parle avec quelqu'un ou avec un groupe de personnes A une allergie mortelle au lait, mais peut manger du fromage et du yogourt A une cicatrice à l'intérieur de la jambe gauche Aime s'enfuir sous sa forme chat des heures sans le dire à personne, juste pour lâcher prise Fait passer pour fou selon les voisins de son quartier Se sent rarement à sa place lors de grandes réceptions malgré un accoutrement classique et discret A le tract de parler devant des gens Sous sa forme chat, adore se faire gratter la tête S'endort facilement partout qu'il a déjà rater plusieurs fois une station d'autobus et/ou de métro.

nom du pouvoir/créature ici

Selon les points ci-dessous, dites nous en un peu plus sur votre côté surnaturel. Tous les petits détails comptent. *_* Les questions sont là pour vous donner une idée de ce qu'on veut savoir, ne vous sentez pas obligés d'y répondre à la lettre.

づ Découverte et nature du don: On ne découvre pas être Bakenako. On naît avec la capacité d'être un chat et un humain en même temps. Très jeune, j'étais entouré de mes parents, de mon frère et de ma meilleure amie et donc il n'y a eu aucune surprise lorsque j'ai pris ma forme chat pour la première fois. J'étais très jeune. J'avais environ six ou sept ans. Mon chat prend le nom de Lugh, un héros de la mythologie irlandaise.

づ Mécanisme de déclenchement et fonctionnement: Aujourd'hui, je contrôle mieux Lugh, mais il peut encore arriver qu'il cherche à sortir lorsque je vis des émotions fortes telle la colère ou l'amour. Quel fou rire on a eut lorsqu'on a fait l'amour la première fois, Bridget et moi. On avait environ 17 ans et subitement nous nous retrouvions sur le lit sous la forme de notre chat. Nous n'avions jamais oublié cette anecdote. Lorsque Lugh domine, tout comme sous forme humaine, j'ai une meilleure vue la nuit et je peux me mouvoir sans un bruit. J'entends mieux et je peux capter les ultrasons. Je dois dire que j'ai un bonne agilité et oui, je retombe toujours sur mes pattes ... Ok, sauf une fois, mais c'était parce que mes enfants s'amusaient à me déstabilisé : on avait bien rit. Heureusement que je guérit plus vite même si Bridget m'avait dit que j'était trop douillet. Haha ! C'était le bon temps cette époque. J'aime parler avec Lugh aussi. Cela m'aide, je crois, à le contrôler et à contrôler toutes mes émotions. C'est agréable de me retrouver de cette manière, de penser tel si je faisais de la méditation. Je lui parle par mes pensées ou plutôt grâce à mes émotions. C'est difficilement explicable pour moi, car c'est si instinctif. J'ai aussi de plus de facilité à me concentrer lorsque je suis sous cette forme. Mon regard reste stable sur mon objectif et jamais je ne cille ou quitte du regard mon but. Ces dernières années, je n'ai jamais perdu quelqu'un ou quelque chose en fait : en tout cas, lorsque Lugh est dominant. Ah oui, apparemment j'aurais aussi neuf vies.

づ Inconvénients: Outre le fait que Lugh s'anime sous de fortes émotions sans que je sois capable de le contrôler, il m'est arrivé que trop souvent d'être nu à la suite d'une transformation subite. Cela m'est surtout arrivée durant mon enfance puis, durant mon adolescence. Toutefois, et oui, je me suis déjà retrouvé complètement nu dans des circonstances plus que gênantes ces dernières années. Il faut dire que ma vie n'est pas des plus rose non plus en ce moment. Mes métamorphoses ont été douloureuses jusqu'à environ ma poussée de croissance à l'adolescence. Maintenant, c'est très rapide et cela ne fait plus mal. Enfin, cela fait mal encore avec une maladie, avec une faiblesse émotionnelle, etc. Ce n'est pas facile la vie parfois, je vous le dis. Puis, si je ne sors pas Lugh au moins une fois par jour, il me donne une de ses migraines. C'est comme s'il se mettait à me griffer à l'intérieur de moi. Cela m'est arrivé quelques fois lorsque je travaillais tard au poste de police. C'est horrible et si j'essaie de le calmer, il griffe plus fort. Les ultrasons peuvent aussi me donner des migraines s'ils sont trop forts. Avez-vous déjà vu un chat durant un orage ou lorsqu'il y a de la musique forte non loin ? Si ce n'était pas l'alcool, c'était le bruit qui me faisait sortir d'une boîte de nuit avec un mal de crâne atroce. J'ai aussi la mauvaise tendance à m'endormir partout que ce soit dans un moyen de transport ou assis dans un parc. Il m'est arrivé souvent de manquer un arrêt d'autobus ou une station de métro comme cela. Ah oui, les chats semblent m'aimer ... Un peu trop. C'est comme Kiki. C'est la chatte de mes voisins qui est probablement en chaleur huit mois sur 12. J'espère juste qu'un Bakenako ne peut pas se reproduire avec un chat.

づ Maîtrise et Contrôle: Je dirais 7, mais 6 lorsque je suis malade ou plutôt stressé et émotionnellement instable. En ce moment, c'est plutôt 6.

づ Autres précisions: J'ai aussi un problème avec ma concentration. Sous forme humaine, cette concentration peut devenir une folie pour moi. C'était comme si Lugh tentait de me dominer sous forme humaine aussi. C'est cette instinct de chasse, l'instinct de tueur et de dévorer mes proies. Je deviens un véritable fou furieux et je tus mes ennemis sans aucune once de pitié les déchiquetant jusqu'à l'os. Je suis un fou, mais j'essaie de le cacher, de le contrôler. J'essaie ...

ma vie, mon histoire

Racontez-nous en cinq points ou plus les détails importants de la vie de votre personnage. En mode histoire ou en mode rappel d’événements importants qui ont fait de lui ce qu'il est aujourd'hui. Dites nous tout, on veut tout savoir *_*

Les première années

Enfant, je n’ai jamais été riche. Bien au contraire, mes parents faisaient tout leur possible pour être capable de faire vivre mon frère et moi. Je m’appelle Ardghal O’Cinnéide et ma vie fut loin d’être un long fleuve tranquille. Je ne manquais pas d’amour, mais mes parents ne pouvaient pas toujours s’occuper de moi. Mon frère avait 10 ans de plus et donc nous n'étions pas proches. Je crois que mon père travaillait dans une usine de bière et ma mère était serveuse dans un restaurant. J’ai donc appris très jeune à me débrouiller seul. J’ai appris à contrôler Lugh seul ce qui m’a souvent causé le désagrément d’être, par exemple, nu au beau milieu d’une ruelle. Mes notes à l’école n’ont jamais été flamboyantes, car je n’aimais pas me retrouver les fesses sur une chaise pendant des heures à apprendre des choses que je savais déjà. Je crois que j’étais un génie déjà à cet âge. Enfin, le problème était aussi que je somnolais souvent en classe incapable de me concentrer. Je n’avais pas de problème d’attention, mais je n’aimais pas l’école. Peut-être devrais-je révolutionner l’école ? Enfin, tout ce qui m’intéressais à l’école était l’histoire, surtout celle de l’Irlande pour une question de fierté. Je me sentais, ainsi, plus fier de ma pauvre famille. C’était aussi de comprendre qu’il n’y avait pas que nous, Bakenakos les félins-chats, comme créatures surnaturelles dans les légendes. Pourtant, rien n’était bien reluisant du côté examens et notes de bulletin. Je ne faisais pas d’efforts parce que je faisais la grève contre l’école pour que cela évolue. Ha ! J’ai dit que j’étais un génie, non ? Eh bien ça, c’était totalement idiot. C’est dans le sport ou j’excellais vraiment. Observateur et concentré, j’était l’attaquant de l’équipe de football de mon école à l’adolescence. J’adorais cela. J’en était même devenu arrogant et narcissique, la popularité manquait sans cesse de m’étrangler. Je marchais dans la rue tel un paon. Les filles se pâmaient devant moi chacune désirant être ma copine. Pourtant, je n’ai été amoureux que d’une seule personne toute ma vie. Elle.

Elle s'appelle Bridget. Elle et moi nous, nous connaissions depuis notre tendre enfance. Nos familles sont toutes deux des Bakenakos et on était destinés l’un à l’autre depuis notre naissance. Enfants, on trouvait cela dégueulasse. Maintenant, c’est évidemment bien différent vu que nous sommes mariés. Bridget a été ma confidente, ma meilleure amie depuis mon enfance. Aussi pauvres l’un que l’autre, elle m’aidait à contrôler mon chat comme je l’aidais avec le sien. Elle a toujours été capable de lire en moi comme dans un livre ouvert; cela a toujours été la seule personne qui puisse le faire. Elle est aussi gentille qu’elle peut être forte et farouche arrivant même à m’effrayer. Nous sommes tombés amoureux à 15 ans puis, nous nous sommes fiancés à 17 ans. Le mariage se fit devant nos familles uniquement et cela dès notre majorité. C'est mon ange, mon âme-sœur qui me complète à tout point de vue.

Depuis mes 15 ans, j’avais de grandes ambitions. Je voulais gagner la bourse d’études en sport puis, aller étudier aux États-Unis et devenir un joueur de football international renommé. Bridget était aussi optimiste que moi et souhaitait évidemment me suivre dans mon escapade. Nous nous évaderons avec notre chat dans le parc du Yellowstone ou bien au travers le désert de l’Arizona. Vous vous doutez bien que mes rêves ne furent pas devenus réalité. Je n’ais jamais eu la bourse.

En colère, je fus aller me promener le soir dans un coin malfamé de Dublin. Saoul, je me suis battu avec un gang de rue. Le chef de la bande me poignarda la cuisse gauche, cicatrice que j’ai encore aujourd’hui. Incontrôlable, je changeais soudainement de forme dans une douleur atroce dut à la blessure. Surpris de ma transformation, je forçais Lugh à retourner à l’intérieur, ce dernier devenant rouge de rage. Toutefois, horrifié par cette vision de félin-humain, le chef de la bande se ruait sur moi … et je tuais. Lugh tuait. Je tuais. Je ne sais pas trop ce qui s’était passé. Je ne fis pas seulement le tuer. Nous étions tellement en colère, Lugh et moi, que je faisais gicler le sang partout prêt à le dévorer ensuite de mes canines tranchantes de félin. Puis, je me sentis coupable.

Un policier était arrivé au même moment, alerté par le bruit, pour voir la scène. J’étais en pleurs et j’avais peur. Il n’avait pas semblé apercevoir mon chat, toutefois; j’en fus soulagé. Pourtant, il ne m’arrêtait pas optant plutôt pour des heures communautaires dans la rue et au poste de police pendant des mois. Je n'ai jamais compris le pourquoi du comment avant deux mois.

J’étais cynique et bourru au début mais, le policier fut finalement devenu mon ami et un jour, devant un bon et copieux repas, il me dit les mots suivants : Tu as 17 ans. Tu as toute ta vie devant toi. C’est pour ça que je ne t’ais pas dénoncé. Je n’avais pas envie de pourrir la vie d’un jeune homme. Je sais que tu vaux plus que tu ne le penses en ce moment. Tu peux réussir. Ce monde est cupide et vil, mais tu peux faire une différence et réussir. Ne gâche pas ta vie, idiot et surtout laisse parler ton cœur en premier. Alors, j’ai pensé pouvoir faire une différence. Je voulais éviter que d’autres jeunes comme moi en viennent à tuer et ruiner leur vie. Je voulais faire une différence. C’est comme ça que je commençais à apprendre le métier de policier.  

J'ai trouvé un Ange

Durant plusieurs mois, je fis mes études en compagnie de mon mentor et ami au poste de police. On me donnait des petites tâches, mais c’était surtout de la théorie à lire et de la paperasse en remplir. J’étais tellement impatient de faire du terrain. Patience me disait l’autre. Oui, j’ai bien changé. On change en 30 ans. C’était durant ma formation que Bridget tombait enceinte. Oui, en fait, on l’avait bien mérité vu que je ne passais pas une soirée sans lui donner le plaisir qu’elle méritait. Elle me l’annonçait devant un dîner romantique aux chandelles. J’étais heureux. Je l’embrassais. Je criais ma joie.

Mais …

Notre appartement miteux de Dublin était trop petit pour nous deux et un enfant. Puis, je refuserais que cet enfant vive dans un appartement aussi miteux. Alors, on se mit à chercher une maison pas trop chère. Je cherchais ardemment cette maison en faisant souvent des nuits très courtes. Je ne voulais pas quitter Dublin. C’était ma ville natale; je ne connaissais rien d’autre. Puis, nos parents y vivaient. Mais il a fallu nous rendre à l’évidence que c’était peine perdue compte tenu du prix élevé des maisons dans la capitale. C’est Bridget qui a arrêté notre choix sur notre maison de rêve. C’était une belle demeure toute familiale, avec jardin fleuri, dans une petite ville du sud-est de l’Irlande; Waterford. J’avais eu un peu peur concernant mon boulot de policier dont je terminais le stage, mais Bridget sut une fois de plus me rassurer : que les citoyens de Waterford n’attendaient qu’un ingénieux et bel homme tel que moi pour les rassurer et les aider. Elle me faisait rire. Étais-je si beau ? N’avait-elle pas peur que je me laisse tenter par toutes ces femmes ? Et elle me donnait une tape. Aïe. Ne jamais taquiner une femme enceinte, messieurs.

Priam naquit dans notre nouvelle demeure la même journée ou je devenais policier à part entière à Waterford. Ouais, de voyager entre le poste de police et l’hôpital a été plutôt éreintant. Pourtant, je ne ressentais même plus la fatigue lorsque je pus enfin poser les yeux sur lui : mon fils. J’étais fier. J’étais père. J’aillais protéger ce petit et lui apprendre pleins de choses. Tout ce que mon père n’a jamais pu faire pour moi.

Priam était un garçon éveillé dès son plus jeune âge. Il est aussi intelligent que moi comme j’aimais le rappeler à sa mère dans un petit sourire taquin. Toutefois, Priam ne restait pas seul bien longtemps. Il avait quatre ans lorsqu’il fut rejoint par ses sœurs jumelles Morgana et Liadan toutes aussi intelligentes et brillantes que lui. Liadan n’était pas seulement intelligente et ingénieuse, car elle m’aimait aussi beaucoup. Je me rappelle encore son premier mot : papa. Pourquoi moi ? Pourquoi pas sa mère ?  Je n’eus jamais la réponse, mais elle m’émouvait, me faisait sourire et me rendait fière en même temps. Je savais que Bridget en était jalouse : elle n’avait jamais réussi à calmer Liadan lorsque celle-ci était bébé. Pourtant, je n’avais jamais aucun problème. Alors que Priam avait déjà sa fierté masculine, Liadan dormait seulement lorsque je revenais à la maison. Si je revenais tard, comme cela pouvait arriver souvent, j’allais la border. Je n’ai jamais reproché cet amour de fille pour son père. Aujourd’hui, je crois que j’aurais dû, pourtant. Enfin, passons. On inscrivait nos enfants à plusieurs cours et ils devaient nous dire ce qu’ils préféraient. On souhaitait les rendre curieux et sociable sur le monde qui les entourent. Je voulais éviter qu’ils deviennent de pauvres idiots de ruelles comme on l'était Bridget et moi. Oh ! Je me souvent encore lorsque Liadan avait décidée de jouer du violon à ses quatre ans. On était allé voir un concert dans le quartier et elle en a été subjuguée. Je suis heureux, pourtant, qu’elle ait changé pour le violon traditionnel irlandais : dont j’oublie toujours le nom. Je vous jure qu’un violon provoque des ultrasons ! Enfin, nous étions heureux. J’étais heureux. Priam et Liadan faisaient la fierté de l’école en sautant des classes, mais aussi la jalousie des autres parents. Moi qui n’avait jamais aimé l’école, je devais quand même avouer aimer regarder les airs ahuris des autres parents devant tant d’intelligence et malignité. Certes, je n’en reste pas moins à penser que l’école doit être révolutionnée.

Bridget et moi, on avait aussi nos emplois respectifs. Elle travaillait comme enseignante alors que je faisais régner la paix dans la ville. Elle avait des heures plus stables en plus de deux mois de vacances en été. Au contraire, je pouvais travailler des heures lorsqu’un crime se pointait. Heureusement, dans une petite ville comme Waterford, c’était très rare. Non, je n’avais quand même pas des heures normales. Je travaillais beaucoup pour essayer de rendre ce monde meilleur. Je pensais y être arrivé à un moment. J’essayais d’être aussi présent pour ma famille surtout concernant les chats de mes enfants. Ils sortaient l’un après l’autre et on avait eu plusieurs petits inconvénients. Rien de bien dramatique heureusement. Parfois, je me sentais coupable auprès de Bridget de la laisser seule. Et elle me déculpabilisait le soir, seuls à seuls, dans notre chambre à coucher. Ah, Bridget. Je t'aimerais toujours. Toujours. On a fait plusieurs voyages familiaux : Londres, Paris, Édimbourg. On a fait aussi quelques voyages de couples, laissant les enfants chez les parents de Bridget, pour passer un bon moment, seuls. Toutefois, tout se compliquait lorsque j’eus 25 ans. J’ai été mis sur une mission importante qui me demandait à infiltrer un groupe associé à la mafia. On ne savait pas quelle branche de la mafia ce groupe touchait, mais il y avait eu plusieurs reventes de drogues dans la ville. Je n’avais pas eu envie de mentir à ma famille, de me faire passer pour un pompier. J’en fus obligé néanmoins. Bridget savait que je n’étais pas vraiment pompier, mais j’avais interdiction formelle de lui en dire plus. J’étais devenu le meilleur élément de la police de Waterford : patient, intelligent, ingénieux et extrêmement silencieux et donc je devais leur être aussi loyal.

Mensonges

L’objectif premier de cette infiltration avait été de chercher des preuves qui nous permettaient de coincer les membres de cette mafia une bonne fois pour toute. Nous en avions parlé durant des moins faisant réunions après réunions. Le projet devait rester top-secret entre le chef, moi et une de mes collègues. Avec Lugh, j’ai même été observer les membres du groupe un soir, à la boîte de nuit de la ville. Mon équipe n’était pas au courant. Cela m’a permis d’obtenir de bonnes informations, mais surtout d’avoir fait mes devoirs. J’étais donc le plus qualifié pour l’emploi d’infiltration. J’étais déterminé même.

Je commençais donc à infiltrer le groupe durant l’été pour passer, tout bonnement, un an avec eux. Dans le groupe, on m’appelait tout Black Liscence et j’avais le rôle de rechercher des informations. C’était mon intention au départ et je réussis à mentir adroitement pour obtenir ce que je pourrais faire de mieux. Je me fis passer pour un nouvel arrivant à Wateford qui avait déjà fait du recèle d’alcool et de drogue à Londres. Le groupe croyait que je vivais seul dans un petit appartement du centre-ville de Waterford et que j’étais pompier. Ma famille aussi. Malheureusement pour nous, le groupe était très prudent et plutôt intelligents. Ils aimaient commercer illégalement et au hasard. Ceci empêchait de trouver un moment pour véritablement les coincer. Personne dans le groupe ne connaissait les désirs du chef avant 48 heures à l’avance : c’était trop peu, trop tard pour réagir. Je devais, ainsi, m’impliquer davantage dans le groupe pour en apprendre plus. Alors, j’étais devenu Black Liscence un an puis, deux puis, trois … Et ainsi de suite. À un moment, je ne savais plus vraiment ce que je faisais, quel était mon objectif, qui j’étais ?  Un policier ou un criminel ? Je ne pouvais pas être un criminel. Je suis père et un époux merveilleux. Ou non ? Je mentais …

De nuit, je revenais de temps en temps, vers mes vrais collègues de travail. Il nous fallait discuter, car les années passèrent. À un moment, ma collègue policière me croyait même devenu de mèche avec mes nouveaux amis comme elle me le crachait au visage. Ces mots hargneux me rendirent beaucoup plus déterminé à véritablement débusquer ce groupe criminel et le véritable chef qui se cachait derrière. Et oui, je croyais qu’il y avait quelqu’un d’autre. Une personne qui organisait tout d’une main de fer. Une femme, tout particulièrement, devint une bonne connaissance avec moi. Elle s’appelle Melvi. Je ne sais pas si c’était son véritable prénom. Je n’ai jamais su grand-chose d’elle en fait. On avait une relation très physique. Elle me procurait un plaisir monstrueux lorsqu’on était ensemble. Cela en devenait une obsession. Je ne savais pas si je devais le dire à Bridget. Qu’allais-je dire au fait ? Que j’avais une relation sexuelle avec une autre pompier et que c’était intense. Non ! Que j’étais infiltré dans un groupe ? Que je lui avais menti ? Non voyons ! J’aime à la folie Bridget. Je l’ai toujours aimé. Mais avec Melvi c’était différent. J’avais besoin d’elle. Elle me rappelait que j’étais un homme. Néanmoins, je pouvais confirmer qu’il y avait vraiment un homme, un autre chef derrière le chef du groupe. Pourquoi ne se montrait-il pas ? Je n’avais pas eu la réponse. Je voulais le débusquer. Il fallait que ce petit jeu s’arrête. J’en avais assez de mentir.

Les démons du passé

00 h : 00 – Cimetière de Waterford

- Alors, tu es venu … Jack.

Jack ? Qui était Jack ? Un homme se tenait droit, le dos tourné à lui dans la pénombre de la nuit. Une brise glaciale frôlait le Bakenako qui en frissonna. Il était habillé que de jeans et d’un blouson en cuir. Cela faisait des semaines qu’il cherchait à mettre la main sur le véritable chef du groupe; il avait finalement réussi.

- Vous voulez me parler ? Et je ne m’appelle pas Jack. Je suis Black Liscence mentait-il comme l’habitude le laissait entendre depuis quelques années maintenant.

Il ne savait pas si l’homme riait ou ricanait, mais Ardghal n’appréciait pas ce ton. Cela pouvait rapidement dégénérer. Il se tenait donc sur ses gardes et dit à Lugh d’en faire autant. C’était à ce moment que l’homme se tournait vers lui, un sourire au visage.

- Jack, cela fait si longtemps. Mais c’est vrai tu ne te rappelles pas de moi. Laisse-moi te raconter.

L’homme s’assoyait sur une tombe proposant à Ardghal d’en faire autant. Éberlué et surpris, le concerné ne bougeait pas de prime abord. Observant de tous les côtés et sûrement un peu trop téméraire pour son propre bien, il fit ce que l’homme lui demandait. L’homme était grand, sombre et emmitouflé dans un grand manteau noir fait dans un tissu cher. Ardghal pouvait quand même apercevoir une barbe coupée court.

- Alors, je commence. Nous étions les meilleurs amis et les meilleurs complices aussi. C’était il y a longtemps. C'était à la fin du 19e siècle aux États-Unis. Tu me sauvais des autorités et j’avais une dette envers toi. Le feu et l’eau, le jour et la nuit … Tu es un Bakenako et je suis un Vampire.

L’homme s’arrêtait pour plusieurs secondes laissant le policier avaler toutes ces informations. Puis, il continuait comme Ardghal semblait être devenu muet de stupéfaction.

- Nous désirions vivre libres et sans loi. Nous faisions ce que nous souhaitions. Nous avons volé et tué, mais nous ne le faisions que contre des êtres racistes envers la différence. Un jour tu te fis assassiner, mais je savais que tu reviendrais. Alors j’attendais. J’avais encore une dette envers toi. J’avais toute l’éternité pour attendre. J’attendis 20 ans. On se retrouvait au 20e siècle alors que tu portais le nom de William. Tu avais 20 ans. C’est à cette époque que nous … Enfin, nous nous sommes embrassés.

L’homme en noir se raclait la gorge observant Ardghal dans les yeux. Ce dernier avait, néanmoins, baissé la tête tremblant de tous ses membres. Il ne savait pas avoir vécu d’autres vies de Bakenako. Il ne s’en rappelait plus. Et il avait fait l’amour avec un Vampire qui était son meilleur ami ! Il avait vraiment de la difficulté à croire cette histoire.

- Laisse-moi parlez. Je ne veux pas te faire de mal. Je veux juste que tu saches. Je t’ais cherché partout. Je pensais que tu étais encore Américain, mais maintenant tu es Irlandais. Je ne savais pas que Black Liscence était l’ami qui m’avait ravi mon cœur près de deux siècles plus tôt. Tu es un homme de cœur et de justice Jack. Mais tu avais tes propres démons aussi. Je pensais que je pouvais être sadique en tant que Vampire, mais ce que tu avais fais … C’était horrible et tu le savais. On était tous les deux soldats durant la Deuxième Guerre mondiale et … Tu as tué … Je n’ais jamais vu autant de sang et je sais de quoi je parle. Tu les as démembrés et ... Plus tard, tu m’as demandé s’il y avait une possibilité d’oublier tout cela. Alors, j’ai cherché. J’avais une dette envers toi, tu te souviens ? J’ai trouvé une sorcière qui pouvait t’enlever la mémoire, mais qui te tuerait en même temps. Mais tu t’en fichais. Tu l’as fait quand même.

- Alors … Je … Que …

L’homme se relevait et il semblait alors tel un monarque. Ardghal savait alors avoir véritablement pu tomber amoureux de lui. Il ne savait pas ce qu’il devait penser de toute cette histoire. Aimait-il aussi les hommes ? Il ne s’était jamais posé la question à vrai dire ni sur ses vies passées qu’il n’avait pas cru réelles. Cela expliquait le pourquoi de ses différences entre son chat et celui de ses enfants : il avait plus vécu. Il restait assis incapable de se lever comme l’avait fait l’homme; son ami ? Ce dernier murmurait quelques mots à nouveau dans la brume latente et glaciale de la nuit.

- Tu sais que je ne peux pas t’aider non ? Je ne peux pas te donner des informations sur mon groupe. J’en suis le chef. Je dois me protéger. Je dois protéger les miens. Ils peuvent être très stupides parfois, mais comme toi et moi avant ... Ils sont des amis. Si seulement tu avais choisis une autre voie dans cette vie soupirait-il. Une vie plus près ...

- Je fais ce que je veux de ma vie. J’ai une femme et trois enfants ! Je ferais tout pour les protéger !

Ardghal se levait subitement et en un bon, il se retrouvait à hauteur de l’homme agacé, confus, l’esprit et le cœur douloureux quant à ces révélations brutales. Pourtant, l’homme en noir restait d’un calme olympien. Il souriait même, car son ami n’avait pas changé d’une miette malgré tout.

- Je ne t’aiderais pas, mais je ne te dénoncerais pas non plus Ardghal.

La chute - Monster

Plusieurs semaines avaient passé suivant cette nuit des plus étranges. Je sentais, toutefois, que quelque chose se tramait avec le groupe. C’était instinctif, mais je savais qu’on m’en voulait. Peut-être m’avait-il raconté cette histoire pour permettre de baisser ma garde. Alors, je ne me laisserais pas avoir. Je fis en sorte de protéger plus que d’habitude ma famille. Non, personne n’était au courant du véritable problème pas même Bridget. Ils n’avaient pas besoin de savoir. Ils ne devaient pas savoir. Je voulais les protéger. Je demandais à Priam, Liadan et Morgana de revenir plus tôt à la maison. Puis, s’il se faisait tard, de rentrer en groupe. Liadan avait un cours de violon traditionnel avec Judwal lorsque cela s’est produit. Elle n’était jamais rentrée ce soir-là. Je crois que Bridget ne dormit pas de la nuit lorsque la police, mes collègues, arrivaient à la maison après mon appel. Le regard de ma femme posé sur moi, je répondais aux questions de mes collègues et on se mettait à parler de l’infiltration. J’étais horrifié. Pourquoi devait-il arriver ? Pourquoi en arriver là ? Bridget était hors d’elle stipulant que j’avais été stupide que j’étais un horrible père et qu’elle ne voulait plus me voir. J’étais mortifié. Je sentais l’avoir trahi. Je l’avais trahi.

Les deux jours suivants, je dormais que très peu. Je m’effondrais surtout lorsque j’étais trop exténué pour continuer les recherches. J’agissais seul. Je ne voulais plus avoir à faire avec mes collègues. J’étais en colère contre eux, mais aussi contre la vie entière. J’étais en colère contre moi-même, mais je ne voulais probablement pas me l’avouer. Je pensais que le Vampire m’avait tendu un piège alors je tentais de retourner dans le cimetière. Rien. Personne. Il se cachait. S’il désirait m’affronter, qu’il le fasse ! Je savais que c’était lui ou plutôt … Le groupe. Je réussis finalement à coincer un jeune membre que je connaissais. Selon lui, Melvi retenait prisonniers Liadan et Judwal dans un entrepôt désaffecté de l’est de la ville. Pourquoi elle ? Je ne le savais pas, mais je n’en avais cure. Je préparais mon attaque toute la journée. J’entrais, ainsi, par une petite ouverture sous la forme de Lugh et je bondissais. Je vis, du coin de l’œil, Liadan attachée, prisonnière, le visage terne et manquant de sommeil. Mon enfant, ma fille adorée. J’eus cette envie de tout détruire. Tout ! Et je le fis.

Je les frappais à plusieurs reprises sans pouvoir m’arrêter. Ils étaient en sang ! Certains tentaient de rétorquer, mais j’étais plus rapide pour leur casser la mâchoire, les bras, les jambes et le crâne. Je cassais des os qui craquaient contre le sol. J’aimais ce sentiment. Il me faisait un grand bien. Je me vengeais. Plus le sang giclait et plus je me sentais libre, en vie. Je croyais tirer une balle sur le dernier, mais Judwal reçu le coup en plein cœur.

Et je revenais dans la réalité du sang sur tout le corps.

Mon cœur battait fort lorsque je voyais l’adolescent s’effondrer puis, Liadan réagir. Mon cœur se brisait. Je ne pleurais pas. Je ne pouvais pas le faire. Je devais reprendre mes esprits et tirer ma fille de cet horrible endroit. Il n’y avait rien à faire. Plus rien à faire pour Judwal. Mais elle me haïssait ! J’étais un monstre. J’ÉTAIS UN MONSTRE !

À l’extérieur, on voyait l’entrepôt brûler plutôt subitement, il fallait l’avouer. J’ai dû ouvrir une valve de gaz par accident. Un moment, j’avais eu cette envie de lâcher la main de Liadan et de sauter dans le brasier. Elle serait débarrassée de moi. Elle se serait débarrassée du monstre.

Mais je ne l’ai pas fait. Elle avait besoin de moi. Elle n’avait que 12 ans.


Les USA, enfin

Notre vie changeait du tout au tout. Je brûlais la maison avec tout ce qui se retrouvait à l’intérieur. On n’avait pas le temps de rester les bras croisés ni de pleurnicher sur notre sort. Je n’avais pas le temps de m’expliquer calmement. Ma famille me haïssait, mais ils me suivaient néanmoins. À quelque part, ils savaient que leur survie en dépendait et c’était cela le plus triste. Je fis faire des faux papiers comme je l’avais appris avec le groupe – au moins, ces gens m’avaient servi à quelque chose – et nous déménagions au Canada à Toronto, la ville reine. Nous ne restons que deux mois maximums dans cette ville. Je n’ai pas été assez prudent. Je terminais ma tournée qui sécurisaient les lieux autour de ma famille quand j’avais aperçu l’un des membres du groupe de Wateford.

On repartit, ainsi, ailleurs. Je me préparais mieux cette fois. On se dirigeait vers une petite ville de Colombie-Britannique ou on restait plus de 10 ans. On a pu se refaire une vie là-bas. Priam et Morgana m’en voulaient et n’hésitant pas à me le reprocher. La colère commençait à s’estomper plus les mois avancèrent cependant. Mais pas pour moi. Je perdis confiance en la vie. J’étais devenu facilement irascible et j’appréciais être seul parfois avec Lugh, mais aussi parfois totalement seul. Je me détestais. J’en faisais des cauchemars. D’horribles cauchemars qui se composaient de Vampire, de criminels, de Melvi, de Judwal qui brûlait, mais surtout de Liadan. Ma fille qui avait tant changé et qui m’appelait dorénavant et froidement le géniteur. Je ne retournais plus dans la police au Canada. Je préférais m’en éloigner pour ne pas attirer l’attention et parce que j’en étais dégoûté. Je travaillais comme chef des gardiens de sécurité au musée. Bridget était professeure à l’école. Sans elle, je crois que je me serais suicidé. Sans son support. Sa colère s’est finalement dissipée On avait passé tant de choses ensemble. On allait passer celle-ci aussi. Elle me l’avait promis.

Mais je le revis. Lui. Plusieurs années avaient passé. Il semblait observer souvent Liadan. J’avais alors 47 ans. Et je le vis. Je savais que c’était lui. Je courus en sens inverse. Je communiquais avec mes enfants qui ne vivaient plus dans la même maison depuis un moment. Je les prévenais qu’ils nous faillaient déménager et vite. Il en valait de notre survie. On ne pouvait pas se séparer. C’était impossible. On arrivait donc sur la côte ouest américaine dans la belle ville de San Francisco par une belle journée du mois de juillet. J’aurais dû persévérer dans le sport. J’aurais dû devenir joueur de football professionnel. La Californie m’aurait été alors plus radieuse, plus accueillante des années auparavant, des rides et des soucis en moins. Elle n’était que refuge de pierre, de brique et de béton pour cacher ma pauvre carcasse. Cette fois, je devenais gardien de sécurité au siège social d’une entreprise dans le pétrole. Je me fichais si le type respectait l’environnement ou non. J’avais décidé de prendre un travail de nuit pour garder un œil sur mes enfants le jour comme Bridget le ferait, elle, de nuit. Cet homme n’observerait plus ma fille ni aucun de mes enfants de manière aussi abjecte. Bridget et moi, nous vivons dans Forest Hill. Certes, il fallait bien j’en rajoute maladroitement. Une fois, je revenais à ma forme humaine au beau milieu du jardin des voisins devant la dame d’une soixantaine d’années en plus. Oui, tout le quartier est au courant, depuis quatre ans, que je serais somnambule et complètement fou. Il fallait que je tombe sur la pire commère de la ville entière. Au moins, serais-je au courant de tout ce qu’il se passe telle la venue du Vampire qu’elle pourrait décrire comme un beau jeune homme ténébreux.


Derrière l'écran

PRÉNOM/PSEUDO: Ariane/Gwellaouen
ÂGE RÉEL: 31 ans (Pour une fois que je me sens jeune. )
COMMENT AVEZ-VOUS CONNU BYW: PRD
SCHIZOPHRÈNE ? Non
UN MOT DE FIN ? Merci pour votre accueil. J'aime les valeurs que j'ai vu véhiculées un peu partout dans la première partie du forum.  

Un rang de la mort qui tue pour votre perso (changeable à tout moment, si vous n'avez pas d'idées, on vous en trouve un  Cliquez ici pour les astuces ! )

Code:
votre rang ici


Recensez-vous


Merci de tout écrire en lettres minuscules s'il vous plait.

Code:
<ma>づ</ma> robert downey jr • [url=lien vers le profil]mark armstrong[/url]

Code:
<ma>づ</ma> garde de sécurité • [url=lien vers le profil]mark armstrong[/url]

Code:
<ma>づ</ma> pouvoir • [url=lien vers le profil]nom du personnage[/url]
MessageSujet: Re: Mark Armstrong - Le chevalier noir à quatre pattes

••• Le grain de Psychose •••
Spirit
♦ Posts : 501 ♦ Rps : 90


♦ Adresse : Un petit studio à Mission, mais c'est dans la villa de ton mari que tu vis à la Marina.

Disney Gale
Esama - Powell
To all the things I've lost on you



Me, the Broken
◇◆◇
Née en Afrique du Sud ○ Donnée à la naissance par une mère qui ne pouvait te garder ○ Tu as grandi dans une famille où tu fus aimée et chérie au départ. ○ Ton père, alcoolique et paumé, quitte la maison alors que tu n'avais que trois ans. ○ Il meurt dans un accident le même soir. ○ Ta mère commença à se prostituer pour vous nourrir, ton frère et toi. ○ Elle se remaria cinq ans plus tard avec Max. ○ Un père tout ce qu'il y a de plus adorable et parfait au départ, Max te kidnappe alors que tu as treize ans. ○ Tu restes sa captive pendant cinq ans. Enfermée dans une chambre, nue comme un ver, tu as vécu entre ses quatre murs, au bon plaisir d'un homme qui te torturait toi et les cinq autres filles qu'il retenait également. ○ Quand enfin il a commencé à te faire sortir, c'était en pleine nuit. Il t'emmenait dans une forêt où tu assistais à ses rituels sataniques durant lesquels lui et ses partisans violaient les autres filles et t'obligeaient à les égorger ensuite, à boire leur sang puis à récupérer leur cœur. Tu les as toutes tuées ainsi. ○ La dernière nuit aurait été ton tour. Tu étais déjà sur l'autel, prête à être violée comme toutes les autres avant toi. Mais ton pouvoir se déclenche à ce moment là. Tu mets le feu à toute cette partie de la forêt. Tout le monde meurt et toi tu t'enfuis. ○ Tu rencontres Gillian quelques jours plus tard alors que tu erres et mendies dans la rue. Il te propose un truc délirant. Un mariage blanc. Qui te ferait sortir d'Afrique du Sud et t'offrirait le confort et la sécurité. Tu acceptes sans hésiter. ○ Presque six mois que tu es à San Francisco. Brisée, paumée, seule, effrayée, à jamais cassée.



My lovely Family
◇◆◇
Samuel Esama, ton père adoptif qui t'a aimé et chéri tout le peu de temps que tu as passé avec lui. Il est mort aujourd'hui mais il restera à jamais ton papa chéri. ○ Sara Esama Obiteng, ta mère adoptive. Elle aussi elle t'a aimé. Après ton kidnapping, Max t'a fait comprendre qu'elle t'avait vendue à lui pour de l'argent. Tu ne sais pas si tu le crois. Mais depuis le kidnapping, tu n'a plus jamais entendu parler d'elle. ○ Thomas Esama, ton grand-frère adoptif. Vous étiez très fusionnels à l'époque. Il t'adorait plus que tout. Après ton kidnapping, tu ne l'as plus jamais revu. ○ India-Rose Holloway, grande-sœur biologique dont tu ignores encore jusqu'à l'existence. Blue Holloway, deuxième grande-sœur biologique dont tu ignores encore l'existence. Alexander Rutherford, père biologique que tu connaîtras en même temps que tes sœurs. Anja Holloway, mère biologique. Morte sans que tu aies eu la chance de lui dire en face combien tu la détestes pour avoir fait de ta vie un enfer.



My awesome Friends
◇◆◇
Kenzie O'Cahan, meilleure amie d'enfance, la jumelle que tu n'as jamais eu. Séparées depuis dix ans, vous venez de vous retrouver. Mais si le temps ne semble pas avoir entachée l'amour que vous vous portez, le fait qu'elle soit la maîtresse de ton mari aide moins à reconstituer votre amitié. ○ Maidenn Burnhide, celui qui s'apparente le plus de ton meilleur ami. Vous vous ressemblez, vous vous comprenez sans mot dire. Entre vous ça pourrait devenir ambiguë, mais tu n'as pas le droit. ○ Loli Brightendale, ta protectrice. Rencontrée dans sa boutique d'ésotérisme où tu as été attirée malgré toi, elle a promis de t'aider et te protéger. Depuis, tu la fuis, effrayée par ce monde qu'elle veut te faire découvrir et auquel tu n'as aucunement envie d'appartenir.



My sweets Lovers
◇◆◇
Gillian Powell, ton barbare de mari. Une relation plus que compliquée. Un mariage blanc. Tu es la clé vers son héritage, il est la tienne vers ta liberté. Mariés depuis bientôt six mois, entre vous la relation est d'abord rester froide, voire inexistante. Puis ça a évolué en guerre mondiale quand il a décidé de revoir les termes de votre contrat, de t'obliger à vivre chez lui et à lui obéir au doigt et à l’œil. Il est odieux avec toi, mais paradoxalement, c'est la personne qui prend le plus soin de toi. Tu viens d'apprendre qu'il a une maîtresse qui n'est nulle autre que ton ex-meilleure amie et depuis, tu as l'impression de le haïr. Tu souffres. Et si tu souffres c'est parce que quelque part, tu l'aimes bien... ○ Tu as eu un flirt avec Maidenn. Tu éprouves des choses pas très nets pour lui. Tu ne sais pas si c'est de l'amour ou si c'est juste une confusion de l'amitié que tu lui portes parce que vous vous ressemblez tellement. Whatever, tu sais que c'est mal, que tu n'as pas le droit. Alors la question ne se pose pas.



Dears Haters and Others
◇◆◇
Past | Tian est un sorcier pyrokinésiste que tu as rencontré lors d'une bagarre avec des démons en forêt. Il t'a fait découvrir un bout de magie noire. Il a réussi à piquer ta curiosité pour quelque chose...
Present | Ta relation avec Kenzie est quasi-inexistante depuis que tu as su qu'elle couche avec ton mari. Tu te sens trahie et tu lui en veux. Tu as l'impression que tu ne lui pardonneras jamais. ○ Jackson Yard est un géant que tu as rencontré par hasard. Il était blessé, tu as voulu lui apporter ton aide mais la vue du sang t'a plongé dans une crise phobique hallucinatoire. Finalement, c'est lui qui t'apportera son aide.
Future | Les relations avec ta sœur Blue seront des plus venimeuses au départ. Elle t'en veut pour quelque chose que tu ne captes pas et tu lui en veux de t'en vouloir sans raisons apparentes. Vous serez comme chien et chat au début. Ça finira peut-être par se calmer... ou pas.




♦ Byw depuis le : 23/03/2017
Soul

BY MY WAY
Dispo ?: Oui :)
Nature:
Relations:
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 18 Avr - 5:05
Officiellement bienvenuuue

Rien que pour le choix du vava, je peux comprendre pourquoi l'envie de jouer un perso de 50 ans Et puis t'as craqué pour un super scéna aussi

Courage pour la suite de la fiche ! J'ai hâte d'en savoir plus

Si besoin de quoi que ce soit, hésites pas à biper
MessageSujet: Re: Mark Armstrong - Le chevalier noir à quatre pattes
☽☾
What if we rewrite the stars ?
Spirit
♦ Posts : 217 ♦ Rps : 48


♦ Adresse : Un loft bien taillé à Forest.

♦ Byw depuis le : 09/02/2018
Soul
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 18 Avr - 6:32
Robiiiie

Bienvenue parmi nous
MessageSujet: Re: Mark Armstrong - Le chevalier noir à quatre pattes
Spirit
♦ Posts : 30 ♦ Rps : 3
bouge ta souris de mon visage

♦ Adresse : Downtown Side - appartement rooftop

Meh.
♦ Byw depuis le : 12/04/2018
Soul

BY MY WAY
Dispo ?: Oui :)
Nature:
Relations:
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 18 Avr - 11:08
Bienvenue !!!

Un autre gentleman :DD yyyyyyyyy j'ai hâte de lire ta fiche une fois complète *.*
MessageSujet: Re: Mark Armstrong - Le chevalier noir à quatre pattes

Fearless
Spirit
♦ Posts : 206 ♦ Rps : 29


♦ Adresse : Mission, une petite maison avec sa femme et son frère.




♦ Byw depuis le : 11/06/2017
Soul
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 18 Avr - 17:59
Bienvenue parmi nous
MessageSujet: Re: Mark Armstrong - Le chevalier noir à quatre pattes
Spirit
♦ Posts : 32 ♦ Rps : 3


♦ Adresse : Résidence Universitaire pour le moment. Elle a bientôt déménager.





♦ Byw depuis le : 09/04/2018
Soul
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 18 Avr - 20:02
Bienvenue
MessageSujet: Re: Mark Armstrong - Le chevalier noir à quatre pattes
Fumseck à la dérive
Spirit
♦ Posts : 83 ♦ Rps : 8


A noter que peu de personnes savent son vrai prénom. Pour beaucoup, il se fait appeler par son deuxième prénom : Desmond !
♦ Byw depuis le : 23/10/2017
Soul
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 19 Avr - 0:36
Bienvenue officiellement par ici, presqu'ex/futur beau paps'
MessageSujet: Re: Mark Armstrong - Le chevalier noir à quatre pattes
Spirit
♦ Posts : 80 ♦ Rps : 12


♦ Adresse : Encore inconnue.


Princesse des Océans


Tu seras une Légende


♦ Byw depuis le : 27/02/2018
Soul
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 19 Avr - 1:22
Bienvenue parmi nous avec ce super visage !
MessageSujet: Re: Mark Armstrong - Le chevalier noir à quatre pattes
Wings are made
To fly
Spirit
♦ Posts : 158 ♦ Rps : 23


♦ Adresse : Encore inconnue


♦ Byw depuis le : 21/02/2018
Soul
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 19 Avr - 1:42
Bienvenue I love you
MessageSujet: Re: Mark Armstrong - Le chevalier noir à quatre pattes
Le gars qui doit
se trouver un rang !
Spirit
♦ Posts : 30 ♦ Rps : 0


♦ Adresse : //

Mark a une allergie toxique au lait et il a une tache de naissance en forme de pentagramme sur le torse
♦ Byw depuis le : 17/04/2018
Soul

BY MY WAY
Dispo ?: Oui :)
Nature:
Relations:
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 19 Avr - 3:23
Bonsoir et merci à vous tous !

Oui, effectivement je n'ais pas pu hésité à ce super scénario. J'avoue qu'il fait aussi jeune pour son âge le beau RDJ.

J'en suis à mon histoire. J'ai fait la première partie. Je crois qu'il faut un secret non ? Ou je le mets pour pas que personne ne le sache ?

Et désolée si je ne viens que très tard la nuit, c'est que je suis Québécoise.
MessageSujet: Re: Mark Armstrong - Le chevalier noir à quatre pattes
Contenu sponsorisé
Spirit
Soul
Mark Armstrong - Le chevalier noir à quatre pattes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
By Your Way :: About the Identites :: Introducing Myself :: Fiches validées-
Sauter vers: