Forum RPG à l'ancienne, City - Fantastique
 

Partagez|

You say I drink and I smoke and I talk too much + EIA

MessageSujet: You say I drink and I smoke and I talk too much + EIA Mer 10 Mai - 22:47
Let's just... have fun !
♦ Byw depuis le : 10/05/2017
♦ Posts : 2 ♦ Rps : 0
Voir le profil de l'utilisateur


Emerson Ivy Allistair

RESPONSIBLE, OR NOT !

NOM: Allistair
PRÉNOMS: Emerson Ivy, comme ta soeur, un nom de gars et un nom de fille, du moins, c'est ce qui était écrit sur ton baptistaire, et t'as toujours préféré Ivy, et parfois, tu le sais, tu peux presque entendre une voix féminine lointaine qui murmure doucement ton nom, celle d'une femme qui n'existe plus depuis longtemps.
ÂGE: 27 ans, tu te rends bien compte que tu est bien plus proche de la trentaine que de la vingtaine maintenant.
DATE ET LIEU DE NAISSANCE: san francisco le 12 janvier 1990
NATIONALITÉ: américaine
ÉTUDES-MÉTIER: tatoueuse, t'as ta propre boutique avec ta soeur et deux copains
SITUATION FINANCIÈRE: tu ne roule pas sur l'or, malgré que tu pourrais probablement make it rain avec des billets d'un dollar américain si l'envie te prenait. T'es pas riche, t'es pas pauvre, tu te situe quelque part entre les deux, m'enfin, tu fais bien assez d'argent pour boire comme l'envie te prends
ORIENTATION SEXUELLE: t'aime les hommes, ses êtres masculins, t'aime te sentir petite dans leurs bras, vulnérable.
STATUT CIVIL: t'es une éternelle célibataire, tu butine entre les hommes, incapable de te poser définitivement, mais en fait, c'est que t'as vécu l'amour, t'as aimé comme t'aurais pas pensé pouvoir, et t'es tombé, tu t'es écrasé si fort que tu pensais pas être capable de te relever, alors tu te tiens loin des sentiments, tu te tiens loin de l'amour maintenant.

ft. Cara Delevingne
©Balaclava





we lost faith, oh in the arms of love

tu es née la deuxième, seulement quelques minutes après ta soeur, et c'était peut-être le jeu du hasard seulement, mais elle as toujours été celle qui menait la danse, et toi tu suivais, t'avais pas envie d'être le centre de l'attention de toute façon. un accident de voiture, ni de ta faute, ni de la sienne, et t'as aucune idée pourquoi toi t'es encore en vie mais pas lui, tout ce que tu sais c'est que maintenant, t'as une prothèse au lieu d'une jambe, que toute ta chair, tes os, ta peau as été remplacé par du métal en dessous de ton genou, et qu'il semble avoir un trou là où avait un jour été ton coeur. fût un temps où t'étais douce, tranquille, toujours souriante, toujours partante, t'étais jamais le centre de l'attention, malgré que ton rire résonnait toujours entre les murs, attirant les regards, un sourire toujours plaqué sur ton visage, promesse silencieuse de bonheur.   t'as changé Ivy, tellement changé. C'est peut-être la douleur de la perte de Tavis, peut-être celle de ta jambe, ou c'est les milliers de sentiments qui ne t'appartiennent pas, mais tourbillonne en toi tout de même, mais t'es plus la même, t'as complètement changé. Toi qui s'attachait facilement, toi qui aimait tout le monde, toi qui était joie de vivre, douce, amicale, mais ce n'est plus le cas, n'est-ce pas? Tu ne t'attache plus, et si t'as toujours eu l'impression que le high valait la chute, t'en es plus tant sûre maintenant... tu vagabonde sur une jambe et demie, t'as perdu ton membre gauche, juste sous le genou. Et si maintenant t'es assez habile avec ta prothèse pour que la plupart des gens ne le réalise pas nécessairement à première vue, toi, tu le vis toujours mal, très mal. t'as toujours dessiner, beaucoup. t'avais pas besoin de canaliser ta colère comme ta soeur, t'avais pas besoin de te défouler dans un punching bag comme elle, toi tu dessinais. Pencher sur une feuille de papier, un crayon à la main, écouteurs sur les oreilles, tu te plongeait dans ton monde. être tatoueuse, c'était juste le cours normal des choses, ça allait seulement de soi.   tu te spécialise dans les tatouages géométrique et aquarelle, t'as toujours aimé les couleurs, les tatouages vibrants sous la puissance des teintes t'as toujours des écouteurs dans les oreilles, de la musique qui résonne dans tes veines, alors que tu peux sentir le rythme de ton coeur se superposer à celui de la mélodie, tu vis de musique. une amoureuse de la nature, des plantes, et au grand dam de tes colocataires, t'as envahit l'appartement de plantes vertes, du moins, t'espère un peu qu'elles ne sont pas tous morte, sachant que t'as pas été là depuis des mois. tu t'es poussé un peu après la mort de Tavis, sans avertir personne, sans même savoir où t'allais, et t'as finit en Australie tu l'as aimé, oh tu l'as tellement aimé. T'avais jamais pensé que ça pouvait exister, que d'aimer autant pouvait t'arriver, mais de te faire aimer autant en retour aussi. T'as aussi toucher le fond du baril, ça t'as presque tué, physiquement, mentalement, t'as voulu mourir, t'as voulu disparaitre. T'es plus la même depuis. tu sais pas cuisiner, mais là pas du tout, t'es plutôt du genre à faire brûler des pâtes en fait. C'était un peu devenu une blague entre vous quatre, une chance que ta soeur était l'opposé de toi en fait, parce que tu serait probablement morte de faim. Et dans les long mois où tu es partit, tu t'es principalement nourrit de porridge préfait, t'en as un peu marre en fait. t'as toujours été un peu trop fétarde, c'était ton côté un peu sauvage, celle qui était toujours partante pour boire, toujours partante pour rire, une bière à la main. T'étais aussi celle qui finissait à genou devant la toilette, vidant ton estomac, mais ça... t'es pas du tout pudique, toujours à te promener à moitié habillé, un long chandail couvrant ton corps nu dans le confort de ton appartement, tu te change sans problème devant n'importe qui, t'en as rien à faire. Ça vient peut-être du manque d'intimité de l'orphelinat en fait, t'avais pas le luxe de pouvoir être pudique. t'es revenu en ville depuis un mois maintenant, mais t'étais incapable de retourner voir ta soeur, ton meilleur ami. Incapable de retourner à votre appartement, alors tu dors dans ta voiture. T'as l'impression que si tu y retournait, que tu t'effondrais vraiment pour de bon. Et t'as envie de les voir, mais tu sais pas trop s'ils vont accepter ton retour, s'ils veulent même encore de toi après tout ce temps. t'as travaillé un peu comme tatoueuse ici et là depuis ton départ, t'as appris énormément, t'as l'impression d'avoir améliorer tes techniques comme jamais auparavant, mais la boutique te manque, les rires, les conneries te manquent. t'as toujours été très tactile, jusqu'à sa mort, jusqu'à ce que ton pouvoir débarque. T'as l'impression que ça devient incontrôlable lorsque les gens te touche, que leurs émotions se multiplie, alors tu te tien loin maintenant, tu recule lorsque l'on essait de te toucher, t'es devenu particulièrement habile pour éviter les mains indésirables. tu bois beaucoup maintenant, beaucoup trop. T'es toujours partit ici et là, les fêtes une après les autres, boire sans arrêter. Ça te change les idées, ils faut croire. Et d'une manière, tu finit toujours dans le lit d'un gars que tu ne connais ni d'Ève, ni d'Adam. C'est le seul moment où t'accepte qu'on te touche, peut-être parce que l'alcool qui enivre tes veines calme ton pouvoir... tu dort mal, très mal. Tu te doute que c'est peut-être le fait que maintenant, tu dois dormis seule, que ton lit que t'avais toujours partagé, et bien, maintenant, tout semblait si froid. C'est peut-être pour cela que t'as fuis en fait, tu supportais pas de revenir dans ton ancienne chambre, celle que t'avais partagé avec Tavis, dans ce lit trop grand, trop vide. un rire qui résonne, un sourire sur tes lèvres, il est facile ton rire, il l'as toujours été, même après sa mort, même après ce trou dans ta poitrine, mais Ivy, si t'as toujours été du genre à parlé de ce que tu ressent, ce n'est plus le cas maintenant. Tu n'es pas trop certaine si c'est à cause de ton pouvoir ou la mort de Tavis, peut-être un peu des deux, mais tu garde tout pour toi. En vrai, tu est partit là où personne te connaissait parce que tu pouvais repartir de zéro, personne ne savait, personne ne se doutait. Même depuis que t'es revenu en ville, tu te tiens loin de vos endroits habituels, après tout, San Francisco, ce n'est pas une petite ville. t'as une passion pour la pizza, t'en mangerais probablement tout les jours de ta vie si tu pouvais. Et si t'as un petit appétit en temps normal, dans ce cas-ci, tu pourrais probablement manger une énorme pizza à toi toute seule, sans même vouloir partagé une pointe. En vrai, les seuls personnes qui avait droit d'en prendre c'était tes trois compatriotes, eux, ils avaient pas mal le droit de tout faire de toute façon. Tavis, Aikel, Sasha. Ils sont toutes ta vie, du moins, ils l'étaient. Tu sais pas trop comment tu aurait survécu sans eux, t'étais un peu celle que l'on protégeait, la plus faible, la plus influençable, ils sont ta famille. t'as tendance à fuir les problèmes, à les mettre de côtés jusqu'à ce qu'ils disparaissent d'eux même, à fermer les yeux et espéré que rien n'est vrai, même si c'est assez rare que ça l'arrive... ils ont plus tendance à s'accumuler.

empathie et influence télépathique


づ Découverte et nature du don: L'accident, alors que la douleur te donnait envie de hurler, que les gens se bousculait pour vous venir en aide, que les sirènes sonnait dans les confins de la ville, tu pouvais tout sentir, la panique, la crainte, mais surtout la douleur, l'amour. Avec une telle intensité, avec tant de puissance, pendant longtemps tu as cru que c'était toi, mais maintenant tu le sais, ta propre douleur atténuait le pouvoir, t'empêchait de comprendre l'intensité, mais ce n'était pas que toi, c'était toi, c'était lui, c'était vous.

Tu ressent les sentiments, tu ressent les émotions, les tiennes, celles des autres. En général, tu ne ressent que ceux que tu connais, pas les purs inconnus, il te faut un lien, un minimum, pour pouvoir percevoir les émotions. Mais ils apparaissent toujours dans un maelstrom difficile à comprendre, un noeud difficile à défaire. Avec un peu de pratique, tu pourrais les influencer, tu pourrais envoyer un peu de colère, un peu de bonheur, peu importe, mais tu n'en ai pas là, pas encore.

づ Mécanisme de déclenchement et fonctionnement: Pour l'instant, le don d'Ivy est loin, enterré au fond de sa psyche,

づ Inconvénients: A grands pouvoirs, grandes responsabilités, dit-on. Quelles sont les inconvénients qui viennent avec votre côté surnaturel ? Migraine quand vous utilisez votre pouvoir ? Douleurs particulières ? Insomnie ? Isolement ? Mal-être ? Dépression ? Lâchez-vous, même les super-héros ont des revers de la médaille.

づ Maîtrise et Contrôle: Le niveau de maîtrise de votre pouvoir s'élève à combien sur une échelle de 1 à 10 ? Contrôlez-vous parfaitement votre côté surnaturel ?

づ Autres précisions: S'il y a quelque chose que vous n'avez pas pu dire jusque là, c'est le moment de vous lâcher.


if i keep my eyes closed, he feels just like you


Deux petites mains, l’une dans l’autre, et toi tu es là, toute petite, à serrer avec toute ta petite force la main de ta soeur jumelle. Tu sais pas ce qui t’attends dans cette grande bâtisse devant toi, tu ne sais rien, absolument rien. Tu sais seulement que vous êtes seule maintenant, et que cette peur au fond de toi, elle semble grandir, grandir avec force, tel une vague qui se fracasse contre les falaises. Vous êtes seules, complètement seule. Vos parents, mort dans un incendie, et du haut de tes trois pommes, tu as oublié les cris, tu as oublié la mort, mais tes rêves ne l’ont pas. Tu te réveille la nuit, en panique, la sueur qui dégouline sur toi, mais silencieuse, toujours silencieuse. T’es devenu le contraire de ta soeur, elle qui se bat tout le temps, extravagante, batailleuse, toi tu est un mur de silence, et pendant des mois, t’as pas ouvert la bouche, t’as pas prononcé un mot. Non. Tu pouvais pas, t’es devenu une ombre. Une petite ombre qui ne disait jamais mot. Et même quand t’as recommencer à parler, tu étais le silence, prononçant seulement ceux qui était nécessaire, pas plus.

Tavis. Des baiser à en perdre la tête, des sourires qui te rendait faible, des clins d’oeil qui te transformait en mini homard rouge. Tu sais pas ce qu’il as vu en toi, toi cette petite chose timide et fragile, cette petite chose qui se cachait dans les ombres, dans celle de sa soeur. Peut-être qu’il as vu le potentiel en toi, celle qui maintenant ris en permanence, un sourire toujours placardé sur tes lèvres. Celle qui est maintenant capable de monter sur une table pour danser jusqu’à ce que la fatigue l’emporte, celle qui est maintenant capable de prendre sa guitare, chanter devant tous. T’es resté toute ta vie à l’orphelinat, mais t’étais plus seule, tu ne l’as jamais été. Et toi, et lui, ensemble, vous êtiez la vie, le soleil. Ton premier amour. Ton seul.
Aikel. Le quatrième du quatuor, ton frère de coeur. Qu’on se le disent, tu n’as jamais été proche de lui comme de Tavis, comme l’amour de ta vie, mais il était ta famille, il faisait partit de ton coeur. Le premier partit, le plus vieux. Et vous êtes revenu le rejoindre lorsque vous avez atteint l’âge, d’abord Tavis et ensuite toi et Sasha, les deux jumelles.

Une main qui se pose sur ta cuisse, un sourire sur ses lèvres, alors qu’il te regarde, et tu peux lire l’amour dans ses yeux, tu peux lire la vie dans son regard. Un rire alors qu’il te regarde gesticuler, chanter à tue-tête dans la voiture, lui au volant, toi responsable de la prise auxiliaire. Il t’aime, tu le sais, tu l’aime, il le sait. Mais ce n’était pas prévu, cette collision, ce camion, ce mastodonte, qui brûle le feu rouge, fonçant sur vu sans même pouvoir arrêté, sans même pouvoir ralentir. Un moment, alors que la panique s’éclaire dans vos yeux, la lumière soudainement aveuglante, ta main qui prends la sienne. Le reste, tu ne te souviens plus vraiment, des cris, peut-être les tiens, ceux de Tavis ? Tu ne sais pas. Tu sais juste que ta main est poisseuse de sang, que tu ne sens plus tes jambes, que celle de Tavis semble froide, inerte, et tu croise un moment ses yeux, vitreux, mais la douleur, si forte, si douloureuse, tu perds connaissance, ne te réveillant qu’à l’hôpital, plusieurs heures plus tard.

Des semaines, des mois, dans ce lit d'hôpital, dans cette chambre terne, sans jamais être capable de voir plus loin que la douleur, ta douleur, ce trou où était ton coeur auparavant, maintenant vide, se répercutant sous la haine, sous la peine. Ce vide où se trouvait ta jambe, auparavant. Ton moignon guéri, t’as à peine recommencer la physiothérapie, à peine capable de marcher, t’as même pas de prothèse, pas encore. Mais tu te lève, incapable de rester plus longtemps, incapable de voir l’écho de ta douleur tapisser les murs qui t’entoure. Tu prends tout ce que tu peux, t’habille, prends ces béquilles que ta soeur ta donné, et tu roule, roule, sans t’arrêté. Jusqu’à franchir les portes de l’hopital. Et tu es là, au milieu de la ville, sans savoir où aller, mais sachant très bien que tu ne peux retourner chez toi, pas dans cette chambre que tu partageait avec lui, pas dans ses souvenirs. Mais t’as de l’argent, beaucoup, principalement parce que la boutique est tellement achalandé, parce que tu accumule les contrats, parce que t’es talentueuse, qu’on se le dise. Alors tu t’en fiche, tu hèle un taxi, tu lutte pour te rentrer à l’intérieur, avec ta jambe, ce trou, en direction de l’aéroport.

Garde la tête haute, regarde droit devant toi, oublie ceux qui t’entoure, oublie ce monde effréné qui s’agite autour de toi, et n’oublie pas de sourire, oublie ton mal de crâne, ton envie de dégobiller au moins mouvement, oublie cette gueule de bois qui te détruit l’estomac. T’as trop fêté hier soir, encore, t’as aussi fini dans le lit d’un inconnu, et toi tu retourne chez toi, m’enfin, ta voiture, the walk of shame. Tu connais ça, tu connais beaucoup trop ça, parce que c’est ce que tu fais Ivy, tu bois, tu bois, et tu découche. Une sonnerie qui résonne dans ton soutien-gorge, ton téléphone qui vibre contre ton sein, parce que toi, tu ne traine jamais de sac et tu sais jamais où le mettre. “T’es en retard. Encore. Et t’as un client qui attend après toi. Encore.” Merde. T’as complètement oublié ton rendez-vous, t’étais supposé rencontré un client. Ton nouveau travail, parce que t’avais pas les couilles d’aller voir  Tu marmonne des excuses rapidement, promettant ton arrivé dans les quelques minutes, mais tu le sais, alors que tu croise ton reflet dans une des nombreuses vitrines que tu ne peux pas apparaître à la boutique dans ton état actuel. Faut vraiment que tu calme ta consommation d’alcool, tu le sais, parce que la déchéance dans laquelle tu te plonge depuis quelques mois s’en vient à ta perte. Continue comme ça Ivy et tu vas vraiment tout perdre, pas juste lui dans ce stupide accident de voiture, accident qui t’as aussi laissé estropié et avec une demie-jambe en moins, t’avais appris à te déplacer avec une prothèse, des mois de réhabilitations, des mois à grogner de douleurs, à serrer les dents, à boire. T’avais perdu ton meilleur ami, ton confident, l’amour de ta vie. T’avais perdu une partie de toi dans cet accident, pas juste physiquement. Parce que vous étiez quatre, depuis tout jeune, depuis toujours. Vous aviez grandit, vieillit ensemble, sans être du même sang, c’était presque tout comme. Et t’avais fuit, quand t’étais sortit de l'hôpital, sur tes béquilles, laissant un morceaux de toi derrière toi, t’avais fuit le plus loin possible, et t’avais fini quelque part sur une plage en Australie, à regarder ta vie défiler devant toi, incapable de marcher sans aide, tes béquilles s’enfonçant dans le sable sous toi, tu t’étais écroulé, incapable de te relever, incapable de continuer. Tu avais réalisé, à ce moment précis, alors que les premières larmes coulaient sur tes joues, alors que tu t’effondrais, que tu n’avais jamais été seule, que tu ne savais pas comment être seule. Ils avaient toujours été là, toujours présent. Alors t’avais repris l’avion et t’étais finalement revenu au pays. Après des mois d’errance, des mois à vagabonder sans savoir où aller, essayant de te débrouiller par toi-même, t’étais finalement revenue. Et t’avais sombré. Encore un peu plus, toujours plus. Mais tu n’en pouvais plus, alors que tu n’étais même plus capable de croiser ton regard dans un miroir, incapable de vivre avec celle que tu était devenu. Mais tes problèmes ne paraissent pas, t’as toujours eu le don de caché le tout derrière tes sourires, tes rires, tes blagues inapproprié. T’as toujours été celle qui rit sans arrêt, celle qui donne l’ambiance, celle qui ne sais pas s’arrêté. Jamais. Et lui, il avait toujours été là pour te ramasser à la sortie, quand tu avais trop bu et qu’il te fallait quelqu’un pour retenir tes cheveux alors que tu vidais ton estomac dans la toilette, toujours quelqu’un pour rire de toi le lendemain, alors que tu te cachais sous les couvertes, te plaignant sans cesse, un sourire sur tes lèvres. Et depuis sa mort, t’avais perdu cette chaleur, t’avais perdu cette envie de rire, d’être. Et t'étais là, à regarder ton reflet dans une vitrine, ton téléphone dans les mains, ce fût plus fort que toi, tu l'appela elle, ta soeur, ta meilleure amie, ta jumelle, ta moitié. Sonne, sonne, sans réponse, un message court, concis, lui proposant de prendre rendez-vous dans un parc. T'avais plus rien à perdre, Ivy.

Derrière l'écran

PRÉNOM/PSEUDO: Starsovermountain/Myriam
ÂGE RÉEL: 23 printemps
COMMENT AVEZ-VOUS CONNU BYW: C'est Camsh qui as trouvé  
SCHIZOPHRÈNE ? not yet
UN MOT DE FIN ? Plein de loooove    

Recensez-vous


Code:
<ma>づ</ma> cara delevingne ♦ [url=http://by-your-way.forumactif.com/u77]e. ivy allistair[/url]

Code:
<ma>づ</ma> tatoueuse ♦ [url=http://by-your-way.forumactif.com/u77]e. ivy allistair[/url]

Code:
<ma>づ</ma> empathie/influence empathique ♦ [url=http://by-your-way.forumactif.com/u77]e. ivy allistair[/url]
MessageSujet: Re: You say I drink and I smoke and I talk too much + EIA Mer 10 Mai - 23:05
avatar

BY MY WAY
Dispo ?: Open. Always.
Nature:
Lieeens :
♛♛♛♛
Modo ♦ Le psycho par excellence
♦ Byw depuis le : 26/03/2017
♦ Posts : 199 ♦ Rps : 35
♦ Adresse : une petite maison près de la forêt, à quelques kilomètre au Nord de San Francisco, loin des gens, loin de tout.



Voir le profil de l'utilisateur
Tiens, on dirait l'un des membres du groupe qui va débarquer

Bienvenuuue

Bon choix d'ava

Si besoin le staff est là

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

soft as the breeze
Le temps apaise le chagrin, l'éparpille à tous vents, mais il laisse toujours derrière lui des graines irréductibles. Telle est la condition humaine. Ces graines, nous les emportons avec nous dans la tombe.
MessageSujet: Re: You say I drink and I smoke and I talk too much + EIA Mer 10 Mai - 23:21
avatar

BY MY WAY
Dispo ?: 1/4 libres
Nature:
Lieeens :
Let's just... have fun !
♦ Byw depuis le : 10/05/2017
♦ Posts : 101 ♦ Rps : 12
♦ Adresse : Dans un petit appartement à Downton avec Hamlet

~ MAMA I'M IN LOVE WHIT A CRIMINAL



~ THOSE PRINCESS ARE GUARDED BY A SUPER CRAZY BROTHER







~ WHO NEEDS SUPERHEROES WHEN YOU HAVE BROTHERS ?





~ BABY NEXUS


Voir le profil de l'utilisateur
Tiens on dirait le deuxième membre de la deuxième plus belle fratrie du forum

Bienvenuuue !
MessageSujet: Re: You say I drink and I smoke and I talk too much + EIA Mer 10 Mai - 23:28
Let's just... have fun !
♦ Byw depuis le : 10/05/2017
♦ Posts : 2 ♦ Rps : 0
Voir le profil de l'utilisateur
Merciiii!

(rectification : *la première plus belle )
MessageSujet: Re: You say I drink and I smoke and I talk too much + EIA Jeu 11 Mai - 4:24
avatar

BY MY WAY
Dispo ?: Dispo. 2/5
Nature:
Lieeens :
♛♛♛♛♛
Admin ♦ La folle du logis
♦ Byw depuis le : 11/03/2017
♦ Posts : 1835 ♦ Rps : 50
♦ Adresse : Marina District



Voir le profil de l'utilisateur http://by-your-way.forumactif.com
La deuxième, la deuxième

Si t'avais débarqué dans un mois, tu l'aurais pas eu ce magnifaïk vava, c'est moi qui le jouerais Et c'est la première fois que je vois quelqu'un vieillir Cara, t'assures

Trop hâte de voir ce que tu vas en faire, j'aime déjà beaucoup ce début Courage pour la suite

Bienvenuuuuuuuue parmi nous officiellement Si besoin de quoi que ce soit, hésites pas à biper

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

S: the crazy one

   
α They have forgotten the first lesson, that we are to be powerful, beautiful and without regret. Listen to us. Children of the night. What music we make. Listen. Maybe it's the last music you'll ever hear.
   
MessageSujet: Re: You say I drink and I smoke and I talk too much + EIA Jeu 11 Mai - 9:27
avatar

BY MY WAY
Dispo ?: 2/2
Nature:
Lieeens :
♛♛♛♛♛
Admin ♦ L'ouragan de la team
♦ Byw depuis le : 10/05/2017
♦ Posts : 68 ♦ Rps : 4
♦ Adresse : Shoreline - chambre 152 avec Eden & Werymm


Liana Maura Callister
"Princess of Faerie"




"Foi, Confiance et Poussière de fée !."

Voir le profil de l'utilisateur
Et ouais deuxième désolée d'abord la fratrie sorcière

Welcome si tu as besoin n'hésite pas

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

☽ FAERIE ☾
Tu crois que la terre t'appartient toute entière
Pour toi, ce n'est qu'un tapis de poussière
Moi, je sais que la pierre, l'oiseau et les fleurs
Ont une vie, ont un esprit et un coeur
MessageSujet: Re: You say I drink and I smoke and I talk too much + EIA Dim 11 Juin - 6:49
avatar

BY MY WAY
Dispo ?: Disponible :)
Nature:
Lieeens :
Gagnant des Défis de la Gay Pride
Gagnant des Défis de la Gay Pride
♦ Byw depuis le : 09/04/2017
♦ Posts : 1495 ♦ Rps : 33
♦ Adresse : Marina, dans sa villa.


Voir le profil de l'utilisateur
Bienvenue parmi nous Elle avance super bien, cette fiche
MessageSujet: Re: You say I drink and I smoke and I talk too much + EIA Mar 20 Juin - 17:58
♛♛♛♛
Admin ♦ L'obsédée de service
♦ Byw depuis le : 27/04/2017
♦ Posts : 30 ♦ Rps : 4
Voir le profil de l'utilisateur
Déplacement

Hello

Ta présentation n'étant pas finie depuis plus de trois semaines, elle est donc déplacée dans la section des présentations inachevées.

Mais aucune crainte ! Elle ne sera ni supprimée, ni archivée et tu pourras toujours la finir et la faire valider quand tu le pourras. Enfin... si entre temps un nettoyage n'est pas fait Arrow

Bonne rédaction ! I love you
MessageSujet: Re: You say I drink and I smoke and I talk too much + EIA
You say I drink and I smoke and I talk too much + EIA
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» I smoke a cigarette and hush ▬ [ 29/05 - 21h35 ]
» ROLL ONE, SMOKE ONE ~ 13 MARS, 05H31
» ◮ roll one, smoke one, and we all just having fun.
» Drink me (Solo, Duo, Groupe)
» I want smoke with you, please Can I? PV Hiroto Nokubura

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
By Your Way :: About the Identites :: Introducing Myself :: Fiches inachevées-
Sauter vers: