Forum RPG à l'ancienne, City - Fantastique
 

Partagez|

❝ Je t'aime plus que ma vie ❞ Wolfgang & Hadley

MessageSujet: ❝ Je t'aime plus que ma vie ❞ Wolfgang & Hadley Dim 14 Mai - 23:27
avatar

BY MY WAY
Dispo ?: Oui *_*
Nature:
Lieeens :
Let's just... have fun !
♦ Byw depuis le : 11/05/2017
♦ Posts : 135 ♦ Rps : 23
♦ Adresse : Appartement en sous-sol à Mission District


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Je t'aime plus que ma vie ❞Hadley & WolfgangJe suis si excitée. Ma nouvelle vie vient enfin de commencer. Bon, ça a été un peu long au départ, il faut bien être honnête, plus de 25h de bus, c'est pas le genre de choses qui passent tout seul. Mais ça en valait le coup, parce que San Francisco a l'air d'être une ville géniale. Tellement différente d'Austin. Bon, je dis ça alors que je viens à peine d'arriver, mais j'ai un bon pressentiment, je sens que je vais me plaire ici et que je vais pouvoir débuter une vie belle et heureuse. Oui, je sais, je suis trop optimiste dans la vie, je vois la vie en rose, quoi qu'il puisse arriver. Je sais que ça agace certaines personnes et que d'autres n'arrivent juste pas à comprendre, mais je m'en moque, je vis pour moi et pas pour eux, non ? Bon après c'est plus facile à dire qu'à faire, on prend toujours en compte l'avis des autres, en tout cas moi je le fais, mais j'essaie de me dire que ce qu'ils pensent n'a pas d'importance, même si ce n'est pas très probant. Mes problèmes de santé ont fait que j'ai tendance à voir les choses différemment. Oui, certes, je n'ai pas autant profiter de la vie que certains de mes amis. Je n'ai pas parcouru le monde, je n'ai pas fait d'études, mes deux boulots n'étaient pas particulièrement enrichissant, mon frère me manquait, mes parents m'étouffaient, bref, j'aurai des raisons de me plaindre. Mais je n'en ai pas envie parce que je suis en vie. J'aurai pu mourir au Mexique. J'aurai pu m'écrouler au bord de la plage, seule et on m'aurait retrouvé que trop tard. Enfin je suppose, je ne suis pas médecin mais je suppose que ça aurait pu être une possibilité. Mais je suis encore là, c'est une chance. Alors oui, mon corps est un peu merdique, mais il tient encore bon. J'ai été sage, j'ai été patiente et raisonnable, maintenant place à un peu de folie. Rien à voir au Springbreak, je ne compte pas passer mes soirées à boire dans des bars louches. Je veux juste vivre, avoir un boulot, un coin à moi, de nouveaux amis, une seconde famille. Je veux pouvoir profiter de nouveaux de mon frère, avoir de nouveaux souvenirs avec lui et pouvoir le prendre dans mes bras.

J'ai débarqué à San Francisco il y a peu de temps, quelques heures tout au plus. Le temps de me repérer dans la ville, de me perdre, de trouver le salon de tatouage, de faire la connaissance de Sasha, de papoter avec elle en mangeant un morceau. Je n'ai pas vu le temps passer et c'est trop cool. Mon premier ressenti sur cette ville est donc totalement positif. Sasha est une jeune femme merveilleuse. Je suis totalement sous le charme. Elle cuisine comme une reine, elle est prévenante et attentive. Si j'avais eu une soeur, j'aurai aimé qu'elle soit comme elle. J'ignore comment elle est en tant que patronne, mais en tout cas en tant que personne, c'est un ange. J'ai cru comprendre qu'ils étaient plusieurs dans le salon, mais je n'ai vu qu'elle, je rencontrerai Ivy et Aikel plus tard. La priorité pour le moment c'est Wolfgang. J'aurai dû faire demi tour quand elle m'a dit qu'il n'était pas encore arrivé, mais elle a parlé de manger et c'était mon horaire et j'avais faim, j'ai pas pu résister. Surtout que bon, je n'ai plus de provision et il me fallait vraiment un vrai repas si je ne voulais pas me faire 15 injections en une fois d'insuline. Bon, j'exagère un peu mais c'est pour dire que ce n'était pas très raisonnable. Je savais que ça ferait loin et que ce serait long, mais je n'avais pas les moyens de me payer le billet d'avion et il était hors de question que j'économise pour me l'offrir. Je voulais vraiment partir le plus tôt possible, alors oui, j'étais prête à souffrir un peu et à mettre à mal mon corps pour la bonne cause. Je n'ai pas vu le temps passer pour être honnête. J'étais un peu nerveuse au début, après tout je ne la connaissais absolument pas, je ne voulais pas la déranger ni rien, mais finalement je ne suis pas déçue d'être passée d'abord au salon. Et du coup maintenant il fait nuit et j'espère qu'on ne va pas se croiser, Wolf et moi, sans se voir, ça serait quand même bête. Parce que bon, c'est pas qu'elle pèse son poids cette valise mais pas loin, y'a toute ma vie dedans, ou presque, j'aimerai bien la poser et ne plus la toucher avant longtemps. Alors je finis par abandonner Sasha, un peu à contre coeur et je reprends la route. Je me perds, encore une fois, rien de bien nouveau, mais je finis par trouver l'appartement de mon frère. J'avais son adresse sur une de ses dernières lettres, facile donc de le retrouver dans ces conditions là. Je descends des marches, visiblement il a opté pour une sorte d'appartement en sous-terrain. Je connais un peu le principe, dans les grandes villes, ils rentabilisent le moindre mètres carrés, donc maintenant ils aménagent des caves en appartement. C'est un peu chelou mais quand on n'a pas les moyens, on fait avec. Je frappe à la porte, j'attends un peu et quand cette dernière s'ouvre, j'ouvre les bras et cris « SURPRISE !! » Le sourire aux lèvres. J'avais d'un côté mon sac à dos et de l'autre ma valise et tout ce que je voulais, en cet instant, c'était lui sauter dans les bras et ne plus le lâcher. Presque trois ans, c'est trop long ...
© 2981 12289 0
MessageSujet: Re: ❝ Je t'aime plus que ma vie ❞ Wolfgang & Hadley Jeu 18 Mai - 16:16
avatar

BY MY WAY
Dispo ?: Toujours
Nature:
Lieeens :
Let's just... have fun !
♦ Byw depuis le : 11/05/2017
♦ Posts : 45 ♦ Rps : 7

Voir le profil de l'utilisateur
Les soirées de Wolfgang, quand il ne travaillait pas, se résumaient globalement à zoner devant son ordinateur à regarder un film d'action sans aucun fond avec quelques bières comme seule compagnie. Les tentations de la ville étaient bien trop grandes, il ne s'y risquait pas encore vraiment, hormis de rares fois. Mais pas ce soir. Ce soir, il était chez lui, observant de haut en bas une toile blanche qu'il n'avait pas encore tâché de son pinceau, qui restait figé dans les airs. L'inspiration était une étrange chose. Parfois, il pensait que c'était le moment, que son esprit se libérerait pour le guider totalement. Et puis rien. Et d'autres fois, au milieu de sa nuit, il se réveillait, pris d'une envie soudaine de peinture. Son appartement était empli de ses toiles, certaines terminées, d'autres encore inachevées, et cette toile blanche qu'il pensait pouvoir toucher ce soir mais qui ne le laissait pas encore approcher. Résigné, il lâcha le pinceau qui alla rejoindre les autres dans un fracas, puis retourna s'affaler dans son canapé. Il était bien trop seul, Wolfgang. Il avait du mal à trouver un but à sa vie, si ce n'était de rendre celle de sa soeur plus facile. Il s'imposait chez tout le monde, surtout chez Nuccia, parce qu'il en avait besoin. Il ne fallait pas être un génie pour savoir qu'il n'était pas dans le meilleur des états d'esprit possible. Il fallait dire que s'habituer à être un vampire était une chose, continuer de vivre en était une autre. Quelque part, il était plutôt soulagé que Hadley n'ait pas à le voir comme ça, avec cet air de manque sur le visage. Il avait toujours joué le rôle du grand frère protecteur qui ne se voulait aucun défaut. Il n'était pas idiot, il savait qu'elle ne le voyait pas comme ça, même s'il l'aurait aimé, quelques fois. Mais au moins, elle le voyait encore humain. C'était son lot de consolation, ce qui le faisait encore tenir, d'être humain encore pour les autres alors qu'il peinait à l'être pour lui-même.

Un coup sur la porte le sortit de ses pensées, et il posa la bière qu'il venait d'empoigner sur sa table basse, avant de se lever avec appréhension, les sourcils froncés. Wolfgang ne recevait jamais de visite. Rien que voir là où il habitait, aussi cosy que ce soit à l'intérieur, plaisait rarement. Il faisait avec, n'étant pas vraiment adepte des soirées mondaines non plus. Alors avoir de la visite sans qu'il ne l'ait programmée, c'était presque impossible. Malgré tout, il ouvrit la porte, pour se retrouver face à sa soeur. Un air d'étonnement concret vint remplacer le souci sur son visage, et il mit quelques secondes à comprendre la situation. Il se reprit assez rapidement cela dit, et s'empressa de prendre sa soeur dans ses bras. " Had ! Mais qu'est ce que tu fais là? Ce n'était pas un reproche, loin de là, juste la traduction de son étonnement, lui qui la pensait à Austin avec leurs parents. Il ne vit même pas tout de suite les valises qu'elle trainait avec elle, ne l'ayant de toute manière pas encore lâchée. On ne voyait pas le Lewis comme quelqu'un de très expressif, ni même de très tactile. C'était la vérité. Mais la vérité n'incluait jamais sa soeur. Trois ans qu'il ne l'avait pas vue, c'était comme une nouvelle bouffée d'air.
MessageSujet: Re: ❝ Je t'aime plus que ma vie ❞ Wolfgang & Hadley Jeu 18 Mai - 17:54
avatar

BY MY WAY
Dispo ?: Oui *_*
Nature:
Lieeens :
Let's just... have fun !
♦ Byw depuis le : 11/05/2017
♦ Posts : 135 ♦ Rps : 23
♦ Adresse : Appartement en sous-sol à Mission District


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Je t'aime plus que ma vie ❞Hadley & Wolfgang Cela faisait plus de 28h maintenant que j'attendais impatiemment ce moment. Ce moment où je toquerai à la porte et où je lui crierai surprise avant de lui sauter dans les bras. Je voulais voir sa réaction, espérant qu'elle serait bonne. Oui parce que se taper plus de 25h de bus pour que l'autre en face fasse la gueule et nous demande de repartir, c'est pas terrible terrible comme début. Alors certes, je peux concevoir que c'est un choc, je ne l'ai pas prévu, je débarque un peu comme une fleur, mais cela fait quasiment 3 ans qu'on ne s'est pas vu, y'a plutôt intérêt qu'il soit content, sinon je pense que la fatigue et la déception risqueront de me faire dire et penser des choses que je regretterai après. Alors oui, malgré mon excitation, j'appréhende un peu. Cela fait si longtemps que je ne l'ai pas vu et s'il avait vraiment changé ? Et s'il était parti à cause de moi ? S'il ne voulait plus m'avoir dans sa vie, physiquement j'entends. Il fait tellement de choses pour moi, cela pourrait être plausible qu'il n'est pas envie de s'impliquer plus. Il se sent coupable que je sois tombée malade et en même temps il m'en veut. Il cherche à se racheter tout en coupant définitivement le cordon avec moi. D'accord, on s'appelle et j'ai des nouvelles de lui, mais c'est peut-être pour ne pas que je m'inquiète ou pour que je le laisse respirer, vivant dans l'illusion qu'il m'aime alors qu'il est lasse de moi.... Ok donc là clairement je me fais des idées et c'est la fatigue qui en est la cause. Wolfgang n'agirait pas comme ça … hein ?! J'angoisse, maintenant que je suis devant sa porte, j'angoisse. Et s'il ne voulait pas de moi ? Et s'il appelait les parents pour leur dire que c'était pas possible, qu'il fallait qu'ils trouvent une solution pour me ramener à Austin, sans trop que je sois déçue, que je reprenne la raison. S'il estimait sa vie trop compliqué pour que je vive avec lui ? Et s'il me rejetait ? S'il me montrait une facette de lui que je n'aimais pas ? Et s'il détestait ce que j'étais devenue ? Me trouvant trop faible, à attendre trop de mes proches alors que je suis majeur et capable de payer mes propres soin si je m'en donnais les moyens. Sauf que je fais ce que je peux, mais sans étude, je ne peux pas postuler à des boulots réellement bien payé. Alors je suis voué à faire des petits boulots, qui gagnent peu mais qui demandent beaucoup d'heures … Ok, il faut que je me calme, je vais finir par hyperventiler. Je suis là, maintenant c'est trop tard pour faire marche arrière. Il m'aime, je l'aime, où est le problème ? Hadley, arrête de te faire des films pour rien et profite de l'instant présent.

C'est donc dans cet état d'esprit un brin chaotique que je finis par frapper à la porte. Sourire aux lèvres, quand je vois enfin apparaître mon frère dans l’entrebâillement de la porte, je cris surprise. J'angoisse un peu mais je garde le sourire. Et c'est un Wolfgang surprit qui me fait face. En même temps je ne lui ai pas dit que je venais, n'est-ce pas un peu normal qu'il soit surpris ? Il doit me croire à Austin en cet instant et certainement pas à San Francisco. Après quelques instants d'incertitude – qui me parurent une éternité – me voilà fichée dans les bras de mon frère. Mon dieu que c'était bon. J'ai cru que ce moment n'arriverait jamais et pourtant il est là et bien là. Je suis dans les bras de mon grand frère, celui que je n'ai pas vu depuis quasiment 3 ans et qui m'a manqué à chaque instant de ma vie. Had ! Mais qu'est ce que tu fais là? Furent les premiers mots de mon frère. J'étais encore dans ses bras, ce qui était plutôt bon signe, non ? Il était étonné, je pouvais le comprendre mais pas désagréablement étonné, si ? Enfin je n'en sais rien, je vois rarement le mal quelque part, mais ça ne m'empêche pas de douter pour autant. Et si je le dérangeais. Et s'il était avec quelqu'un ? Et s'il voulait être tranquille ? Et s'il pensait partir faire quelque chose ? « Je voulais te faire une surprise … Passer quelques temps avec toi, tu m'as tellement manqué !! » Lui dis-je en me rendant compte que la théorie c'était bien mais que j'aurai peut-être dû le prévenir quand même, parce que là, clairement, j'allais apparaître comme une grosse squatteuse. Je finis par le lâcher. « Je me rends compte que maintenant que j'aurai peut-être dû te prévenir … Mais je voulais tellement te faire une surprise … et je voulais tellement pas que les parents et toi vous accordiez à dire que je serai mieux à Austin avec eux … J'en ai marre d'Austin, j'ai besoin de changer d'air, de prendre un nouveau départ, de faire autre chose de ma vie, découvrir de nouveaux horizons … et surtout, pouvoir passer du temps avec toi !! » soudainement, je me suis mise à tout déballer. Je voulais qu'il comprenne que je ne faisais pas tout ça contre lui mais que clairement j'en avais besoin. Que je me rendais bien compte que je lui en demandais peut-être beaucoup mais que ce serait peut-être un mal pour un bien. Je ne m'étais pas vraiment rendue compte que mon idée allait peut-être apparaître comme un couteau sous la gorge de mon frère. Genre : maintenant que je suis là, tu n'as plus le choix … même si au fond, c'était un peu vrai, encore qu'il pouvait prévenir nos parents pour que l'un d'eux viennent me chercher ou pour me foutre dans le bus de retour ….
© 2981 12289 0
MessageSujet: Re: ❝ Je t'aime plus que ma vie ❞ Wolfgang & Hadley Ven 19 Mai - 14:38
avatar

BY MY WAY
Dispo ?: Toujours
Nature:
Lieeens :
Let's just... have fun !
♦ Byw depuis le : 11/05/2017
♦ Posts : 45 ♦ Rps : 7

Voir le profil de l'utilisateur
Trois ans. Avec tout ce qu'il s'était passé, on aurait pu croire que Wolfgang ne les avait pas vu passer. Entre son départ pour la Chine, tous les préparatifs pour le salon du tatouage, et l'excitation du voyage, en premier lieu, il n'avait même pas vraiment profité des dernières fois où il avait vu Hadley. Il fallait dire qu'il ne se doutait pas qu'il mettrait autant de temps à rentrer, même en prenant en compte le fait qu'il était, encore à l'époque, une vraie tête brûlée et qu'il risquait de prolonger son voyage pour on ne savait quelle raison. Et la raison, ce fut Sasha. C'était une bonne rencontre, il n'y avait pas à dire, qui n'avait fait que retarder le moment où il devait rentrer à la maison. Mais quelle aventure ! Il avait pu observer tellement de cultures, tellement de lieux magnifiques ... C'était sans doute la seule part du roadtrip, la majeure partie, si ce n'était, dont il n'avait pas honte de parler. Puis ç'avait été le moment de rentrer. Mais encore quelques soirs, les pieds dans le sable, le regard perdu dans l'océan, quelque part en Asie. Ces soirées supplémentaires lui avaient coûté la vie. Il était mort deux ans plus tôt, même s'il peinait encore à le croire. Le processus de transformation devait forcément vous faire passer par là. Il marchait, parlait, pouvait encore rire et bouger, mais il était mort, et il avait mis deux ans, deux longues années, à ne pas sentir ce poids sur ses épaules. Il aurait pu rentrer plus tôt à la maison, mais finalement, pour quel résultat? Aurait-il pu, sans le vouloir, attaquer sa soeur par manque de contrôle? Il ne pouvait décemment pas le risquer. Déjà qu'à l'heure actuelle, il ne se contrôlait pas vraiment, qu'est ce que ça devait être à l'époque... Si la nuit du drame n'évoquait en lui que de très rares souvenirs, et très flous qui plus est, jusqu'à ne pas savoir s'il s'agissait d'un homme ou d'une femme qui l'avait transformé, il se remémorait parfaitement les longues nuits prostré dans un sous sol poussiéreux d'une maison abandonnée. La première fois qu'il avait essayé de sortir, ignorant son reflet plus pâle que la mort, il avait cru mourir sous les assauts du soleil et n'avait jamais réitéré l'expérience. Il était condamné à vivre dans l'obscurité jusqu'à la fin des temps. Lui qui avait toujours été très cartésien devait maintenant faire avec l'idée que le surnaturel n'était pas réel que dans les livres, mais qu'il en avait été la victime. Il avait cru devenir fou. Son ouïe développée au maximum, lui faisant entendre le moindre grincement à un kilomètre à la ronde, avait failli le rendre fou. Alors il avait mis deux ans. Deux ans avant de pouvoir rentrer à la maison, contrôler un peu son apparence et ses nouveaux talents. Malgré tout ce qu'il avait dû faire, il n'en restait pas moins que trois ans sans voir Hadley, c'était long.

Il profita un moment de la retrouver dans ses bras, comme il aurait voulu le faire des dizaines de fois au cours des dernières années. Il avait dû se contenter des lettres, la rassurant sur son état. Que tout le monde le croit mort, ça n'était pas vraiment son problème tant que cela ne l'incluait pas elle. Mais il n'avait guère pu faire plus. Il n'était même pas passé à Austin à son retour, non pas qu'il ait peur de se retrouver face à elle, mais pour deux raisons plutôt simples. La première était qu'il avait forcément changé suite à sa transformation et si quelqu'un devait s'en rendre compte, c'était forcément Hadley. La seconde était qu'il ne supportait plus ses parents plus de deux heures d'affilées. Même les repas de famille étaient un enfer pour lui. Entre le fait qu'il soit tatoueur, et donc qu'il exerce un métier qui n'en est pas vraiment un (selon eux), qu'il ait disparu de la surface de la Terre sans prévenir personne et qu'il gardait les cheveux longs, il y avait beaucoup beaucoup trop de chances qu'il s'énerve, et au lieu de taper du poing sur la table, sa colère provoquait maintenant une petite transformation qui n'aurait pas été au goût de tout le monde. Austin donc, c'était pas une bonne idée. Mais voir Hadley à San Francisco, même s'il ne le lui avait pas proposé, était une agréable surprise pour Wolfgang, quand bien même il se sentait un peu sous pression pour ne commettre aucun faux pas. Le discours de sa soeur le prit un peu de court et il attendit donc qu'elle ait fini pour pouvoir en placer une. "
Donc t'es en train de me dire que les parents ne sont pas au courant non plus de ton départ?"
Les mêmes parents qui avaient lancé un avis de recherche national quand il avait disparu. Alors qu'est ce qu'ils feraient pour Hadley ... Heureusement qu'Austin, c'était pas la porte à côté parce qu'il sentait déjà arriver le sermon par téléphone pour qu'il renvoie tout de suite Hadley au fond du Texas. Il eut un petit rire, qui contrastait totalement avec sa précédente pensée. "Qui aurait pu croire que t'étais une mordue d'aventures hein? " Dans la famille, ils s'étaient plus ou moins entendus à donner le rôle de la tête brulée à Wolfgang, mais après tout, ils n'étaient pas de la même famille pour rien. Se rendant compte qu'ils étaient toujours sur le pas de la porte, le vampire attrapa la valise de sa soeur en l'invitant à entrer. "Désolé, entre, on va dire que c'est la surprise qui m'a pris mes bonnes manières. Tu sais que tu peux rester tant que tu veux chez moi. Mais il faut que tu préviennes papa et maman, avant que je vois le FBI débarquer dans mon appart."  
MessageSujet: Re: ❝ Je t'aime plus que ma vie ❞ Wolfgang & Hadley Ven 19 Mai - 16:07
avatar

BY MY WAY
Dispo ?: Oui *_*
Nature:
Lieeens :
Let's just... have fun !
♦ Byw depuis le : 11/05/2017
♦ Posts : 135 ♦ Rps : 23
♦ Adresse : Appartement en sous-sol à Mission District


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Je t'aime plus que ma vie ❞Hadley & Wolfgang "Donc t'es en train de me dire que les parents ne sont pas au courant non plus de ton départ?" Heu … oui ?! Maintenant qu'il venait de mettre en lumière cette évidence, je me sentais un peu mal à l'aise. Oui, en effet, je suis partie sans rien dire à personne ou plus précisément, je leur ai dis que je rentrais dans quelques jours. Je n'ai pas été très précise sur la date de retour, leur expliquant que ça dépendrait de mon état de fatigue et du temps que pourrait m'accorder Wolfgang. Au début, ils commençaient à me dire que je ne pouvais pas y rester indéfiniment, que j'ai ma vie ici et que mes patrons n'allaient pas m'attendre indéfiniment. Que des serveuses ou des baby-sisters, ça se trouvaient facilement, qu'il ne faudrait donc pas trop que je m'absente. Alors oui, c'est vrai, des serveuses, ils peuvent en trouver n'importe où, comme le reste, mais j'ai toujours été débrouillarde, vaillante, autonome et souriante. Les clients m'apprécient et les enfants aussi. Il est compliqué d'offrir sa confiance à n'importe qui de nos jours, quand on trouve une personne digne de confiance, on n'a pas tendance à la laisser partir. Je n'ai donc rien dit à personne, au cas où Wolf', me renverrait à la maison. Je voulais attendre d'en parler avec lui et de voir si je pouvais trouver quelque chose à San Francisco, avant d'alerter tout le monde. Et autant mes patrons ne le prendraient peut-être pas très bien mais ça à la rigueur je m'en moque, autant les parents ça sera une toute autre histoire. « Heu … non … Enfin ils sont au courant que je suis venue ici, si, mais … mais pas que j'ai pas prévu de revenir. Ils m'auraient empêché de venir sinon, tu les connais. Ils sont … adorables mais … si étouffants. J'en peux plus. J'ai besoin de prendre l'air. » J'adore nos parents, vraiment. Ils ont toujours été très compréhensifs et géniaux avec moi. Ils se sont saignés pour m'offrir mes soins sans jamais se plaindre ou me faire comprendre que tout ça, c'est de ma faute. Alors oui, évidemment que je les aime, mais ils sont trop souvent sur mon dos, à me dire quoi faire et surtout ne pas faire. Me dire qui j'ai le droit de fréquenter et qui je devrais éviter comme la peste. Je ne prétends pas qu'ils n'ont pas souvent raison, mais j'ai le droit d'avoir une vie, de faire mes propres erreurs. Je les aime, mais je veux vivre. Est-ce trop compliqué à comprendre ?

"Qui aurait pu croire que t'étais une mordue d'aventures hein? " Oui, en effet, qui aurait cru que j'avais l'âme aventurière. En même temps, la dernière fois que je suis partie à l'aventure, j'ai fini à l'hôpital, avec les reins en moins … ou presque. Alors oui, il est vrai que je ne laisse pas trop cette part de moi s'exprimer. Et pourtant elle est là et bien là et je crois que plus d'une fois mes parents l'ont vu, mais ont tout fait pour l'éteindre du mieux qu'ils le pouvaient. Ils m'aiment, c'est une certitude et c'est parce qu'ils se font du soucis pour moi qu'ils tâchent de diminuer mes ardeurs. Je ris à mon tour, heureuse de le voir réagir de cette façon. C'est vrai, il ne s'est pas énervé et il sourit, c'est plutôt bon signe, non ? « Ils faut bien qu'on soit de la même famille pour quelque chose. Nous ne partageons pas que notre charme voyons !! » Notre charme. Autant je le trouve très beau et je sais qu'il est loin de déplaire à pas mal de filles, autant je ne suis moins convaincu par ce que je dégage. Non pas que je n'ai pas eu mon quota de personnes intéressées par moi dans la vie, mais c'est pas non plus si extraordinaire que ça. Je pense que je suis une fille moyenne, à tendance jolie, mais sans plus. Pas le genre de filles sur qui tu te retournes dans la rue. Parfois j'aimerai bien, mais c'est pas encore le cas. On m'apprécie parce que je suis une bouffée d'air frais, on me l'a souvent dit. C'est déjà bien je trouve. "Désolé, entre, on va dire que c'est la surprise qui m'a pris mes bonnes manières. Tu sais que tu peux rester tant que tu veux chez moi. Mais il faut que tu préviennes papa et maman, avant que je vois le FBI débarquer dans mon appart."  Je ris à sa remarque et je me laisse entrainer à l'intérieur de son appartement. Il était plus sympa que de l'extérieur, mais ça faisait un peu étrange qu'il ne possède pas de fenêtre. Ca doit être un peu déprimant de ne jamais voir la lumière du jour, de ne pas savoir quel temps il fait dehors ou ce qu'il se passe dans la rue. Moi j'aime bien de temps en temps me poser à la fenêtre pour jouer mes fouines. Qui fait quoi ? Qui traine avec qui ? Etc. Je leur invente des histoires, des dialogues, ça passe le temps. Ici, impossible, c'est triste. Enfin bon, il a un toit au dessus de la tête je ne vais pas jouer les difficiles, c'est déjà un bon début. Et puis s'il aime vivre ici alors j'aimerai aussi. Je suis contente qu'il me dise que je peux rester autant que je veux chez lui. Je tape des mains et sautille de joie. C'est tellement une bonne nouvelle, j'avais un peu peur que ça le dérange et qu'il préfère que je rentre à Austin. Oh, peut-être pas dans l'immédiat, bien entendu, il est conscient que ça serait peut-être un peu trop demander à mon corps. Mais dans quelques jours, quand ce dernier sera totalement remis sur pieds. Il serait même capable de me faire rentrer en avion, pour me faire gagner du temps. Mais moi je ne veux pas rentrer, je veux rester ici. Après, prévenir les parents, c'est certainement la partie la moins amusante de l'histoire. Je suis vraiment obligée ? « J'imagine déjà d'ici leur réaction. Ils vont crier, m'ordonner de rentrer, me recrier dessus … ça va être horrible …  » Dis-je d'une petite voix, avec une moue triste. Hadley ou l'art d'amadouer les gens pour faire des choses qu'elle n'a pas envie de faire …
© 2981 12289 0
MessageSujet: Re: ❝ Je t'aime plus que ma vie ❞ Wolfgang & Hadley Ven 19 Mai - 20:46
avatar

BY MY WAY
Dispo ?: Toujours
Nature:
Lieeens :
Let's just... have fun !
♦ Byw depuis le : 11/05/2017
♦ Posts : 45 ♦ Rps : 7

Voir le profil de l'utilisateur
Wolfgang soupira. Il ne pouvait pas dire qu'il ne comprenait pas Hadley, ce serait mentir de façon éhontée. Il avait pris son envol de la maison familiale dès qu'il l'avait pu. On était pas dans un cadre tragique, une famille qui n'était pas aimante ou qui ne s'occupaient pas de ses enfants. Justement. Ils étaient trop là, à surveiller chaque fait et geste déjà avec lui, alors il se doutait que pour Hadley, ce devait être mille fois pire, compte tenu de sa maladie. Une partie de lui se rassurait de la savoir avec eux pour ça, parce que son état ne devait pas être négligé, mais il ne pouvait pas lui en vouloir d'avoir voulu échapper à la situation. Quand on grandissait et qu'on aspirait à un minimum de liberté, les parents et leur attention constante était la dernière chose que l'on souhaitait. Alors oui, il la comprenait, mais ce serait mentir que de dire qu'il ne paniquait pas un minimum. Entre les poches de sang que lui fournissait Nuccia dans le frigo et sa flagrante incapacité à s'occuper totalement efficacement de lui-même, il se demandait comment il allait faire pour bien prendre soin de sa soeur, alors qu'elle ne pouvait totalement encore se prendre en charge dans sa globalité. Ce n'était certes pas assez pour lui dire de rentrer à Austin, et s'il avait manqué de courage par le passé, il en avait encore assez en stock pour ne pas en arriver là, du moins pas avant qu'il se rende compte qu'il ne pouvait pas le faire. Mais c'était assez pour qu'il ait tout de suite envie de se taper la tête contre le mur pour éviter toutes les pensées qui fusaient. S'il jouait les grands frères inquiets dès maintenant, il risquait de braquer sa petite soeur. Et il ne voulait pas qu'elle croit qu'elle était incapable de prendre une telle décision par elle-même, il la savait assez intelligente pour y avoir assez réfléchi et ne pas avoir pris cette décision sur un total coup de tête. En tout cas, pas totalement. Elle n'aurait pas abandonné son boulot si elle ne le voulait pas réellement, et c'était quelque chose contre laquelle il n'avait aucune envie de se battre maintenant. Wolfgang avait lui même fait beaucoup de choix qu'on aurait pu croire précipité, et quelque part, il s'en était sorti. Pas sans aucune séquelle, mais il s'en était sorti, c'était le principal. Si elle avait la même combativité, ce serait son cas aussi. " Je peux comprendre. Ils ne doivent pas te laisser beaucoup de libertés depuis quelques temps. ça te laisse le temps de réfléchir à ce que tu veux faire. Si tu trouves quelque chose ici qui te plaise assez pour que tu y restes, ce sera plus facile pour leur faire entendre raison. " Il connaissait assez son père pour le savoir capable de faire le chemin jusqu'à San Francisco, et c'était la dernière chose qu'il voulait. Quant à sa mère ... Il n'avait pas fini d'en entendre parler s'il ne l'appelait pas dans la soirée pour la tenir au courant.

Mais Hadley n'était pas sa soeur pour rien. Au moins il pouvait être sûr qu'aucun des deux enfants Lewis n'avait été adopté ... Autre le fait qu'ils se ressemblent bien trop pour que ce soit une coincidence, la faculté à prendre des décisions qui pourraient influencer toute leur vie en quelques heures ne s'inventait pas. Ce que les gens posés devaient s'ennuyer ... Lui n'avait jamais pu être raisonnable, mais ça restait son rôle de faire en sorte que sa soeur ne finisse pas comme lui juste par envie de liberté.  "ça tu l'as dit ... D'ailleurs, t'aurais pas un peu grandi depuis la dernière fois que je t'ai vu? Tu m'arriverais presque à l'épaule maintenant. " Depuis qu'ils étaient gosses, Wolfgang adorait narguer sa soeur sur sa taille. C'était extrêmement facile de vexer les gens petits, et il l'avait compris bien trop jeune. Lorsqu'elle était enfant, elle qui voulait toujours être plus grande pour pouvoir sortir avec son frère, se trouvait bien trop souvent à l'écart. Ce n'est qu'en grandissant qu'il l'avait vraiment compris, huit ans de différence à cet âge, c'était tout un monde. En pleine crise d'adolescence, sa soeur l'agaçait plus qu'il ne la voulait à proximité. C'était fou ce que les choses changeaient en si peu de temps.  " J'ai une chambre pour les invités. Si l'appartement ne te fait pas fuir, elle est à toi tant que tu voudras, tu peux y poser tes affaires ... A condition que tu arrêtes ton cinéma. " Un sourire vint orner son visage. Il avait vécu vingt-deux ans avec cette fille dans sa vie, ce n'était pas maintenant qu'il allait lui céder.  " Tu veux découvrir la vie d'adulte? J'ai un scoop pour toi, ça commence toujours par une conversation désagréable avec les parents. " Il marqua une pause. Il pouvait imaginer la conversation même avant qu'elle ait lieu, et il n'était pas si cruel.  " Mais si ça peut t'aider, tu pourras leur dire que je donne un concert dans un mois et que t'aimerais bien rester au moins jusque là. ça te donnera du temps pour trouver quoi leur dire plus tard. Et hors de question que tu n'admires pas mon talent, maintenant que t'es là, faut bien que tu serves à quelque chose !  "
MessageSujet: Re: ❝ Je t'aime plus que ma vie ❞ Wolfgang & Hadley Lun 22 Mai - 12:08
avatar

BY MY WAY
Dispo ?: Oui *_*
Nature:
Lieeens :
Let's just... have fun !
♦ Byw depuis le : 11/05/2017
♦ Posts : 135 ♦ Rps : 23
♦ Adresse : Appartement en sous-sol à Mission District


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Je t'aime plus que ma vie ❞Hadley & Wolfgang " Je peux comprendre. Ils ne doivent pas te laisser beaucoup de libertés depuis quelques temps. ça te laisse le temps de réfléchir à ce que tu veux faire. Si tu trouves quelque chose ici qui te plaise assez pour que tu y restes, ce sera plus facile pour leur faire entendre raison. " C'était un oui ça, non ? Bon d'accord, pas un « oui, reste autant que tu veux, même si tu ne fais rien de tes journées et que tu vis à mes crochets » certes, mais un oui quand même. Bon après je ne suis pas le genre de personne à faire ça, l'inactivité me pèse rapidement, j'aime trop bouger, découvrir de nouvelles choses pour rester sagement dans mon coin à m'ennuyer. Je suis capable de trouver un travail n'importe où, même à des endroits où de base ils ne cherchaient personnes. Je ne dis pas que c'est toujours intéressant ou que ce n'est pas temporaire, mais c'est toujours ça de pris, non ? Si j'ai réussi à me débrouiller à Austin, j'arriverai bien ici, il n'y a pas de raison. Bon, j'avoue qu'à Austin, c'était peut-être un peu plus facile, tu es toujours la fille de, la sœur de, l'amie de, alors forcément un brin pistonné, on te fait plus facilement confiance. Ici, je ne suis personne et je doute que tout San Francisco connait mon frère. Mais c'est un nouveau défi et j'aime l'idée. Je veux faire mes preuves, montrer à mes parents que je peux m'en sortir dans la vie, sans forcément avoir besoin d'aide et un jour je gagnerai tant et si bien que je pourrai payer moi-même mes médocs. Bon, je rêve peut-être un peu pour le moment, mais j'y crois. « Non, depuis mon retour du Mexique, c'est l'horreur. Je ne dis pas que ce n'est pas mérité mais … ça fait 2 ans, j'ai repris ma vie en main depuis et je suis plutôt sage … Enfin en tout cas merci, j'espère trouver rapidement quelque chose pour éviter à papa de venir me chercher. » Parce que oui, on connait tous les deux nos parents, on sait qu'ils seraient capable de venir jusqu'ici pour me ramener à Austin. Et ce genre de « rébellion » serait punit par une interdiction de retourner voir mon frère, seule, de peur que je leur refasse le coup. Je les entends d'ici me dire que c'est pour mon bien, que ça ne leur fait pas plus plaisir à eux de me punir mais que je ne suis pas consciente des dangers, que je ne peux pas me débrouiller seule. Je sais qu'ils ne me le diront pas de façon méchante mais je crois au fond que ça les rassure de se dire qu'ils sont indispensable à ma survie, ça leur donne une raison d'être étouffant. Mon frère leur a échappé, ils ne veulent pas me « perdre » à mon tour, même si c'est exactement ce qu'il se passe. C'est parce qu'ils m'étouffent trop que je veux partir. Je les aime, réellement, et je leur serai toujours reconnaissante pour tout ce qu'ils ont fait pour moi, mais c'est le moment de couper le cordon. C'est douloureux et effrayant, mais je suis toujours aux USA, à quelques heures en avion d'eux, avec Wolfgang. Je ne suis pas au bout du monde, seule à devoir me débrouiller pour survivre.

"ça tu l'as dit ... D'ailleurs, t'aurais pas un peu grandi depuis la dernière fois que je t'ai vu? Tu m'arriverais presque à l'épaule maintenant. " Il me charrie sur ma taille, comme c'est bas. Oui, je serai inlassablement plus petite que lui, mais ça va, j'ai fait le deuil depuis le temps de cet état de fait. Je le pousse gentiment « Ahahah très drôle, vraiment. Très mâture !! Je suis plus grande que toutes mes amies. C'pas de ma faute si t'es une asperge !! » On sait tous les deux que j'ai arrêté ma croissance depuis un moment et ce, depuis bien avant qu'il disparaisse dans la nature. Je suis loin d'être petite au final, j'ai toujours dépassé mes amies, ce qui me rendais assez fière parce que ça me donnait l'illusion que je pourrai le dépasser lui. En vain, bien entendu, à 22 ans, je suis toujours plus petite que lui. Tant pis, j'aurais essayé au moins. Mais aujourd'hui je n'ai plus besoin de montrer comme je suis grande pour trainer avec lui, j'ai 22 ans, ce n'est plus trop la honte de trainer avec sa petite sœur. Je conçois, maintenant, que ce n'était peut-être pas évident d'avoir son boulet de sœur dans les pattes, quand il avait 18 ans et moi 10. Je voulais sortir avec lui, traîner avec ses amis, faire ma grande, sauf que je n'étais qu'une enfant et ça devait être chiant pour lui. Il faut croire que je n'ai pas trop changer avec le temps, je veux toujours traîner avec lui, sauf que j'ai l'impression d'avoir l'âge pour le faire maintenant. D'accord, face à des adultes de plus de 30 ans je n'aurai certainement pas grand chose à dire mais ils auront plein de choses à m'apprendre, non ? " J'ai une chambre pour les invités. Si l'appartement ne te fait pas fuir, elle est à toi tant que tu voudras, tu peux y poser tes affaires ... A condition que tu arrêtes ton cinéma. " Il est vrai qu'on est loin de l'appartement classique. Pas de fenêtre, je suppose de partout, ça donne une impression étrange, comme si on vivait dans un caveau ou un truc du genre. Mais bon, il y fait bon, il y a un lit qui m'attend, je suis chez mon frère, qu'est-ce que je m'en fous de savoir quel temps il fait dehors. Il me suffira de remonter dans la rue pour le découvrir et m'habiller en conséquence. Bon par contre, la distance et le temps qui passe n'ont pas joué en ma faveur. Cela ne le rend pas plus clément à me rendre la vie plus facile qu'elle ne l'est déjà. Quel dommage. " Tu veux découvrir la vie d'adulte? J'ai un scoop pour toi, ça commence toujours par une conversation désagréable avec les parents. " Ben voyons. Je suis sûre qu'il l'a inventé celle-là. Parce que oui, ça nous concerne peut-être nous mais est-ce que les autres vivent la même chose ? Est-ce qu'ils ont des parents trop étouffants et ils doivent tenter de leur expliquer, à distance de préférence, qu'ils préfèrent vivre loin d'eux ? Je ne crois pas. C'est triste je trouve. Mes amies ont été encouragé par leurs parents à partir loin pour leurs études. Trop loin d'ailleurs, si vous voulez mon avis. « Raaahh t'es pas drôle Wolf' … Tu sais comment ils sont … ils vont m'engueuler parce que je leur ai menti, maman va jouer les victimes au cœur brisé pour me faire culpabiliser et papa va crier … » Je connais tellement bien mes parents. Je sais comment ils sont. Ils ne sont pas méchants, juste trop inquiets pour tout. La vie n'est pas toujours été facile pour eux, je le conçois, mais nous on a rien fait dans l'histoire. Encore aujourd'hui j'entends parler de l'attitude égoïste de mon frère, vous pensez bien que ça va être mon tour maintenant. Alors oui, peut-être est-on égoïste, mais c'est notre vie. Je ne vais pas commencer à la vivre quand ils seront morts.

" Mais si ça peut t'aider, tu pourras leur dire que je donne un concert dans un mois et que t'aimerais bien rester au moins jusque là. ça te donnera du temps pour trouver quoi leur dire plus tard. Et hors de question que tu n'admires pas mon talent, maintenant que t'es là, faut bien que tu serves à quelque chose !  " Un concert dans un mois ? Mais quelle idée merveilleuse. Comme ça j'aurais une bonne raison de rester. Ils ne pourront pas me forcer à rentrer avant parce qu'ils passeront pour les monstres dans l'histoire et on sait qu'ils détestent ça. Ils accepteront, de mauvais gré, mais ils n'auront pas le choix. Je devrai bien entendu être dans le bus du retour le lendemain et surtout être raisonnable durant le fameux concert. C'est une idée merveilleuse, je saute dans les bras de mon frère pour le remercier d'avoir trouver cette parade géniale. Mais du coup je voulais en savoir plus sur cette histoire, parce que ça avait l'air d'être génial. « Un concert ? Quel concert ? Ou ? Avec qui ? Mais c'est génial !! ... au passage je sers toujours à quelque chose .... Mais c'est génial !! » Oui, je ne suis pas le genre de personne à me vexer facilement et quand je le fais, ce n'est jamais très longtemps, je suis toujours celle qui revient la première.
© 2981 12289 0
MessageSujet: Re: ❝ Je t'aime plus que ma vie ❞ Wolfgang & Hadley Mer 24 Mai - 4:04
avatar

BY MY WAY
Dispo ?: Toujours
Nature:
Lieeens :
Let's just... have fun !
♦ Byw depuis le : 11/05/2017
♦ Posts : 45 ♦ Rps : 7

Voir le profil de l'utilisateur
On pourrait dire que Wolfgang était un grand frère facilement manipulable. Et malgré ce que lui-même pouvait bien dire pour se justifier, on aurait totalement raison. Sous des airs à vouloir apprendre à Hadley la responsabilité d'affronter seule leurs parents, et devoir trouver ses solutions d'elle même - ou ses mensonges, qui n'avait jamais menti à ses parents? - il lui offrait quoi leur dire sur un plateau d'argent. Quelque part il le savait, et il s'irritait de réagir ainsi avec elle. Mais elle restait sa soeur, sa seule et unique soeur qu'il voulait protéger de tout et de n'importe quoi. A jamais. Le vampire arrivait encore à maintenir les apparences, c'était déjà ça. Elle finirait sans doute par s'en rendre compte et en jouer, mais il était assez confiant pour se dire qu'il le remarquerait. Du moins il l'espérait. Il fallait dire qu'il ne pouvait de toute manière pas vraiment lui opposer de résistance dans la mesure où il était réellement heureux qu'Hadley soit ici. Certes, ça compliquait énormément la situation, il pouvait entendre son coeur battre, il sentait son sang couler dans ses veines. Vivre avec un humain, pour un vampire aussi jeune, c'était courir à sa perte. Mais c'était Hadley, et il était convaincu que ce fait là le sauverait de l'irréparable. Alors pour le moment, il ne pensait pas vraiment aux problèmes, il ne pensait pas qu'elle pourrait se couper un jour, qu'elle pourrait le tenter d'une quelconque façon. Il revoyait sa soeur pour la première fois en trois ans et c'était tout ce qui comptait. " Crie pas victoire trop vite, tu sais que je te lâcherais pas dans la nature sans te surveiller un minimum hein. Je suis pas papa, on est d'accord, mais si tu sors des rails je te ramènerais moi-même." La dernière chose qu'il voulait, c'était qu'elle se mette en danger. Il préférait être honnête tout de suite avec elle plutôt que de la jouer beaucoup trop cool et de finir par faire preuve d'autorité sans aucun avertissement. Il estimait qu'elle avait totalement le droit de vivre sa vie, chose que ses parents ne comprenaient pas forcément. Mais il ne voulait surtout pas qu'elle passe par les mêmes choses que lui, surtout pas avec son état déjà bien trop fragile. Il avait déconné, par le passé, plusieurs fois, et s'il pouvait l'éviter à sa soeur, ce ne serait pas forcément un mal. Elle pourrait bien le détester pour ça si ça lui chantait.

Mais un avertissement suffisait. Il ne lui ferait pas de sermon interminable sur ce qui était bien ou mal, ou sur ce qu'elle pouvait ou ne pouvait pas faire, il l'estimait assez mature et adulte, justement, pour faire la part des choses elle-même. Alors il changea de sujet, en profitant pour la charrier un bon coup. Ce n'était pas vraiment quelque chose qu'il pouvait faire dans ses lettres. Elles étaient de toute manière assez courtes, se contentant de prendre des nouvelles et d'en donner un minimum. Il allait bien, devait prendre du recul. Il ne parlait pas de ses troubles à se concentrer, ni même son incapacité à sortir à l'extérieur du sous sol où il s'était enfermé. Depuis qu'il était revenu à San Francisco, il avait eu tendance à écrire plus, mais ce n'était pas la même chose de pouvoir voir la personne. C'était le jour et la nuit, s'il pouvait dire. Wolfgang se mit à rire. " Je t'ai déjà dit que choisir ses amies par leur taille, c'était de la triche, Hadibou !" Il ne l'avait plus appelée comme ça depuis des années, il devait avoir de l'inspiration. Ou une petite nostalgie, qui sait. Il se répétait souvent que s'il pouvait revivre le passé, il le ferait en boucle. Le temps où ils étaient juste quatre, et où c'était normal. Le temps où il avait dix ans, qu'il n'avait pas encore passé la joie de l'adolescente, où Hadley allait parfaitement bien. Il s'occupait énormément de sa soeur à cette époque. Il l'avait moins fait les années qui suivirent. Le vampire l'avait toujours regretté, ce truc irraisonné de se dire qu'il aurait peut-être pu l'aider plus s'il avait été plus présent. Il savait bien que c'était totalement con, il n'était pour rien dans sa maladie. Plus pour son traitement. Mais à l'époque, ils étaient encore loin de tout ça. Loin des problèmes. Certes leurs parents bossaient énormément et ils ne les voyaient pas toujours en même temps, mais au moins ils étaient là l'un pour l'autre. Parfois, lorsqu'ils avaient de la chance, ils jouaient tous ensemble  à des jeux de société, il criait pour ne pas avoir à faire ses devoirs, puis il finissait par les faire. Ces moments horribles mais qui, somme toute, font partie de toute famille normalement constituée. La vie, lorsqu'on la vivait seul, adulte, était beaucoup plus effrayante, inconnue. On se mettait à faire des choix, jamais vraiment les bons, et on passait le reste du temps à les regretter. On pouvait avoir vu les sept merveilles du monde que ça n'y changeait absolument rien. Ca faisait longtemps que Wolfgang ne s'était pas vraiment soucié de ses parents. Il les avait appelé, en s'installant en ville. " C'est drôle, c'est exactement comme ça que s'est passée la dernière conversation que j'ai eu avec eux. Chacun son tour, j'ai donné plus que ce que j'aurais dû, personnellement !" Ce n'était réellement ce qu'il pensait. Il aurait mérité bien plus. Le fait est qu'il aurait dû aller les voir, mais il n'en avait pas eu le courage. Leur mentir au téléphone pour leur donner une raison vague du pourquoi il avait joué les morts pendant des années sans leur avouer qu'il l'était vraiment était une chose. Devoir leur mentir les yeux dans les yeux il s'en sentait incapable. Il ne pouvait même pas sortir en plein soleil, il n'avait pas d'excuses pour ça ! Bien sûr il aurait voulu que les choses se passent autrement mais il avait rendu le dialogue presque impossible, et il n'était même pas sûr que ses parents veuillent encore avoir de ses nouvelles à l'heure actuelle. Wolfgang n'oserait jamais poser la question à sa soeur, sans doute de peur de la réponse, mais même s'il ne le montrait pas vraiment, perdre contact avec ses parents était vraiment quelque chose qui l'avait touché. Ce n'était pourtant pas un fardeau qu'il donnerait à Hadley.

Cette dernière sembla excitée par l'idée de le voir jouer, ce qui lui mit de nouveau le sourire aux lèvres. Bien que le dessin, la peinture et le tatouage soit sa première passion et le véritable amour de sa vie, la musique restait son hobby le plus important. S'il n'avait pas eu sa carrière, il aurait sans doute penché pour la musique, essayé de percer en tant que musicien et compositeur. Mais la vie en avait décidé autrement et au lieu de ça il avait monté un groupe en dehors du cadre professionnel. Il touchait quelques sous, et il jouait. C'était le pied. " Le mien. J'ai trouvé un groupe qui cherchait un chanteur guitariste et on fait quelques petits concerts dans des petites salles ou des bars. Là en l'occurrence c'est un bar associatif, je suis sûr que ça te plaira. Puis ça te donnera l'occasion de rencontrer du monde. Ceux qui écoutent notre musique sont forcément des gens bien ! " Il n'aurait certes pas parié totalement sur ça mais bon. Il avait trouvé une annonce accroché au panneau d'un bar. Les trois autres musiciens et lui avaient tout de suite accroché, c'était plutôt des gens cools. L'un avait l'âge d'Hadley mais une ouverture musicale très impressionnante. Les autres s'approchaient plus de lui, mais tous les quatre étaient vite devenus assez liés.
MessageSujet: Re: ❝ Je t'aime plus que ma vie ❞ Wolfgang & Hadley Mer 24 Mai - 22:27
avatar

BY MY WAY
Dispo ?: Oui *_*
Nature:
Lieeens :
Let's just... have fun !
♦ Byw depuis le : 11/05/2017
♦ Posts : 135 ♦ Rps : 23
♦ Adresse : Appartement en sous-sol à Mission District


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Je t'aime plus que ma vie ❞Hadley & Wolfgang " Crie pas victoire trop vite, tu sais que je te lâcherais pas dans la nature sans te surveiller un minimum hein. Je suis pas papa, on est d'accord, mais si tu sors des rails je te ramènerais moi-même." Je lève les yeux au ciel. Je sais que ce n'est pas servir mes intérêts de faire ça mais je ne suis plus une enfant, quand vont-ils enfin s'en rendre compte ? D'accord, parfois j'agis un peu comme si j'en étais encore une et je ne prétends pas que ma vie est grandement facilité grâce à eux, mais j'ai 22 ans maintenant, je peux prendre soin de moi. Ou au moins essayer. Je sais que ce n'est pas tout beau, tout rose dehors. A force qu'ils me le disent, j'ai fini par le comprendre, ça va bien se passer. Je suis débrouillarde, j'apprends vite et je suis pleine d'énergie et de volonté, il n'y a pas de raison que ça se passe mal. Je ne prétends pas trouver un travail en claquant des doigts mais si je m'acharne un peu, je devrais bien trouver quelque chose, non ? Je suis jeune, prête à être formée, souriante, enjouée, pleine de vie, agréable, je suis sûre qu'il y a, quelque part, quelqu'un qui voudra m'engager. J'y crois. Après je ne prétends pas que je n'aime pas qu'il fasse attention à moi. Au contraire, je trouve ça adorable et rassurant, ça prouve que malgré la distance, rien n'a changé entre nous. Mais je veux qu'il me fasse confiance. Je ne vais pas trainer dans les bars jusqu'à point d'heure, à boire trop et oublier d'être raisonnable sous prétexte que je n'ai plus les parents sur le dos. Alors oui, j'ai envie de m'amuser, découvrir de nouvelles choses, rencontrer plein de gens, c'est vrai, mais je connais mon état, je sais ce que je peux faire et ne pas faire. Depuis le Mexique, je ne fais plus n'importe quoi et j'aimerai leur prouver qu'ils peuvent tous avoir confiance en moi. « Je ne suis plus une enfant Wolfy, j'ai 22 ans, je sais me débrouiller toute seule. Je sais que vous vous inquiétez pour moi, ma maladie n'aide pas vraiment à ce que vous arrêtiez de me voir comme un être fragile. Mais crois moi, j'ai déjà appris de mes erreurs, ma dialyse me rappelle sans cesse ce que j'ai perdu et le pourquoi je l'ai perdu. Je ne referai pas la con deux fois, crois moi ! » Il n'y a pas d'énervement dans ma voix, ce n'est absolument pas mon but de rentrer dans le lard de mon frère, surtout qu'il s'inquiète pour moi, c'est plutôt adorable de sa part. Je veux juste lui faire comprendre que oui, j'ai peut-être pris cette décision sur un coup de tête, mais je sais ce que je fais malgré tout. J'ai besoin d'un nouveau départ, dans une nouvelle vie. J'ai besoin de passer du temps avec mon frère et de m'éloigner de mes parents. J'ai besoin de me prouver que je peux avancer dans la vie et voir du pays sans avoir l'impression que loin des miens, je suis à l'article de la mort. Je ne veux pas culpabiliser parce que je suis loin de mes parents. Je veux juste vivre en fait.

" Je t'ai déjà dit que choisir ses amies par leur taille, c'était de la triche, Hadibou !" Je me mis à rire et ce pour deux raisons. Déjà parce que ça faisait des siècles que je n'avais pas entendu ce surnom, vestige de notre enfance ensemble et aussi parce que non, je n'avais pas choisi mes amies par rapport à leur taille, je suis juste plus grande que les filles en général. Hadibou. Mon dieu, je l'avais presque oublié ce surnom. Il m'aurait presque manqué, c'est pour dire. Pourtant il y a plus joli que ce surnom, Had suffit largement ou Haddy. Mais je l'aime bien quand même, parce que c'est lui qui m'appelle comme ça, du coup je ne peux pas, ne pas l'aimer. « Ben je l'ai choisi pour quoi sinon ? Pour leur sympathie ? Ca n'aide en rien mon égo à bien se porter la gentillesse que je sache, alors que de les savoir plus petites, ça ça me plait. » Qu'est-ce que je ne disais pas comme bêtise. Heureusement qu'elles ne peuvent pas m'entendre, les pauvres. Il est évident que non, je n'avais pas choisis mes amies par rapport à leur taille et surtout pas ma meilleure amie, que je connaissais depuis le bac à sable.  " C'est drôle, c'est exactement comme ça que s'est passée la dernière conversation que j'ai eu avec eux. Chacun son tour, j'ai donné plus que ce que j'aurais dû, personnellement !" Non, ce n'est pas drôle et ce n'est pas fait pou me rassurer mais évidemment je sais que ce n'est pas son but, me rassurer. Après c'est la vérité, je le sais. Quand je vais les appeler, je sais ce qu'ils vont dire, on le sait tous les deux, parce qu'on les connait et aussi parce que lui est déjà passé par là. Que leur fils ainé se soit barré, ils ne l'ont toujours pas digéré, mais je n'ose imaginer ce que ça va être quand je vais le leur annoncer. Leur petite dernière, le petit bébé de la famille … Je vais les achever. Mais j'ai 22 ans, j'ai quand même le droit de vivre, non ? Je ne devrais pas me sentir coupable de prendre mes propres décisions et d'avoir envie de voyager un peu, d'avoir soif d'aventure. Je ne pars pas au bout du monde pour rentrer dans une secte ou pour me défoncer au crack. Je veux juste découvrir la vie, en profiter et m'amuser un peu. Je ne cherche pas à faire dans les excès, juste vivre en fait. Je soupire, ça m'angoisse déjà d'avance. Là il est hors de questions que je le fasse maintenant. Je n'ai pas le courage et je suis un peu épuisée. Je me suis tapée plus de 25h de bus, j'ai besoin de passer une bonne soirée, de dormir et on verra tout ça demain au réveil … voir plus tard. C'est vrai, je peux bien attendre quelques jours avant de le leur annoncer. Je ne suis pas obligée de le faire maintenant, si ? Après tout, cette décision je peux l'avoir prise au cours de mon séjour, pas avant de partir. Oui, ça me plais bien ça, je vais attendre un peu avant de les appeler. De toute façon je suis censée passer quelques jours ici donc j'ai quand même un peu le temps. « Je crois que le pire dans cette histoire c'est que les connaissant, ils vont te reprocher de m'avoir collé cette idée en tête …  » Je m'écroule sur son canapé. Je n'aime pas l'idée et je n'ai aucune envie qu'ils reprochent quoi que ce soit à Wolfgang, autant être honnête, mais c'est la vérité malgré tout. Ils vont prétendre que sans lui, jamais ça ne me serais venue à l'esprit, qu'ils n'auraient jamais dû accepter que je vienne le voir, que ça m'a donné des idées, tout ça tout ça. Après je ne dis pas qu'il n'est peut-être pas à l'origine de l'idée. C'est vrai, le fait qu'il parte jeune, qu'il profite de la vie, au loin, ça m'a toujours vendu du rêve. Mais si ce n'est pas lui, ça aurait été quelqu'un d'autre qui me donne l'idée. Il n'est quand même pas le seul à s'exiler loin que je sache.

" Le mien. J'ai trouvé un groupe qui cherchait un chanteur guitariste et on fait quelques petits concerts dans des petites salles ou des bars. Là en l'occurrence c'est un bar associatif, je suis sûr que ça te plaira. Puis ça te donnera l'occasion de rencontrer du monde. Ceux qui écoutent notre musique sont forcément des gens bien ! " Il a son propre groupe ? Mais c'est génial ça !! Je suis tellement contente pour lui, je sais comme la musique a une part importante dans sa vie, alors je suis contente qu'il puisse allier le dessins et la musique dans sa vie. Ses deux passions. Il a donc trouvé un groupe où il va chanter et faire de la guitare ? J'ai tellement hâte de l'écouter. Et je ne doute pas un instant que ça me plaira, il est sur scène, il chante, je vais être médusée durant tout le concert, au premier rang, totalement amoureuse. J'ai toujours été sa première fan et sa première groupie, personne ne pourra jamais me remplacer. Je suis tellement fière de lui. « Et comment s'appelle votre groupe ? Tu les as rencontré comment ? Ils s'appellent comment ? Vous jouez quoi comme genre ? » J'étais tellement excitée que je posais des millards de questions. Mais c'était un sujet qui m'intéressait, ce n'était pas tous les jours qu'il m'annonçait une chose pareil, ça se fêtait.
© 2981 12289 0
MessageSujet: Re: ❝ Je t'aime plus que ma vie ❞ Wolfgang & Hadley
❝ Je t'aime plus que ma vie ❞ Wolfgang & Hadley
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» aucun rapport j'avoue mais j'aime les pipes
» DE GABRIEL BIEN AIME A MARC BAZIN LES PRIMAIRES SANG UN CONSEIL ELECTORAL !e
» FLASH,ALIX FILS-AIME KITE BATO A
» [Inutile] J'aime / J'aime pas
» Une musique que j'aime bien....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
By Your Way :: San Francisco City :: Mission District :: Les logements-
Sauter vers: