Forum RPG à l'ancienne, City - Fantastique
 

Partagez|

Gia ∞ All except human.

MessageSujet: Gia ∞ All except human. Lun 15 Mai - 23:46
♛♛♛♛♛
Admin ♦ La folle du logis
♦ Byw depuis le : 15/05/2017
♦ Posts : 37 ♦ Rps : 12
♦ Adresse : Dans un loft à Downtown avec ton amour.



Voir le profil de l'utilisateur


M.
Giacelli Fabbrizzi

RESPONSIBLE, OR GIA !

NOM: il y en a plusieurs. deux, pour le moment. fabbrizzi, parce qu'il faut toujours un faux, pour se fondre dans la masse, brouiller les pistes. maestriani, parce quoi qu'il a arrive, tu as des origines. un père et une mère que ton cœur noirci aimera toujours. tout comme le nom qu'ils t'ont donné.
PRÉNOMS: mikaïl, la version islamique de michaël, en référence à l'archange, évidemment. tu sais pas, peut-être que tes parents se sont dit qu'en donnant des noms d'archange à leurs enfants, ça influera en quelque sorte sur leurs destins. giacelli, est ton second prénom, même si très peu de personnes le connaissent, tout le monde t'appelant gia ou mika.
ÂGE: cela fait vingt-cinq ans maintenant que tu fourres ce monde à l'envers. que tu l'emmerdes, lui et ses misères.
DATE ET LIEU DE NAISSANCE: t'es venu au monde à firenze, le soir du dix-neuf avril mille neuf cent quatre vingt douze. c'est une date sacrée.
NATIONALITÉ: né en italie, de parents italiens, t'es un pur-sang. mais t'es devenu citoyen américain par la force des choses, alors... italo-américain, tu préfères le dire ainsi parce que tes origines, tu y tiens.
ÉTUDES-MÉTIER: t'es un avocat et même un putain de bon avocat. et puis, t'es photographe aussi, par passion. une passion malsaine. mais ça c'est la couverture. enlevez le drap et tu deviens l'un des pires criminels de la décennie. peut-être même du siècle. tu voles, tu braques, tu tues, tu deal... tant que c'est catégorisé "crime", t'es dedans.
SITUATION FINANCIÈRE: t'es riche, sinon ce ne serait pas marrant. et contrairement à ta jumelle, toi t'aimes bien profiter du luxe que t'apportes tout ce fric.
ORIENTATION SEXUELLE: t'es tout sauf gay. même s'il t'arrives de chauffer le derrière de l'autre super canon qui partage la vie de ta moitié, tu es très hétérosexuel quand même. enfin, tu crois... mais ce n'est pas pour le bonheur de la gent féminine parce que quand une femme partage ton lit... tu te dois de la tuer ensuite.
STATUT CIVIL: comment expliquer pour que ce soit clair sans paraître malsain... t'es en couple avec ton ange, ta moitié du même sang avec qui t'a partagé le même placenta pendant huit mois et son petit ami, un autre ange avec qui elle sort depuis deux ans. c'est une sorte de polygamie en fait. Mikaïl, Gabrielle et Rafael. tu aimes bien vous appeler les anges de l'inceste. clair ? ça l'est. malsain ? ça l'est tout autant. et tout ça pour dire qu'en solo, t'es célibataire.

ft. Max Irons
©diet pepsi





Le poète français Jacques Rigaut a dit un jour: « N’oubliez pas que je ne peux pas voir qui je suis, et que mon rôle se limite à être celui qui regarde dans le miroir »


Tu es venu au monde avec la femme de ta vie. Ta jumelle. Ta moitié. Ta vie. Ton tout. On dit que vous êtes "faux jumeaux". T'as toujours répliqué que plus "vrais jumeaux" que vous, il y en a pas. Vous êtes fusionnels dans absolument tous les sens du terme. Elle est toi. Tu pourrais mourir pour elle sans la moindre hésitation. Tu comptes bien l'épouser un de ces jours et lui faire plein de bébés. N'en déplaise à la société. Tu es un psychotique. Oui, toi-même tu le sais et de toutes les façons, ton oncle te l'a répété d'assez nombreuses fois pour que tu l'imprimes. Tu vis d'ailleurs sous traitement, des médocs soigneusement prescrits par ton oncle. Et non, il est loin d'être un psy. C'est juste le genre de gars qui sait tout. Tu exerces ton métier d'avocat avec de faux diplômes. Tout ce que tu sais, tu l'as appris de ton oncle. Et franchement, tu en sais encore beaucoup plus qu'un étudiant qui a fait quinze années de droit. Grâce à ton pouvoir, tu ne perds jamais un procès, sachant manipuler à ta guise les esprits pour qu'il en résulte ce que tu veux, même dans les cas où ton client est coupable - ce qui en fait, est très souvent le cas -. A cause de ton pouvoir, tu es quelqu'un de très imbu de lui-même. Tu as l'impression que tu as le monde à tes pieds et c'est pratiquement le cas. Personne ne te dit jamais non, tu as toujours tout ce que tu veux. Le mot "Non" ou les phrases du genre "Vous ne pouvez pas" ou "Vous n'y avez pas droit" te hérissent le poil. Et tu as tendance à faire payer très chèrement les personnes qui te les ont prononcé. Quand tu couches avec une femme, tu te dois de la tuer. C'est une envie que tu ne peux réprimer. Jusqu'à aujourd'hui, seule ta moitié a échappé à cette règle que ta psychose fanatique t'impose. Tu n'es pas sucré. Pour toi, c'est alcool ou café noir. Tu transportes même du café moulu par tes propres soins, que tu mets dans tout ce que tu dois boire. Au début, c'est étrange mais on s'habitue vite. T'es pas un gars bavard, t'es plutôt sombre. Les gens disent souvent que tu mets mal à l'aise, aux premiers abords. Ils ne savent pas que c'est l'effet voulu. T'es plutôt colérique. Mais t'es pas du genre à exploser quand t'es en colère, au contraire, c'est là que tu deviens encore plus silencieux. Quand on laisse sortir la colère, elle passe. Quand on la rumine, elle grandit et devient un venin. Ce venin dont tu as besoin pour faire payer celui qui t'a énervé. Alors non, t'exploses pas. Tu rumines et t'attends ton heure. Tu dessines et tu peins. C'est ton côté artistique. Mais tu ne fais que des scènes macabres. Du sang, de la violence, de la torture... Ou ça fascine ou ça fait froid dans le dos. Ce que les gens ignorent, c'est que les trois quarts de tes œuvres représentent des meurtres sexuelles que tu as déjà commis. Les un quarts restants sont ceux que tu comptes commettre. Confessions. Étrangement, tu n'aimes pas les films d'horreur. Tu n'aimes même pas du tout les films en fait. Mais allez savoir pourquoi, tu as super accroché avec Esprits Criminels. Tu es du genre super possessif et jaloux. Mais genre vraiment. Tu n'es pas vraiment dépensier, mais tu aimes investir pour avoir des choses de très bonne qualité. T'aimes les objets de luxe, qui respirent l'argent des kilomètres à la ronde. Ton péché mignon: les voitures. Tu as une hygiène très strict. Les virus sont tes bêtes noires. Une seule petite grippe peut te rendre fou alors ouais, tu fais ton possible pour les garder très loin. Le petit-ami de ta jumelle est à la fois ton amant et ton meilleur pote. L'une des rares personnes au monde en qui tu as vraiment confiance, même si ton instinct te dit que tu ne devrais pas. Mais tu as promis à ta jumelle de ne pas mêler ton pouvoir dans son couple alors tu tiens parole. Tu l'aimes, lui aussi. Pas comme un gay aimerait son mec hein, mais tu l'aimes quand même. C'est compliqué à expliquer. Tu n'aimes pas forcément la malbouffe - à part les Subways dont tu raffoles -, un burger ou une pizza, ça t'arrive rarement. Tu préfères les plats consistants, du gourmet, préparé avec soin et amour. C'est pour ça que tu es très bon cuisinier. Tu sais manier une arme comme personne. Même yeux fermés, tu peux viser et tirer droit dans le mille. Mais vraiment. Ton métier de photographe te permet surtout d'assouvir tes fantasmes sexuelles. Tu ne fais que des nues. De filles que tu choisis avec grand soin. Des photos très particulières, vu que tu fait subir de véritables sévices aux corps de tes modèles. Pour photographier leur douleur. Et les marques sur leurs corps. Tu pourrais jouir rien qu'en regardant ces photos. T'as pas de pitié en toi. Tu parais même sans sentiments. Pour toi quand il s'agit de sadisme et de douleur, il n'y a pas de limites. Il y en a jamais. T'es un animal en costard-cravate. Étrangement, tu aimes bien les enfants d'autrui. Des petites bouilles d'ange à qui on ne peut rien refuser. Tu te revois encore à cet âge là. Tes plus belles années. Tu ne t'imagines pas avoir une véritable petite-amie un jour. Te poser, te marier, avoir des enfants... Non, c'est pas dans tes plans d'avenir. Par contre, tu sens que ta moitié commence à vouloir de cette vie. Tu te demandes s'il faudra que tu tues Rafe un de ces jours pour supprimer cette envie avant qu'elle ne devienne un réel désir... A voir. La mort de tes parents t'a beaucoup affecté. Radicalement changé. Tu as même failli perdre ta sœur. Mais grâce à ton oncle, tu as trouvé une manière très... saine d'extérioriser ta colère et de te concentrer sur le plus important: la vengeance. C'est ce qui vous motive depuis toujours, ta moitié et toi. Et tôt ou tard, vous l'accomplirez. Vous vengerez la mémoire de vos parents.  

Le philosophe taoïste Lao Tseu a écrit: « Celui qui excelle à contrôler les autres a du pouvoir, mais celui qui parvient à se contrôler, a encore plus de pouvoirs. »



Télépathe - Marionnettiste


づ Découverte et nature du don: Tu le fais depuis tellement longtemps que tu as l'impression de l'avoir fait toute ta vie. Mais tu te rappelles de la toute première fois où tu en as eu pleinement conscience. Sauf que c'est trop long à raconter, t'as pas le temps là. Ce qu'il faut savoir, c'est que t'es un télépathe marionnettiste. Tu peux lire dans les pensées, contrôler les esprits, ce qui inclut l'injection de pensées, sentiments, visions hallucinatoires dans l'esprit d'un autre, et peut causer la douleur, la paralysie, la perte de conscience, l'altération ou l'effacement de la mémoire, voire la prise de contrôle totale de la personne. D'un autre côté, tu es un Killgrave dans la série Jessica Jones. Tu peux exercer sur eux un contrôle mental hypnotique, c'est-à-dire imposer ta volonté à tes interlocuteurs sans qu'ils n'aient autre choix que de t'obéir. En gros... les gens sont de vulgaires pantins dans ton monde.

づ Mécanisme de déclenchement et fonctionnement: Pensée, pensée et encore pensée. Le cerveau, c'est ton arme, ton outil, tu n'as besoin de rien d'autre. Quand tu as une cible, un peu de concentration et tu peux faire de lui absolument tout ce que tu désires. Si ta télépathie n'a aucune limite et peut fonctionner sur quelqu'un qui est à un mètre de toi comme sur celui qui est de l'autre côté de l'océan, le côté marionnettiste quand à lui exige un contact visuel. Pas forcément du genre, vous devez vous regarder dans les yeux, il suffit simplement que toi tu puisses le voir. Ou les voir, vu que ça marche aussi bien sur une personne que sur 100 à la fois.

づ Inconvénients: Il y a un énorme problème dans cette histoire, oui. Autant quand tu te portes bien, tu gères comme un maître, autant quand tu tombes malade, ne serait-ce qu'une petite grippe, ça part en couilles. Un peu comme si le virus agissait sur tes barrières, tu n'arrives plus à contrôler ton pouvoir. T'entends les pensées de tous ceux qui t'entourent, ce qui contribue à te plonger dans un état proche de la folie. Dès que tu ouvres la bouche, ton pouvoir s'enclenche contre ta volonté et à une "dose" très violente. Par exemple: - Gabbe, tu vas me chercher un verre d'eau s'il te plait ? Elle va alors se mettre à aller te chercher un verre d'eau non-stop, entassant même ta chambre de verres d'eau. Le nombre de verre dans la cuisine finit ? Elle va aller en acheter. Elle sera dans cet état hypnotique jusqu'à ce que tu guérisses et que tu reprennes le contrôle de ton pouvoir. Vous voyez le problème ? A cause de ça, tu tiens une hygiène très strict. Et dès qu'il y a le moindre problème de santé, c'est mise en quarantaine et mutisme jusqu'à ce que t'ailles mieux.

づ Maîtrise et Contrôle: Un très joli 9, et là encore c'est parce que tu mets un peu de modestie dans la chose. Tu contrôles parfaitement bien ton pouvoir. Même si actuellement tu t'entraînes à aller encore plus loin, contrôler le côté marionnettiste par la pensée et ne plus être obligé de dire ce que tu veux que les autres fassent. Grave le pied que ce serait !

づ Autres précisions: les dialogues par la pensée, il faut que tu les déclenche toi-même. Quand tu pénètres dans la pensée de quelqu'un, tu peux lui parler par cette voie, il entendra alors ta voix dans sa tête et peut te répondre de la même manière. Mais quand tu ne les déclenches pas, un individu lambda ne peut pas commencer à te parler par la pensée. A part ta moitié. Votre lien de jumelage fait que la discussion télépathique entre vous fonctionne dans les deux sens. Tu es tout le temps dans sa tête, tu peux même voir à travers ses yeux. Le lien qui vous unit est extraordinairement unique.


Agathon a dit:  « La puissance de dieu n’a qu’une seule limite: il est incapable de modifier le cours des événements une fois qu’ils se sont produits. »



Figeur


づ Découverte et nature du don: Celui-là est beaucoup plus récent. Tu l'as découvert ça fait quoi, trois mois ? Un braquage de banque en Suisse. Puis un léger problème. Une balle est partie. Ta moitié allait le prendre en plein dos. Attention ! T'as juste crié ta vie devant l'effroyable scène qui se déroulait sous tes yeux. Et puis bam. Tout s'est arrêté. Paralysé. Inerte. C'était impressionnant. Bref. Toi même tu ne sais même pas encore en quoi il consiste réellement ce nouveau pouvoir, si ce n'est que quand tu fais un certain geste de la main, tout se fige autour de toi l'espace d'environ une quarantaine de secondes.

づ Mécanisme de déclenchement et fonctionnement: Tu n'en sais trop rien. C'est encore tout nouveau, t'as pas encore bien assimiler le concept. Mais apparemment, tu dois faire un certain geste de la main, comme si tu envoyais une onde. Et il faudrait aussi que ton esprit soit stimulé par une sensation forte, une peur, une frayeur, une surprise. Et là, tu figes tout. Un peu comme si t'avais arrêté le temps sauf que l'horloge lui, tourne toujours.  

づ Inconvénients: Comme tu l'as dit, c'est récent, tu ne l'as réussi en tout et pour tout que deux fois depuis, et là encore c'était pas aussi fameux que la première fois. Tu ne sais pas encore comment le provoquer entièrement par ton bon vouloir, ni maîtriser le temps que dure la paralysie, ni "défiger" quand tu le souhaites. C'est un peu frustrant d'avoir un pouvoir et de ne pas pouvoir s'en servir dans son entièreté. Mais tu y travailles. Tu y travailles dur, même.

づ Maîtrise et Contrôle: Un 1/10 serait encore te jeter des fleurs, parce qu'en vrai, tu ne maîtrises encore absolument rien de ce pouvoir.

づ Autres précisions: S'il y a quelque chose que vous n'avez pas pu dire jusque là, c'est le moment de vous lâcher.


G.K. Chesterton a écrit: « Les contes de fées ne révèlent pas aux enfants que les dragons existent, les enfants le savent déjà. Les contes de fées révèlent aux enfants qu’on peut tuer ces dragons. »



づ « Toutes les familles heureuses le sont de la même manière. Les familles malheureuses le sont chacune à leur façon.» Léon Tolstoï.

Venir au monde tout seul aurait été une erreur. Tout comme sortir en premier aurait été une erreur. Enfant, tu étais un grand sentimental. Toujours en besoin d'affection, d'amour, de câlins, de constante attention. T'avais toujours besoin de te sentir accompagné, guidé, protégé. Faire partie d'un clan, d'un cercle, avoir des liens. Il aurait donc été totalement con de naître tout seul. Tout comme il aurait été catastrophique de sortir avant elle. Jumeaux, deuxième né. Voilà qui était parfait. T'avais une sœur qui ne vivait que pour ton bonheur. Une famille qui vous idolâtrait. De l'amour. De l'attention. Que demander de plus ? Maintenant que tu y repenses... Peut-être des parents qui n'avaient pas fait partie de la mafia.


づ « On ne peut réellement comprendre la nature humaine, que si l’on comprend pourquoi un enfant sur un manège agite la main à chaque tour, et pourquoi à chaque fois, ses parents lui répondent. » William D. Tammeus.

- Je n'en peux plus, j'ai mal aux doigts ! tu entends ta moitié s'exaspérer, plus que se plaindre. Toi aussi tu as mal aux doigts. T'as toujours mal quand vous escaladez ce fichu filet. - Allez, tesoro, encore un peu d'effort, t'y es presque ! Ça c'est votre père, debout comme tous les matins, à veiller à ce que vous faites tout votre parcours comme cela se doit. Sans tricher. - Mais pourquoi doit-on faire ça tous les matins ? C'était amusant quand on avait cinq ans mais là ça craint, padre ! Toi tu râles carrément. C'est vrai qu'il y en avait marre, parfois. Tout un parcours à exécuter dès que vous vous levez le matin, avant même de vous laver. Une drôle d'histoire qui avait petit à petit commencé quand vous aviez cinq ans, puis qui n'avait pas cessé depuis. Au contraire, plus le temps passait et plus de nouveaux obstacles s'ajoutaient, en même temps que le degré de difficulté. - Tu poses cette question à chaque fois et à chaque fois je te réponds. C'est parce que ça permet... -... de développer nos réflexes et de nous rendre plus aptes à se défendre et à s'en sortir dans n'importe qu'elle situation, on sait !!! répètes-tu en cœur avec ta jumelle, en faisant bien sentir votre exaspération, alors que votre père lui, riait doucement. Non monsieur, ça n'avait absolument rien d'amusant. - Si vous le savez, pourquoi le demander à chaque fois ? reprend alors la douce voix de votre mère qui vient de vous rejoindre. - Le petit déjeuner est prêt, i miei angeli. Le premier qui finit a droit à un croissant supplémentaire. A dix ans, il n'y avait pas mieux que la nourriture pour stimuler des enfants mécontents. C'est donc plein d'entrain que vous reprenez votre entraînement, sachant que demain vous allez encore râler et qu'on vous promettra encore un croissant pour vous motiver. C'était toujours comme ça, depuis cinq ans. Sauf que tu avais tort. Aujourd'hui était la dernière fois. Il n'y aura plus de croissant chanteur demain. Ni de père pour vous surveiller. Ni de mère pour vous appeler ses anges. Cinq ans d'entraînement et de divers arts martiaux vous auront suffit à vous pour vous enfuir.  


づ « Le fantasme, abandonnée par la raison, produit d’impossibles monstres. » Francisco Goya.

La porte s'ouvre. Tu ne relèves pas la tête, sachant déjà qui était dans l'embrasure. Écoutant les divers pensées préoccupantes qu'il avait à ton égard. - Je vais faire un kilomètre avec ta soeur. Tu nous rejoins ? - Non, lâches-tu d'une voix froide, continuant à dessiner. Tu espérais qu'il allait partir et te laisser tranquille mais évidemment, c'était trop facile. - Gia... - J'ai dit non, zio mio. J'ai couru trois kilomètres ce matin, c'est largement suffisant pour la journée. Tu voulais juste qu'on te laisse tranquille. Un peu de paix. C'était trop demander ? - Tu sais... Ben apparemment oui, ça l'était. Il s'assoit au bord du lit et te retire ton calepin de force, tandis que tu lui lances un regard noir. - Je comprends que les évènements tragiques que vous avez vécu t'ai affecté au point que tu en deviennes aussi reclus et renfermé. Tu es en colère, tu as la haine, tu veux te venger, c'est totalement naturel. Ce qui ne l'est pas, c'est que tu laisses tous ces sentiments négatifs te bouffer de l'intérieur et... - Abrège. Il soupire. - J'ai vu ce que tu écris. Tu sais, ces histoires tordues de tortures et de viols...  Tu t'assois et tu me laisses parler, tu sais de quoi je suis capable quand on m'énerve, Giacelli ! T'étais parti pour quasiment le cogner au visage, tant le fait qu'il ait lu ton journal intime te révulsait. C'était tes fantasmes, ton monde, tes secrets. Il n'avait absolument aucun droit de violer ainsi ton intimité ! Mais face à son ton tu te calmes instantanément. Oui, tu sais de quoi il est capable. Et tu n'avais pas franchement envie d'y gouter. - Je ne suis pas là pour te juger, au contraire. Je comprends ce que tu ressens. Ce qui se trame dans ton esprit est parfaitement logique quand on sait ce que tu as vécu. Mais tu dois extérioriser cette violence que tu nourris avant qu'il ne te détruise. Ta soeur a besoin de toi. Et tes parents réclament vengeance. C'est pour ça que tu dois apprendre à extérioriser toute cette colère. Nourrir tes fantasmes. Et je vais t'aider. Mais ça doit rester entre nous. Entre hommes. Il n'avait pas besoin d'en dire plus pour que tu entendes ses pensées. Le soir même, il t'a payé une prostituée. T'as couché avec la première sans aucun soucis. La deuxième aussi, la semaine qui a suivi. La semaine d'après, tu as tué la troisième. Avec un couteau de poche. C'est à ce moment là que tu as commencé à assouvir des fantasmes anormales, vicieuses, sadiques et psychopatiques, épaulés par un oncle qui t'apprenait tout ce que tu dois savoir et t'aidait à faire le nettoyage derrière toi. Tu avais quatorze ans. Et il avait eu raison sur toute la ligne: extérioriser ta souffrance t'a aidé à redevenir un garçon normale.


づ « Il n’y a quasiment personne dont la vie sexuelle, si elle était dévoilée au grand public, ne provoquerait pas la surprise et l’horreur du monde entier. » W. Somerset Maugham

Il était déjà plus de deux heures du matin. L'oncle dormait déjà depuis des lustres. Toi, tu n'y arrives pas. Gabbe est de sortie ce soir. Et quand elle ne rentre pas, tu ne te couches pas. Ça a toujours été comme ça, tu dois la savoir à la maison avant de pouvoir dormir tranquillement. Même si tu peux sentir qu'elle est vivante et qu'elle va bien... Quoique, ce soir ce n'est pas le cas. Tu peux sentir que quelque chose la perturbe, même si tu n'entres pas clairement dans sa tête. Tu sais qu'il y a un truc qui ne va pas, alors tu vas juste rester là et attendre qu'elle rentre pour tout t'expliquer. La porte de ta chambre s'ouvre et elle apparaît. Colère. Déception. Doute. Tristesse... Il y a beaucoup d'émotions qui se lisent dans son visage. Vous vous regardez longuement avant que tu ne l'invites d'un geste de la main à te rejoindre sur le lit. - C'est qu'un connard... Il a pas voulu de moi... Je me suis offerte à lui et il m'a rejeté, Gia ! Je... Sa voix se brise. - Surtout ne pleure pas. Plus de larmes, plus jamais. On se l'est promis. Tu la serres contre toi, tu lui caresses doucement les cheveux pendant que tu réfléchis à quel genre de mort vraiment très atroce tu feras subir au malotru qui a fait du mal à ta sœur. - C'est parce que je ne suis pas blonde ? Ou que je ne suis pas assez femme ? Ou que je suis trop maigre ? Ou alors... parce que je ne l'ai jamais fait ? Explique moi pourquoi aucun garçon ne veut jamais de moi ! - Hey hey, tu la relèves pour la regarder droit dans les yeux. - Tu es une femme magnifique, sorella, n'importe quel homme rêverait de t'avoir pour lui. Et je ne dis pas ça parce que je suis ton frère. - Mais si ! Si n'importe quel homme voulait m'avoir Hans ne m'aurait pas rejeté.. - Hans est un crétin, oublie le. Ce n'est pas son avis qui compte, il ne représente absolument aucun facteur dans l'équation qu'est ta vie. Elle semble encore en proie au doute et tu commences à te sentir impuissant. Tu détestes quand tu ne peux rien faire pour aider ta sœur. - Gabrielle... Qu'est-ce que je peux faire pour que tu me crois ? Tu ferais n'importe quoi elle le sait. - Je veux que tu me dises la vérité. Est-ce... Es-ce que tu voudrais de moi si je n'étais pas ta sœur ? Je veux dire... - Je sais ce que tu veux dire. Tu le sais même très bien. Et si tu pouvais lui dire le fond de ta pensée, elle s'enfuirait sûrement en courant. Ça fait longtemps que tu as envie d'elle. Tes premiers fantasmes sexuels, c'est sur elle que tu les a fait. Tu la voyais comme ta jumelle mais tu la voyais aussi comme ta possession. Tu avais quatorze ans et tu étais encore à peu près sain d'esprit. Tu savais que c'était mal d'avoir de pareilles pensées à son égard. Aujourd'hui, vous en avez seize et ta jumelle est toujours ton fantasme ultime. Et il y a très longtemps que la mal est devenu ton père créateur. Alors pour toute réponse, tu l'attires vers toi et tu l'embrasses passionnément. - Je veux de toi, même si t'es ma soeur. Tu as été son premier homme. Son premier amant. Elle était enfin à toi. Vous avez fait l'amour cette nuit là, puis toutes les autres qui ont suivi. Votre oncle est passé par là, a vu ce qui se passait, a souri puis a refermé la porte.


づ « Une question parfois me laisse perplexe: est-ce moi, ou les autres qui sont fou? » Albert Einstein.

Tu es entre quatre murs blancs. Vêtu d'un drap blanc. Drogué. Pas totalement dans les vapes mais assez pour que tout tourne autour de toi. T'es seul. Seul, sans ta moitié, pour la première fois de ta vie. Tu te sens totalement perdu. T'as l'impression de ne plus vivre. Tu n'arrives même pas à entendre sa voix dans ta tête parce que quand t'es pas dopé, il y en a un million d'autres, mais quand t'es dans les vapes, c'est le vide total, t'entends plus absolument rien. Et depuis que t'es là, c'est ce qu'ils font. Ils te droguent. Encore et encore. Tout ça à cause d'une stupide grippe que tu as contracté une semaine plus tôt. Tu ne l'avais pas vu venir, elle avait pris le temps de se montrer avant de se développer, la fourbe. Deux éternuements de suite, une morve qui coule. T'as décidé illico d'aller en pharmacie. Sauf qu'avant de traverser les embouteillages de Paris et t'y rendre, tu étais déjà en pleine crise. T'entendais des millions de pensées dans la tête. Tout le monde pensait, tout le monde criait, c'était le chaos à l'intérieur. T'as fait un accident. T'as pas arrêté de hurler qu'ils se taisent. L'ambulance est venu te choper. Et une heure après, tu t'es retrouvé en hôpital psychiatrique sans même pouvoir te défendre. T'entendais juste tout le monde penser que t'étais fou. Tu n'es pas fou. Tu as juste... Une infirmière entre. - Allez, debout, j'te sors de là. Gabbe ! Gabbe ! Elle est venue te sauver. Enfin ! - J'ne me... - Chuuut, tais-toi mon cœur, tais-toi, fais pas de bruits, ils ne doivent pas nous entendre. Prends ça. Tu vas juste dormir un peu le temps que je te sorte de ce pays de tarés, d'accord ? Ça va aller, c'est fini. T'as pris le comprimé qu'elle te donnait sans même chercher à savoir ce que s'est. Tu as eu le temps de lui donner un baiser avant de sombrer lentement dans le néant. Sans peur. Tu sais que maintenant qu'elle était là, tout irait bien.


づ « L’amour ne ressent aucun fardeau, se moque des difficultés, tente ce qui est au dessus de ses forces et ne prétexte jamais l’impossible parce qu’il croit que tout lui est permis, et que tout est possible. » Thomas A. Kempis.

Assis dans le véranda de votre loft, tu contemples les dernières photos de nues que tu viens de sortir de la chambre noire. Cette fille avait un corps superbe. Et les marques de cordes sur sa peau rendait très bien. Heureusement que... - Gia ? Heure des médocs, amore mio ! Tu fais une grimace. - Rafe ne t'occupe pas assez pour que tu oublies ces satanés pilules ? grinces-tu en serrant les dents alors qu'elle t'enfonçait tant bien que mal les comprimés dans la bouche, avant de te faire remarquer que quelque soit ce qui se passe, elle n'oubliera jamais ton traitement. Pfff. Tout ça à cause de votre oncle. Tu l'entends encore dire des année plutôt alors que vous alliez prendre votre envol. - Ton frère est un garçon psychologiquement dérangé et instable, Gabbe. Ces comprimés que tu vois sont ce qui le retient de ne pas devenir le pire psychotique que la Terre ait jamais connu. Alors si tu tiens à lui: un matin, un soir. Que ça ne rate jamais. Ta sœur s'était bien marrée, toi beaucoup moins. Ça fait sept ans maintenant et jusqu'à aujourd'hui, tu détestes toujours autant les prendre. Par contre, tu adores ton infirmière de fortune. La tirant par le bras alors qu'elle partir, tu l'attires vers toi. La faisant assoir à califourchon sur tes jambes, tu l'embrasses fiévreusement. - J'ai trente minutes devant moi avant de me rendre au palais de justice. T'as envie d'un petit déjeuner acrobatique entre jumeaux ?  Question rhétorique. Elle en avait toujours envie. Même les gènes de nymphos, vous les avez partagé. - Je doute fort que trente minutes suffisent à satisfaire mon appétit de ce matin, mais tu peux toujours essayer... Comme tu le disais. - Peut-être qu'un plat de résistance supplémentaire s'impose alors... dit la voix de Rafaël, que vous n'aviez pas entendu arriver. Tu voulais un entre jumeaux. Mais avec le fiancé de ta jumelle en prime c'était toujours mieux. Les trois anges ensemble... A la fin, il y a toujours des étoiles dans l'air.


づ « Ce qui est pire que dire un mensonge, c’est passer sa vie à ne pas le dévoiler. » – Robert Brault

A suivre...

Derrière l'écran

PRÉNOM/PSEUDO: Votre réponse ici
ÂGE RÉEL: Votre réponse ici
COMMENT AVEZ-VOUS CONNU BYW: Votre réponse ici
SCHIZOPHRÈNE ? Si oui, votre (vos) autre(s) compte(s)
UN MOT DE FIN ? Votre réponse ici

Recensez-vous


Code:
<ma>づ</ma> nom de la célébrité ♦ [url=lien vers le profil]nom du personnage[/url]

Code:
<ma>づ</ma> métier ♦ [url=lien vers le profil]nom du personnage[/url]

Code:
<ma>づ</ma> pouvoir ♦ [url=lien vers le profil]nom du personnage[/url]
MessageSujet: Re: Gia ∞ All except human. Lun 15 Mai - 23:55
avatar

BY MY WAY
Dispo ?: 1/4 libres
Nature:
Lieeens :
Let's just... have fun !
♦ Byw depuis le : 10/05/2017
♦ Posts : 104 ♦ Rps : 11
♦ Adresse : Dans un petit appartement à Downton avec Hamlet

~ MAMA I'M IN LOVE WHIT A CRIMINAL



~ THOSE PRINCESS ARE GUARDED BY A SUPER CRAZY BROTHER







~ WHO NEEDS SUPERHEROES WHEN YOU HAVE BROTHERS ?





~ BABY NEXUS


Voir le profil de l'utilisateur
Max Irons !
Re-Bienvenue !
MessageSujet: Re: Gia ∞ All except human. Mar 16 Mai - 0:10
avatar

BY MY WAY
Dispo ?: 1/2
Nature:
Lieeens :
♛♛♛♛♛
Admin ♦ L'ouragan de la team
♦ Byw depuis le : 02/05/2017
♦ Posts : 21 ♦ Rps : 9
♦ Adresse : Un grand loft à Downtown avec ta moitié.


Gabrielle "Gabbe" Nastya Fabbrizzi


Bad Girl



"Certaines choses arrivent d'une façon tellement inattendue qu'elles en deviennent magiques et inoubliables."

Voir le profil de l'utilisateur
Félicitation tu es validé(e) !

Non mais ... Sais-tu au moins COMBIEN de fois tu m'a TUEE sur cette fiche ? ASSASSINEE ! TUEE !! MASSACREE !!! c'est une tuerie

Bienvenue parmi nous et félicitations pour ta fiche !  

Tu entres officiellement dans le monde de By Your Way où tout est possible (ou presque)    

Maintenant que cette étape est terminée, je t'invite à faire quelques démarches afin d'installer ton personnage sur le forum et te permettre de venir t'amuser avec nous   J'en profite pour te rappeler de remplir ton profil et de générer ta feuille de feuille de personnage, qu'on puisse connaître tout (ou presque) de toi en un coup d'œil ;)

Tout d'abord tu peux commencer par créer ta fiche de lien par ici, et aussi faire un listing de tes rps, par ici. Je te propose également si tu as l'âme d'un joueur de te faire un sujet de Cap ou pas Cap, juste ici afin d'encore plus pimenter tes aventures !

Une fois que tu as fait tout ça, si tu as besoin de ramener ta famille, ton meilleur pote ou ton âme sœur, tu peux poster ta petite recherche par ici.

Pour étoffer la vie sociale de ton perso, il y a aussi une section réseaux sociaux : facebook, twitter et compagnie se trouvent  

Et parce qu'on a toutes et tous des âmes d'enfants, tu pourras continuer (ou commencer si tu ne l'avais pas déjà fait) de t'amuser et décompresser par  

Et si jamais tu as le moindre problème, notre équipe de charme et de choc est à ta disposition pleine et entière  

J'espère que tu vas te plaire sur BYW, plein de love sur toi  
MessageSujet: Re: Gia ∞ All except human. Mar 16 Mai - 0:11
avatar

BY MY WAY
Dispo ?: 1/4 libres
Nature:
Lieeens :
Let's just... have fun !
♦ Byw depuis le : 10/05/2017
♦ Posts : 104 ♦ Rps : 11
♦ Adresse : Dans un petit appartement à Downton avec Hamlet

~ MAMA I'M IN LOVE WHIT A CRIMINAL



~ THOSE PRINCESS ARE GUARDED BY A SUPER CRAZY BROTHER







~ WHO NEEDS SUPERHEROES WHEN YOU HAVE BROTHERS ?





~ BABY NEXUS


Voir le profil de l'utilisateur
Est-ce que c'est légal le meurtre à ce niveau là ?  Allez hop ! Gia en prison !
MessageSujet: Re: Gia ∞ All except human. Mar 16 Mai - 0:16
♛♛♛♛♛
Admin ♦ La folle du logis
♦ Byw depuis le : 15/05/2017
♦ Posts : 37 ♦ Rps : 12
♦ Adresse : Dans un loft à Downtown avec ton amour.



Voir le profil de l'utilisateur
Merci amoooour
Tout est légal dans son monde à Gia, absolument tout ce qu'il fait est correct et légitime

Gabbe, Merci trésor
Allons faire plein de bébés ensemble
MessageSujet: Re: Gia ∞ All except human. Mar 16 Mai - 9:05
Invité
Pourquoi ça m'étonne pas que le troisième de ce pairing soit toi
Re
Il a l'air fort intéressant ce perso
MessageSujet: Re: Gia ∞ All except human.
Gia ∞ All except human.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Save The human right to food: International mission to Haiti
» human BOMB
» Human shields used at the border
» 'cause i'm only human after all, don't put your blame on me. (sully)
» Black immigrants see personal triumphs in Obama

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
By Your Way :: About the Identites :: Introducing Myself :: Fiches validées-
Sauter vers: