Forum RPG à l'ancienne, City - Fantastique
 

Partagez|

Poor unfortunate sools ▬ Wallace

Aller à la page : 1, 2  Suivant
MessageSujet: Poor unfortunate sools ▬ Wallace Dim 21 Mai - 7:46
avatar

BY MY WAY
Dispo ?: Absolument.
Nature:
Lieeens :
Let's just... have fun !
♦ Byw depuis le : 20/05/2017
♦ Posts : 29 ♦ Rps : 10

NO-ONE EVER GETS TO ME.
AND NO-ONE EVER WILL.
Voir le profil de l'utilisateur


Wallace Alexander Chesterfield

Responsible, or not !

NOM: Chesterfield. Nom familial emprunté à une lignée de sorciers britanniques disparue.
PRÉNOMS: Son vrai prénom n'est plus. Comme chacun sait, auprès de ses contemporains Wallace Alexander est un surnom adapté à une nouvelle identité.
ÂGE: Wallace passe pour avoir 34 ans, tout au plus.
DATE ET LIEU DE NAISSANCE: Il va de soi qu'il n'est pas né à Londres, comme le stipule sa carte d'identité. Ni même en avril.
NATIONALITÉ: Américano-britannique.
ÉTUDES-MÉTIER: Wallace semble avoir fait quelques études dans la finance. Tout du moins, assez pour savoir investir son argent.
SITUATION FINANCIÈRE: Aisée.
ORIENTATION SEXUELLE: Inconnue.
STATUT CIVIL: Célibataire.

ft. Andrew Scott
©Ailahoz





In the dark of the night



Misanthrope, Wallace haït les gens, les humains, les non-humains, la vie et tout le système qui orbite autour. Wallace juge la vie cruellement vicieuse, pernicieuse, injuste et violente. S'il est conscient de ne pas encore être arrivé à maturité, Wallace nourrit l'ambition démesurée de devenir Dieu. De détruire l'Humanité et réorganiser le cosmos afin d'y créer un monde parfait, au-delà des petites considérations des hommes. Evidemment, c'est un nihiliste au sens le plus strict. Wallace ne prendre presque rien ni personne au sérieux. Il n'a aucun respect des traditions, des croyances et des états-d'âmes de son prochain. C'est une créature cruelle, impartiale et incorruptible. Grand manipulateur, le mage sait se jouer de l'esprit des autres sans s'y encombrer de la moindre culpabilité. C'est également un homme qui ne craint pas de se salir les mains. Adore imiter l'humanité. Il danse, chante et semble toujours découvrir les choses les plus communes. Très lucide sur sa puissance et ses capacités, Wallace possède une attitude généralement insolente et puérile. Si peu de ses nouveaux adversaires ne le prennent au sérieux, beaucoup d'autres savent combien il est bon de se méfier de ses gesticulations ridicules.   Son intelligence n'a eut de cesse de s'accroître avec les années et Wallace n'a de cesse de la travailler. Bien plus vieux qu'il n'y paraît, le sorcier a acquis une conscience du monde fulgurante. Wallace possède une véritable fascination et une admiration sans faille pour les héros, les cœurs purs et autres chevaliers blancs. Ce sont ceux-là qui attireront le plus facilement son obsession. Wallace a de sérieux troubles psychiatriques. Si beaucoup attestent de sa mégalomanie, de ses airs déconnectés de la réalité, de sa cruauté, de sa probable sociopathie -ou pire - Wallace ne souffre d'aucun d'entre eux. Est-il juste déterminé et extrêmement cynique. En réalité, ses plus gros troubles touchent à son sommeil, à sa dépression et à sa profonde haine contre toute forme d'injustice. Le mage considère toute forme de religion et de loi comme une atteinte à sa liberté. Il apparaît, à son sens, que ce ne sont que des techniques de manipulation des masses. Wallace n'aime personne, ne fait confiance à personne et bien malheureux celui qui pensera que le mage nourrit la moindre affection pour lui. Possède une capacité de concentration terrifiante. Tout autant que son sens de l'observation. Usant de sarcasme et relativement caustique, Wallace est un moqueur invétéré. Son rire est méphistophélique. Adore la technologie. Il a toujours une console de poche à portée de main ou des jeux indépendants sur son smartphone. Evidemment, il collectionne les réseaux sociaux où il y cultive son narcissisme. Wallace aime profiter du faste, du confort et de l'élégance tant qu'il le peut toujours. Tant qu'il n'a pas encore détruit ce monde, Wallace est d'un genre à profiter de tous les petits plaisirs coupables que cette vie peut encore lui apporter. Drogué jusqu'à l'os, Wallace est un grand consommateur de calmants, d'antipsychotiques, de somnifères et d’antidépressifs. Qu'il puisse encore avoir un pied dans la réalité tient du miracle. Wallace est un excellent meneur, pourvu que l'on soit prêt à le suivre jusqu'au bout. Il fait preuve de bon sens et de beaucoup de compréhension avec ceux qui ont décidé de le suivre dans ses ambitions. C'est un chef très facile à vivre qui use d'avantage de calme manipulation que de terreur. En revanche, c'est un très mauvais employé, incapable de suivre un ordre. Wallace ne supporte aucune forme d'autorité et il serait peu avisé de tenter de le soumettre. Wallace est certain d'avoir des intentions nobles et justes. Toutefois, il sait que ses manières et ses ambitions sont violentes, extrêmes et bien souvent meurtrières. Toutefois, il reste convaincu de l'utilité de faire preuve de violence dans un monde où elle-seule gouverne. Alors, il accepte le rôle du Méchant, enrôle la peau du Génie Maléfique et joue des clichés. Wallace n'attend pas d'être compris des autres qu'il juge imbécile.


nom du pouvoir/créature ici



づ Découverte et nature du don: Peut-on réellement parler de découverte ? Comme une mauvaise graine plantée au creux de ses viscères, Wallace a toujours été attiré par l'occulte, le caché, le mystère et les voies sombres. Déjà très tôt intéressait-il à la magie. Naturellement, en grandissant, ses pouvoirs et ses ambitions ont grandis jusqu'à ce qu'il se perde lui-même.

Aussi, Wallace n'a jamais connu cet instant tragique où il découvre avec émoi la nature de ses capacités. Rien de tout cela. Seul le travail acharné et la détermination a fait de lui un puissant mage.

Aujourd'hui, Wallace peut être communément nommé mage noir. Il n'aime pas l’appellation de sorcier qui renvoie nécessairement à la pratique d'une tradition inutilement bornée. C'est un goetien qui met à mal les démons, un maléfiste dangereux, un habile illusionniste mais, pire de tout, c'est l'un des nécromanciens - pratique déjà très méconnue - les plus puissants du pays. Et si la majeure partie des nécromanciens condamnent le rituel de lichification, Wallace est sans doute de ces rares malades à avoir franchi le cap fatal et éternel.


づ Mécanisme de déclenchement et fonctionnement: La famille Bedwins étaient originellement des sorciers illusionnistes, menteurs, manipulateurs et pernicieux. Leur magie permettait de troubler les sens et Wallace s'est naturellement trouvé doué dans cette branche-ci. Cependant, elle n'est ni la première qu'il ait expérimenté, ni sa favorite.

Wallace est un mage ayant touché à toutes les magies sombres. Il maudit, ensorcelle, invoque les démons et les soumets à sa volonté, prédit les pans de l'avenir, corrompt son entourage et envoûte ses ennemis. Naturellement, ces sorts ont besoin d'une préparation en amont. Cercles, sigils, incantations, méditation,... Pour atteindre l'état le plus favorable à ses rituels - la gnose - Wallace utilise drogues et mutilations. L'éveil de ses sens rappellent alors son esprit dans une conscience supérieure, offrant à son esprit la volonté d'influer la matière et l'âme.

Toutefois, Wallace pratique un type de magie qu'il a en affection depuis des années : la nécromancie. Usant de la peste et de l'art d'invoquer les morts, Wallace récite et déterre les cadavres pour en devenir maître. La nécromancie englobe des sorts très divers et chacun d'eux réclament son rituel spécifique. Très porté sur une Apocalypse prochaine, Wallace prépare déjà la levée des Morts. Par ailleurs, son immortalité ne lui vient pas de nulle part.

La nécromancie réclamant sacrifices, Wallace s'est volontairement amputé l'âme pour atteindre l'état de liche. Pour ces rares à savoir quelle folie il a commis, on ignore encore si l'on peut considérer le mage comme mort ou vivant. Mais sa situation l'a beaucoup fait souffrir et ce n'est que récemment qu'il a réellement pris compte de la signification de la damnation.

づ Inconvénients: L'étrangeté de la puissance de Wallace réside là où l'esprit humain possède ses limites. En outre, Wallace est corrompu par ses pouvoirs dont son bien-être dépend. Animé par des images de l'Enfer qui l'attend, par des scènes d'horreur et des hallucinations qui le terrifient, Wallace a le sommeil léger et l'humeur instable. Lorsqu'il se regarde du coin de l’œil dans un reflet, son image le fait blêmir de peur. A chaque battement de paupière, il craint que les fantômes de son passé, le visage tordu de haine, reviennent le hanter. Plus Wallace persiste dans cette voie et plus il sent son esprit lui échapper. Le sorcier en est conscient et sait combien sa raison est condamnée. Pourtant, une petite voix dans sa tête, bavarde comme tout, lui assure qu'aucune folie de sa part ne pourrait prétendre à celle de l'Humanité. Et que ce qui apparaît comme la perte de son humanité est peut-être la transcendance de son esprit.

Evidemment, Wallace est puissant mais n'est pas encore capable de tout. Ses plus puissants rituels réclament souvent des sacrifices et des conditions. Usant dans les énergies du néant et de son propre corps, ses sorts les plus coûteux sont également les plus douloureux. Il garde les traces physiques des années après ses cérémonies. Après un rituel d'éveil, permettant de révéler le potentiel maximum d'une créature vivante - ou de la corrompre, chacun le voit comme il le veut - Wallace doit irrémédiablement se reposer plusieurs jours. Parfois un mois entier. Il sait qu'il connait beaucoup trop de sortilèges qui, encore aujourd'hui, lui seraient fatals sans une solide préparation.

Enfin, son éternité l'épuise plus qu'elle ne semble lui être favorable. Comme maudit, Wallace rêve souvent agréablement de la mort avant de se souvenir quel sort l'attend, lorsqu'il ferme les yeux. Wallace se sent prisonnier dans ce corps et ce monde. Incapable d'avoir le courage d'affronter l'Enfer qui attend de dévorer son âme mais profondément vidé par la vie et ses tourments.


づ Maîtrise et Contrôle: Wallace a maîtrisé si vite les sorts les plus communs de ses domaines que son intérêt s'est penché sur des pouvoirs beaucoup plus dangereux pour lui. Wallace est un maître mage dont les études ne cesseront jamais. Avec son éternité sur les bras, le sorciers admet sans peine qu'il lui reste encore beaucoup à apprendre avant d'atteindre la puissance qu'il désire obtenir.


ma vie, mon histoire



La magie est un domaine qui soumet bien plus de mystères qu'elle n'accorde de réponses. La magie est cruelle, insondable, délibérément libre et sans barrière. Elle est bonne et mauvaise. Ni l'un, ni l'autre. Elle est un processus complexe d'une science inconnue, un enchevêtrement de mondes, de vibrations et de plans si différents les uns des autres que la simple connaissance de ces choses-là provoque pour l'esprit humain, trop faible et trop fragile, l'aliénation la plus pure de l'âme. Elle provoque la mort lente, la destruction du corps et la putréfaction de la pensée.

Les sorciers ne sont que des pions face à la magie. Leurs pouvoirs ne sont que les caprices accordés par elle. Une infime partie, une petite parcelle, aussi minuscule qu'un grain de poussière dans l'océan d'entités que représentent la magie et ses domaines.

Que se passes-t-il seulement lorsqu'une créature aussi simple et primaire que l'homme découvre les fondations même de cette dernière ? Comment réagit l'esprit humain ? Survit-il à l'acquisition du divin, essence de la vie et de la mort, du changement et de l'éternité stagnante ?

William Siarl Bedwins est né sur les berges grises et pluvieuses Fishguard. Petite ville portuaire, bourg d'un petit millier d'habitants à peine du Pays de Galles, William vit dans une famille excessivement religieuse. Très tôt, William apprend à craindre son père et ses grandes mains rugueuses. Il reçoit les traces de coup et prend conscience que sa vie ne peut pas se limiter à craindre la punition divine par l'intermédiaire de son père. Le reste de sa fratrie est aussi débile que dégénérescente. Ses frères deviennent mécaniciens, ouvriers. Ses sœurs se marient et acceptent la soumission oisive des époux qu'elles se sont choisies en grande hâte. Seul William semble éprouver des désirs et des ambitions. Et ce, très tôt dans son enfance. Il lui semble être né dans la mauvaise famille. Le mauvais pays.

Ses parents, comme ses tantes et ses oncles, étaient très superstitieux. Chez eux, on croit aux fantômes, aux traditions et au mauvais sort. Très jeune, alors qu'il n'a même pas atteint la première décennie de sa vie, William s'intéresse à la magie sombre, aux démons et à la nécromancie. William lit en cachette des livres sur les vampires, les esprits frappeurs, les malédictions et se passionne de paranormal. Le garçon ne se renseigne que par le biais d’œuvres pour enfants mais cette initiation, bien que grossière, posera la première pierre de son intérêt grandissant pour les forces obscures.

Son intelligence précoce et ses hobbies macabres ne l'aident pas dans sa vie sociale. William entre dans un étrange cercle vicieux : Plus il pratique la magie, moins il n'a d’interaction sociale. Moins il n'a d’interaction sociale et plus il se réfugie dans la pratique de la magie. Outre ce secret qu'il préserve de la fureur de son père - car William le sait : son père serait capable de le frapper assez fort pour le tuer - l'enfant est un garçon très sage et d'un calme presque inquiétant. Pour un enfant de son âge, sa sagesse, son isolement et son mutisme font penser aux enseignants que le pauvre gosse est certainement autiste. Ses parents font fi de ce genre de bêtise. Leur fils est normal, insistent-ils face au directeur. Evidemment, cette convocation fait songer à ses parents incultes que William n'est pas assez attentif en classe malgré ses notes brillantes. Qu'il a un comportement qui font honte à sa famille. Pendant un mois, William n'ira plus en classe. Les parents appellent : Il est malade. Il ne peut pas sortir. Lorsqu'il revient en cours, l'un de ses enseignants remarque qu'il a du mal à marcher. Ses côtes le font souffrir. On ne posera pas de question.

Pour William, cette période marque le début où sa colère s'est transformée en haine et où il a compris combien le monde était une erreur. Sans doute, Lucifer est-il le père de l'Humanité. William n'oublia jamais la violence de ses parents, la désespérante satisfaction de ses frère et sœurs, l'intervention dangereuse de son directeur et la passivité couarde de ses enseignants. Cent fois, William aurait pu être sauvé. Cent fois, William aurait pu éviter l'ombre de la damnation. Mais il semblait que quelque part, là-haut ou ici bas, on le voulait pour de bien sombre desseins. Peut-être trop pour la race mortelle et mortellement imparfaite.

William devient un véritable mage et se découvre de grands pouvoirs. L'adolescence entame son processus infernal et pernicieux qui fait de tous les enfants des démons. La rébellion de William vis à vis de ses parents va être si terrible qu'elle ébranlera la famille à jamais.

Capable de maudire et de jeter de sombres sorts sur ceux qui ont mis à mal son enfance troublée, William jette le maléfice sur sa mère, d'abord. Promettant une mort lente et douloureuse, il jure que c'est avec elle que tous ceux qui lui ont fait du tort mourront. Des jours plus tard, les docteurs découvrent une maladie à sa pauvre mère. Condamnée, elle décide de s'en remettre à Dieu. Mais la douleur et la lente agonie corrompent même le plus purs d'entre nous. Et ses sautes d'humeur perturberont le foyer tranquille. Elle injure son époux, maudit ses fils, refuse de se nourrir et pousse son mari à la calmer de ses crises d'hystérie à  grandes claques. William, parmi tous, sera le seul à faire nourrir des sentiments paisibles à sa mère. Elle le reconnait tandis que sa mémoire lui fait oublier les visages les plus familiers de son quotidien. Lui loue sa bonté et sa présence et l'appelle même "mon préféré".  Jusqu'au seuil de la mort, sa mère continuera d'être un véritable poison pour les Bedwins. Alors qu'elle s'éteint dans son lit, le père est déjà bien affaibli par le chagrin et les frères et sœurs de William ignorent la détresse du foyer. Le père meurt prématurément, un an plus tard. C'est alors à l'aîné de la fratrie de prendre soin des autres. La malédiction de William ne s'arrête guère là et alors que le garçon décide d'aller continuer ses études en pensionnat, il entend peu à peu sa famille se consumer dans des querelles d'héritage vaines. L'une de ses sœurs fut tuée. Une autre poussa le plus jeune d'entre eux au suicide et le dernier décida de quitter au plus vite cet Enfer fratricide. Toutefois, il fut fauché par une voiture, au cours de son voyage. Le survivant hérita de tous les biens et désira faire revenir William au lycée local de la ville, lui refusant l'accès à des études de qualité. Lorsque William revient, on découvre que son aîné est l'instigateur du meurtre de sa petite soeur. Il va en prison. William hérite de toute la fortune colossale emmagasinée par une vieille famille sorcière ayant abandonnée les antique tradition pour épouser les voies du Seigneur. Depuis la fin du XIIIe siècle, beaucoup de Bedwins se sont épris de spirituel et seule une poignée persiste dans la pratique de leurs occultes rituels. Cette série de sombres événements autour de la famille créa une notoriété locale autour d'histoires de malédictions et de fantômes vindicatifs. William est alors confié à une tante lointaine, cousine à un obscur degré qui s'occupa de ce petit morveux sans grande conviction. Comme il veut faire des études et que le garçon se révèle très doué, il va à un pensionnat privé du Pays de Galles. Il saute très vite sa première classe, incapable d'être ralenti par ses camarades dans sa formidable ascension. Comme il étudie beaucoup, se privant souvent de sommeil et capable d'acquérir une quantité phénoménale de données en peu de temps, il est décidé par ses professeurs de lui faire passer son diplôme dès l'année suivante. Obtenir les autorisations du gouvernement fut un parcours académique qui réclama trois long mois de patience. Avec la promesse d'Oxford de l'engager dans les études qu'il désirerait, on accepte finalement l'admission de William aux examens. Âge de treize ans, il décroche son diplôme et va faire ses études à l'université d'Oxford où ses notes et son extrême jeunesse enthousiasment ses futurs précepteurs.

William fut un élève brillant dès les premiers mois. Toutefois, on note son extrême instabilité dans ses intérêts, divergeant ses forces. Proche de ses professeurs, on lui accorde beaucoup de changements d'étude malgré son incapacité à se focaliser sur une unique branche. Il semble que son esprit fusse incapable de se limiter pour être bridé par des frontières imaginaires entre les différents domaines de la connaissance. Aussi, William fait des études de mathématiques, de médecine, d'informatique. Il tente également les arts, les sciences humaines et politiques. Il décroche, à la sortie de ses années universitaires, plusieurs diplômes dans des domaines très variés. Toutefois, sortant de ce grand merdier estudiantin, pour un homme aussi diplômé, ne reste-t-il plus pour lui que la recherche. Il reste à l'université en tant que chercheur et y demeure deux ans. Largement le temps de faire publier certaines de ses revues, considérées par certains comme de véritables progrès et pour ses détracteurs les plus scrupuleux, comme une simple et pure aliénation de la science. Mêlant une philosophie ésotérique et un véritable processus scientifique, William se fait connaître dans le domaine pour ses idées extrêmes, sa misanthropie exagérée et son génie désabusé.

Au cours de ses études, la magie reste toujours sa principale préoccupation. Et là où les étudiants sont limités par l'inexorable sommeil et le temps qui passe, William apprend à tordre le temps et la réalité pour plier son esprit à ses caprices. Devenant un maître dans son domaine, William rencontre de nombreux confrères avec qui il partage son art, un peu jalousement. Mais toujours lui semble-t-il qu'aucun de ses contemporains n'ont le pouvoir de l'impressionner. Ni par l'esprit, ni par la puissance. William s'ennui des incapables et des faux-prophètes qui s'entendent sur une moralité qui n'existe que pour une poignée de privilégiés.

Lorsque l'on est féru de savoir, lorsque l'on pousse la recherche profondément jusqu'à ses dédales les plus pervers, il arrive toujours ce fatal moment où le Destin, pernicieux, se joue de la faiblesse humaine et lui montre toute l'étendue incompréhensible et immortelle du monde et de sa création. Arrive alors cet instant où, au seuil de la violation des lois incontournables de la nature, l'Homme bute, s'arrête et semble faire obstacle à une force invisible. Ce moment où l'éthique refuse à la société de se pencher sur de viles bassesse pour l'amour du savoir.

Ce moment où William devint un meurtrier, un pilleur de tombe et un invocateur de démons.

William réussit à percer les secrets de l'énergie mortelle et vitale. Celle qui anime, assemble et détruit la vie. Celle qui permet à la matière inerte d'être mobile et qui transfert les âmes. Sombres recherches, ses pratiques impies lui accordent le mépris des mages d'Oxford qui tentent longtemps de lui faire comprendre la folie de ses projets. William voit dans sa recherche la résolution du problème. La guérison d'une maladie millénaire. La fin de la lente agonie du monde. Des hommes et des vivants.

C'est alors que William se fait tueur en série, criminel. Très vite, sa présence s'impose comme celle de l'ennemi. Le sorcier à abattre. Sa tête est mise à prix auprès de chasseurs de démons. Il fréquente les grands qui ne craignent pas d'enfoncer les doigts dans la vieille glaise pour en extraire le miracle. Et à mesure que ses adversaires se multiplient, la police commence à fureter dans ses dossiers. Avalanche de problèmes, c'est finalement lorsque la grande institution de la Golden Dawn elle-même boude sa réputation et condamne son cas que William est porté disparu. Ses données disparaissent des archives d'Oxford. Ses recherches également. Le manoir familial est vendu et l'héritage transféré de comptes en comptes jusqu'à ce que William Siarl Bedwins n'ait jamais existé. Nulle part. Jusqu'aux photos identités les plus récentes, William n'est plus qu'un fantôme sans visage et sans nom dans les souvenirs de sa famille. Comme la mairie de sa ville est incapable de retrouver la moindre trace de lui dans les données administratives du gouvernement, il est impossible d'entamer la moindre procédure. William, aux yeux de ceux qui se sont évertués à découvrir les mystères qui planaient autour de ce spectre, n'a tout simplement jamais existé. Comme une légende, un nom prononcé fébrilement par une famille détruite et autour de laquelle orbitent de nombreuses légendes funestes. Ses professeurs refusent de parler de lui, comme par crainte qu'on ne pense qu'ils fabulent sur un personnage visiblement bien romancé. Comme l'homme n'avait guère de proche, les derniers investigateurs qui gravitent autour de cet étrange secret abandonnent toute recherche. Et même dans l'Ordre, on finit par considérer que ceux qui s'étaient attardés sur le cas William n'avaient fait que perdre leur temps autour d'un mythe urbain qui ne mérite qu'à être oublié. Et pourtant, de très anciennes revues, archivées dans les méandres de médias indépendants et méconnus continuent d'attester de l'existence d'un tel homme. Remarquant l'effectif malheur de la famille Bedwins et la remarquable ascension du survivant de la fratrie. Quant au dernier des frères, seul témoin de cette affaire presque surnaturelle, il fut oublié de tous, dans l'indifférence commune et totale.

***

Soixante-trois ans plus tard...

A San Francisco, un homme s'installe dans un luxueux appartement du centre-ville. Sir Wallace Alexander Chesterfield est l'héritier d'une famille génocidée par les maladies et les alliances de pouvoir. Pour la plupart aux confins de l'Europe, Wallace est le dernier représentant des Chesterfield ici-bas, dit-on.

La discrétion de son emménagement fait de lui un homme peu intéressant pour les journalistes, gourmands de faits people. Sir Wallace semble être un homme sans problème et même les revues satyriques peinent à trouver la moindre faille à cet homme qui semble avoir acquis une si grande fortune dans le plus grand silence.

Chichement, Wallace se rapproche des institutions ésotérique, approchant d'un pas bien farouche. Le personnage n'est pas commun dans le paysage angeleno. On essaie d'extraire des données de ses dossiers déjà avares en information mais tout est lisse. Beaucoup trop lisse. Alors on s'en désintéresse, tandis qu'une série de meurtres s'étouffe dans la cohue fertile et effervescente de la grande ville. Sir Wallace se fait accepter et fréquente le beau monde. On murmure dans son dos et on trouve son mystère fascinant mais son attitude vulgaire. Gros financeur potentiel, sorcier aux connaissances providentielles, il s'adapte si bien au grand air Américain que sa présence se fond dans le décor de la haute société.

Derrière l'écran

PRÉNOM/PSEUDO: PnP.
ÂGE RÉEL: 23 ans.
COMMENT AVEZ-VOUS CONNU BYW: Je cherchais ma perle sur PRD.
SCHIZOPHRÈNE ? Nope, cap'.
UN MOT DE FIN ? Très beau forum, cool, simple... J'attend encore de découvrir un peu avant de juger. En espérant très fort savoir vous faire apprécier le personnage. Oh ! Toutes mes excuses aux personnes que j'ai croisé sur la Box et que j'a abandonné lâchement. Je fais rarement ça. Je suis vraiment désolé.

Recensez-vous


Code:
<ma>づ</ma> Andrew Scott ♦ [url=http://by-your-way.forumactif.com/u93]Wallace A. Chesterfield[/url]

Code:
<ma>づ</ma> Investisseur ♦ [url=http://by-your-way.forumactif.com/u93]Wallace A. Chestefield[/url]

Code:
<ma>づ</ma> Sorcier ♦ [url=http://by-your-way.forumactif.com/u93]Wallace A. Chesterfield[/url]
MessageSujet: Re: Poor unfortunate sools ▬ Wallace Dim 21 Mai - 8:37
avatar

BY MY WAY
Dispo ?: Oui *_*
Nature:
Lieeens :
Let's just... have fun !
♦ Byw depuis le : 11/05/2017
♦ Posts : 157 ♦ Rps : 26
♦ Adresse : Appartement en sous-sol à Mission District


Voir le profil de l'utilisateur
Bienvenue parmi nous
J'ai hâte d'en savoir plus sur ton personnage
MessageSujet: Re: Poor unfortunate sools ▬ Wallace Dim 21 Mai - 12:41
avatar

BY MY WAY
Dispo ?: 2/3
Nature:
Lieeens :
Let's just... have fun !
♦ Byw depuis le : 12/05/2017
♦ Posts : 58 ♦ Rps : 16
Voir le profil de l'utilisateur
OMG ! ANDREW SCOTT ! *fangirl time*

Bieenvenuue sur le fooo sweety !
J'ai besoin de dire que j'approuve totalement ton choix de vava ? :D *sort*
Bon courage pour ta fiiche :D ! J'ai hâte de savoir ce que tu vas faire aussi :D !

EDIT : Oh ! Et j'avais pas vu le titre de ta fiche est top ! *.* Et le prénom de ton perso (j'embête tout le monde en ce moment avec Wiliam Wallace... alors j'ai bien ris... arhem... Oui jme tais...)
MessageSujet: Re: Poor unfortunate sools ▬ Wallace Dim 21 Mai - 13:59
Let's just... have fun !
♦ Byw depuis le : 13/05/2017
♦ Posts : 34 ♦ Rps : 9

Voir le profil de l'utilisateur
Bienvenue officiellement sur le forum Andrew est trop peu vu sur es forums, je valide le choix
MessageSujet: Re: Poor unfortunate sools ▬ Wallace Dim 21 Mai - 15:18
avatar

BY MY WAY
Dispo ?: Dés que je serais validé
Nature:
Lieeens :
Let's just... have fun !
♦ Byw depuis le : 19/05/2017
♦ Posts : 11 ♦ Rps : 0
♦ Adresse : Downtown


Voir le profil de l'utilisateur
Bienvenue parmi nous ♥
MessageSujet: Re: Poor unfortunate sools ▬ Wallace Dim 21 Mai - 15:58
Invité
Bienvenue !
MessageSujet: Re: Poor unfortunate sools ▬ Wallace Dim 21 Mai - 18:04
avatar

BY MY WAY
Dispo ?: Dispo. 2/5
Nature:
Lieeens :
♛♛♛♛♛
Admin ♦ La folle du logis
♦ Byw depuis le : 11/03/2017
♦ Posts : 1883 ♦ Rps : 55
♦ Adresse : Marina District



Voir le profil de l'utilisateur http://by-your-way.forumactif.com
Bienvenuuuuue
Comme beaucoup, j'attends de lire de lire cette fiche qui promet Et non, on ne te met pas du tout la pression

Si tu as besoin de quoique ce soit, hésites pas à biper

Ah et, je suis sûre que lesdits membres de la cb ne t'en voudront pas, on est des bisounours, ici
MessageSujet: Re: Poor unfortunate sools ▬ Wallace Dim 21 Mai - 18:29
Invité
Moooh, t'as l'air adorable toi
Bienvenue officiellement, si besoin, le staff est là
MessageSujet: Re: Poor unfortunate sools ▬ Wallace Dim 21 Mai - 18:37
avatar

BY MY WAY
Dispo ?: Absolument.
Nature:
Lieeens :
Let's just... have fun !
♦ Byw depuis le : 20/05/2017
♦ Posts : 29 ♦ Rps : 10

NO-ONE EVER GETS TO ME.
AND NO-ONE EVER WILL.
Voir le profil de l'utilisateur
Merci à vous tous pour votre accueil ♥ Je suis déjà ici chez moi !
Concernant le choix d'avatar, j'admets que je suis bien heureux qu'on le voit si peu sur les forums. J'ai moins de crainte de le voir pris, ehe. Promis, je continue ma fiche. Surtout que beaucoup de réflexions au cours des dernières heures vont me faire sans doute modifier - ou pas - des détails du personnage.

@Aikel : Aehe, merci à toi ♥ Tu veux rire ? De base, j'avais dans l'idée que Wallace s'appelle William.

Quoiqu'il en soit, encore merci à vous tous. J'ai hâte de rencontre vos personnages en RP et de vous croiser sur la CB.

Par ailleurs, @Sparkles, j'espère qu'ils ne m'en tiendront pas rigueur ! Mais je suis d'une humeur assez scrupuleuse et faire ce coup-là à ma première entrée sur le forum... J'ai eu quelques relents de culpabilité, je dois dire !

Oh ! Puisque j'y pense, petite question : Est-ce que le coven de magie noire pratique également la wicca ? J'ai en tête de faire un sorcier du versant gauche (goetie, nécromancie, maléfiste, chaos magick, ce genre de joyeuseté) et - si cela est possible - j'aimerai le faire rejoindre le coven noir. Or, en fonction des pratiques, de la philosophie du truc et des traditions, il peut ne pas beaucoup y adhérer.

Merci d'avance pour vos réponses ♥
MessageSujet: Re: Poor unfortunate sools ▬ Wallace Dim 21 Mai - 18:40
Invité
Hm, la wicca est en général une magie blanche selon moi Je laisse @"Loli M. Brightendale" donner son avis Mais je pense qu'Amaranth pratique la nécromancie & cie
Mais en tous cas je pense qu'entre sorciers noirs, on pourra se trouver un lien avec Tian Shu
MessageSujet: Re: Poor unfortunate sools ▬ Wallace
Poor unfortunate sools ▬ Wallace
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» ⊱ poor unfortunate souls
» Poor Unfortunate Soul - Ursula
» Δ Poor Unfortunate Souls
» Enfant abandonné ou tué devant Food for the Poor- Attention photos sensibles
» Farrakhan corrige Wallace à 60min

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
By Your Way :: About the Identites :: Introducing Myself :: Fiches validées-
Sauter vers: