Forum RPG à l'ancienne, City - Fantastique
 

Partagez|

definitely not out of the woods yet (ft hadley)

MessageSujet: definitely not out of the woods yet (ft hadley) Dim 28 Mai - 22:52
avatar

BY MY WAY
Dispo ?: ui ♥
Nature:
Lieeens :
Membre du mois
Membre du mois
♦ Byw depuis le : 18/05/2017
♦ Posts : 137 ♦ Rps : 16
♦ Adresse : Mission, dans un petit studio tranquille


Voir le profil de l'utilisateur
Rome aimait San Francisco. C’était une très belle ville, avec un climat assez tempéré qu’elle préférait largement à celui du Nevada. Même si cela va bientôt faire deux ans qu’elle a débarqué, elle ne se lasse jamais de découvrir de nouveaux endroits, parfois secrets et mystérieux, paumés au possible, qu’elle aime juste pour le plaisir de les avoir vu une fois. Ainsi, lorsqu’elle a rencontré Hadley, fraîchement arrivée dans la ville, elle n’a pas hésité à lui proposer d’en explorer les moindres recoins ensemble. Et lorsqu’elle était tombée sur un blog proposant un itinéraire vers « une magnifique clairière dans la forêt, à l’abri du monde et des regards, où le soleil et la lune se confondent et où le temps suspend son cours » (les mots étaient exactement formulés de cette manière), Rome n’a pas pu s’empêcher de décrocher son téléphone pour appeler sa coéquipière de choc. Il avait été donc convenu qu’elles suivraient le guide posté sur le blog et partiraient en excursion un dimanche après-midi, la balade censée durer moins de trois heures. Mais cinq heures et demie plus tard, après un nombre incalculable de tours et détours et la batterie de son téléphone presque à plat, Rome commençait à perdre espoir. De une, elles n’avaient pas trouvé cette foutue clairière. Le blog disait pourtant qu’une heure de marche au grand maximum à travers la forêt suffisait pour atteindre le saint-graal – en l’occurrence, la fameuse clairière. De deux, Rome commençait à avoir faim, et soif, beaucoup trop chaud et ses pieds souffraient. Enfin, tout cela serait supportable si elles n’étaient pas perdues. Parce que oui, il allait falloir admettre qu’elles étaient perdues. Paumées. Au milieu de la forêt. Sans aucun signe de vie humaine ou de civilisation aux alentours. Sans même l’ombre d’un sentier ou d’un chemin pour les guider vers une sortie. Pourtant, tout avait bien commencé. Elles s’étaient retrouvées à l’heure convenue, s’étaient enfoncées dans la forêt en suivant le guide qui semblait très clair… Rome ignorait à quel moment elles avaient commencé à se perdre, et quel tournant traître elle devait maudire pour les avoir écartées si loin du chemin. Elles n’avaient pas perdu espoir, s’étaient dit qu’elles retrouveraient leur route, ou encore qu’elles croiseraient des randonneurs qui leur indiqueraient la bonne direction. Ces cinq heures et demi avaient été un tête à tête franchement fantastique et merveilleux si elles avaient voulu n’être que toutes les deux et n’avaient pas désespérément prié croiser la route de quelqu’un. Aussi, lorsque Rome tombe sur un grand arbre majestueux au tronc tordu qui lui semble vaguement familier, elle pousse un soupir de défaite. - Je pense qu’on peut officiellement se déclarer perdues, là. Elle se laisse tomber sur un tronc d’arbre couché par terre, se prend la tête dans les mains. En désespoir de cause, elle vérifie une dernière fois la connexion Internet de son téléphone, toujours à plat. -Je t’en supplie, dis-moi que tu captes un réseau wifi ou n’importe quoi. Parce que oui, dans cette foret dense et sans fin, aucun réseau ne passait. Ce qui n’aidait en rien leur cas. Alors que Rome lance un regard de chiot battu à Hadley, un éclat attire son attention. Les rayons du soleil se déversent en longs flots tranquilles et paresseux à travers les troncs d’arbre, leur couleur orangée teintant l’atmosphère de la plus magnifique des façons si Rome ne venait pas de réaliser ce que cela signifiait. - C’est moi ou la nuit commence à tomber… ? Regard horrifié à son amie, à la perspective de tout ce qui les attendait si elles devaient passer la nuit dans les bois. Et tout ça à cause de jolis mots alignés sur un blog.

MessageSujet: Re: definitely not out of the woods yet (ft hadley) Lun 29 Mai - 13:03
avatar

BY MY WAY
Dispo ?: Oui *_*
Nature:
Lieeens :
Let's just... have fun !
♦ Byw depuis le : 11/05/2017
♦ Posts : 154 ♦ Rps : 26
♦ Adresse : Appartement en sous-sol à Mission District


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Definitely not out of the woods yet ❞Hadley & RomeLa vie à San Francisco est tellement merveilleuse que je ne regrette pas un instant d'être partie d'Austin sur un coup de tête. Cela fait tellement du bien de changer d'air, de changer ses habitudes, de découvrir une nouvelle vie, un nouveau mode de vie, de nouvelles personnes. C'est le pied. Tout n'a pas été facile, bien entendu, le plus dur a été d'annoncer à mes parents que je ne comptais pas revenir. Bon, pour être honnête, ils ne le savent pas vraiment encore. Mon frère a eu la bonté de m'offrir un répit d'un mois avant de le leur annoncer officiellement. Le temps pour moi de trouver un travail et de leur prouver que je pouvais rester à SF sans problème. Pour le moment, ils pensent juste que je prolonge mon séjour pour voir Wolfy jouer en concert. Ca ne les enchante pas des masses, autant être honnête, mais ils ne peuvent pas me dire grand chose. Cela fait quasiment 3 ans que je n'avais pas vu Wolfgang, difficile de m'obliger à rentrer maintenant que nous sommes enfin réuni. Surtout que nous avons toujours été très proche lui et moi, même pendant sa longue absence, il m'écrivait pour me parler de sa vie. Ca a été très dur de vivre sans lui, je me suis sentie abandonnée un bon paquet de fois. Mais il m'était difficile de le lui dire, de peur de le blesser ou de le forcer, involontairement, à mettre de côté sa vie, rien que pour me faire plaisir. C'est quelque chose que je ne veux pas. Je veux qu'il soit heureux, je veux qu'il profite de sa vie, qu'il vive ses rêves. Déjà qu'il ne profite pas de son argent à cause de moi, je ne vais pas tout lui prendre. Hé oui, depuis très longtemps maintenant, quasiment depuis le début de mon traitement, en tout cas dès qu'il a pu, il a commencé à nous envoyer de l'argent pour payer mon insuline. Même si on peut vivre sans problème avec le diabète, le mien demande quand même beaucoup d'attention et des piqûres fréquentes. J'ai des visites régulières à l'hôpital, pour bien vérifier que tout va bien et pour augmenter les doses si cela est nécessaire. Et depuis mes 20 ans, j'ai également des dialyses a effectuer régulièrement parce que mes reins ont lâché. En même temps, je l'ai peut-être un peu cherché. Même si ce n'était qu'une fois, un écart dans ma conduite, cet écart m'a coûté cher, c'est le moins que l'on puisse dire. Bref, tout ça pour dire que depuis que je suis à SF, je suis heureuse. J'ai retrouvé mon frère, la personne la plus importante dans ma vie, en dehors de mes parents bien entendu. J'ai trouvé un travail, dans le salon de mon frère. Je n'ai rien demandé à personne, autant être honnête, mais je me suis tout de suite très bien entendu avec Sasha, Ivy et Aikel et ils cherchaient une réceptionniste qui pourrait aussi s'occuper de la comptabilité et de tout ce qui est administratif. J'ai tenté ma chance et pour le moment tout se passe bien. Je ne prétends pas que tout est facile, parce que ce n'est pas un boulot où j'ai de l'expérience. Prendre  des rendez-vous, répondre au téléphone, accueillir les gens, c'est facile. Appeler les fournisseurs pour les commandes et les gérer, ce n'est pas trop compliqué non plus. Mais les comptes, c'est encore une autre histoire. Je pense que je vais prendre quelques cours, pour me former à tout ça, histoire de ne pas faire de connerie. Ils savent gérer leur boutique alors pour le moment tout va bien, mais ça serait bien que je puisse leur enlever ce poids de leurs épaules un de ces 4.

Mais aujourd'hui, pas de chiffres, pas de boulot, un jour OFF comme je les aime. Rome m'a appelé pour me proposer une balade en forêt et je n'ai pas pu refuser. Rome, c'est une fille que j'ai rencontré le lendemain de mon arrivée à SF. Je n'ai pas voulu perdre de temps et j'ai commencé très tôt à chercher du travail, pour avoir cette carte dans mon jeu quand j’appellerais mes parents. Elle travail dans un bistrot plutôt sympa où j'ai demandé s'ils avaient besoin de monde en plus. Même des extras je suis prête à les faire. Malheureusement ils n'avaient besoin de personne, mais le courant est tout de suite passé entre elle et moi et depuis, on s'appelle régulièrement pour se balader. Elle est arrivée à SF il y a environ 2 ans je crois et elle aime découvrir de nouveaux endroits, tout comme moi, donc on s'éclate ensemble. Là, une forêt, une balade, une belle journée et elle, comment pourrais-je refuser ? Sauf que ce qui aurait dû être une balade agréable en 3h, vient de se transformer en véritable cauchemar. Cela fait 5h qu'on tourne en rond, on est jamais tombé sur leur fameuse clairière, on est paumées, on n'a aucun raison et je commence à me dire que si ça continue comme ça, je vais avoir besoin d'une piqûre d'insuline. Alors j'ai tout prévu, bien entendu, je suis très prévoyante comme fille, mais il ne faudrait pas que ça continue comme ça trop longtemps, parce que sinon c'est un cadavre qu'ils vont retrouver prochainement. Je pense qu’on peut officiellement se déclarer perdues, là J'ignore si on peut dire qu'on est optimiste dans la vie, mais il est vrai que jusqu'à présent, on préférait voir cette expérience du bon côté. Oui, on n'a pas trouvé leur clairière et on tourne un peu en rond, mais on se balade, on prend l'air, pas de pollution, le calme de la forêt, c'est cool aussi. Sauf que plus le temps passe et moins l'expérience devient amusante. Je tente malgré tout de garder le sourire, c'est important de garder la bonne humeur et surtout l'espoir, il ne faudrait pas qu'on commence à paniquer, sinon c'est le début de la fin. Je ne rebondis pas sur ce qu'elle vient de dire, déjà parce que ça ne sert à rien et parce que ça risque de nous plomber encore plus le moral. Je t’en supplie, dis-moi que tu captes un réseau wifi ou n’importe quoi. Je sors mon portable de ma poche et le regarde. Rien. Je tente de le pointer dans tous les sens en bougeant un peu, histoire de voir si je capte quelque chose, mais toujours aucune barre.  « Non, désolée, je n'ai rien du tout. Je crois que les arbres empêchent toute connexion. Peut-être qu'il faudrait grimper à un arbre pour tenter notre chance … »  C'est une idée comme une autre, je tente de trouver des solutions. Et je commence à me dire que ce sera peut-être notre seule chance de nous en sortir, surtout après ce que va dire Rome. C’est moi ou la nuit commence à tomber… ? D'accord alors récapitulons. Nous sommes perdues dans une forêt. Nous n'avons pas de connexion, ni réseau. Je n'ai quasiment plus de quoi manger pour garder mon taux de glycémie normal, je commence à fatiguer, je vais certainement pas pouvoir manger à l'heure, ce qui signifie que ça va avoir des conséquences ce qui n'est pas une bonne chose et en plus il va faire nuit. J'adore la forêt, vraiment, mais la nuit, je ne pense pas que ce soit une bonne idée. La température va chuter et il va y avoir des animaux nocturnes qui n'auront aucune envie de nous aider … Je ne veux pas paniquer, ce n'est pas dans mon tempérament, mais je n'aime pas ça quand même. « Quelqu'un sait que tu es là ? » Lui demandais-je, plein d'espoir. Parce que mon frère dormait quand je suis partie et que le message n'était pas des masses clairs. Je lui ai dis que je venais ici, mais le ici en question est une grande forêt. Le temps qu'il nous retrouve, on a le temps de mourir 5 fois.
© 2981 12289 0
MessageSujet: Re: definitely not out of the woods yet (ft hadley) Ven 2 Juin - 23:06
avatar

BY MY WAY
Dispo ?: ui ♥
Nature:
Lieeens :
Membre du mois
Membre du mois
♦ Byw depuis le : 18/05/2017
♦ Posts : 137 ♦ Rps : 16
♦ Adresse : Mission, dans un petit studio tranquille


Voir le profil de l'utilisateur
Rome sent tout espoir la quitter lorsque Hadley lui annonce qu’elle non plus ne capte rien. Si elles ne pouvaient prévenir personne qu’elles étaient dans les bois, elles pouvaient toujours crever qu’on ne s’en rendrait compte. Grimper aux arbres pourrait peut être les aider. Elle lève la tête, scrute le ciel qui s’assombrit. « Je ne pense pas que grimper aux arbres soit une bonne idée. Déjà, ils sont beaucoup trop hauts, donc les risques d’une chute sont grands, sachant que la luminosité baisse… En plus, ce n’est pas garanti qu’on puisse redescendre, une fois là haut. » Grimper ne la dérangeait pas, mais Rome avait une peur bleue de ne pas trouver le chemin du retour vers le sol. Se retrouver avec une des deux dans les hauteurs n’allait pas arranger leur cas, loin de là. Elle essaie de réfléchir calmement, cherchant des idées, parce que le coup des nanas qui passent la nuit dans les bois, c’était clairement un scénario sorti droit d’un film et ça ne pouvait pas arriver dans la réalité. Et en général, dans les films, la suite des évènements n’était pas plaisante. Elle tourne la tête vers Hadley, l’expression de mort se dessinant sur son visage répondant à sa question. «Non, personne n’est au courant de notre excursion. » Rome visualisait très bien les chances qui s’offraient à elles et qui se rapprochaient dangereusement de zéro. « Ca m’apprendra à jouer les filles indépendantes qui n’ont besoin de personne. » Elle lui offre un sourire ironique, tentant de masquer par la plaisanterie la réelle inquiétude qui commençait à pointer le bout de nez. Elle se lève, commence à faire les cents pas. Elles auraient pu passer la nuit dans la forêt si elles avaient eu suffisamment d’eau et de nourriture, ce qui n’était pas le cas. De plus, la forêt se rafraichissait nettement après le coucher du soleil, et si Rome ne pensait pas qu’elles risquaient une hypothermie, elles n’allaient pas tenter le sort non plus… Elle s’immobilise soudain, se souvenant de quelque chose qui lui était complètement sorti de la tête. « Ton diabète ! Ca va aller ? » La jeune fille commençait à se maudire de plus en plus d’avoir entraîné Hadley là dedans. Certains diront que ce n’était pas de sa faute, qu’elle n’aurait pu prévoir ce changement de plan, mais c’était son idée au départ. Donc elle choisissait d’en porter la responsabilité. « Si seulement on avait au moins une idée de la direction dans laquelle on se dirige… » Même si Rome ne savait absolument pas où se trouvait la limite de la forêt la plus proche. « L’idéal serait de retomber sur une route ou un grand sentier… il y aura forcément quelque chose au bout. » Elle réfléchissait à voix haute, tentant de trouver la solution la plus rapide et efficace. Car quand bien même elles parviendraient à trouver ce chemin, le temps de marche jusqu’à une sortie était inconnu, et elles finiraient bien par fatiguer. Surtout Hadley. Qui devait absolument éviter ce genre de situations. Rome décida donc qu’elle ne referait plus jamais de randonnées en forêt, et pria son cerveau pour trouver quelque chose, et vite. « Tu as prévenu quelqu’un de notre excursion, toi ? » Si c’était le cas, peut être que quelqu’un était parti à leur recherche. Mais si les filles commençaient à bouger, jamais elles ne croiseraient leur sauveteur… Ce qui les amènerait inéluctablement à finir encore plus perdues qu’elles ne l’étaient déjà. Quel merdier. Elle pousse un soupir, Rome, finit par se laisser tomber sur le tronc de nouveau. « L’idéal serait qu’on retombe sur un sentier principal, mais encore faut-il que qu’on trouver quelque chose ou quelqu’un pour nous indiquer la sortie… » Le soleil continue de se coucher, lui rappelant à quel point leur temps leur est compté. Si bientôt elles ne trouvaient pas de solution pour retrouver leur chemin et quitter ces bois de malheur, elles allaient passer la nuit ici. Dans la forêt. Et ça, ça ne sentait vraiment pas bon. Mais alors, pas du tout.


HRP:
 
MessageSujet: Re: definitely not out of the woods yet (ft hadley) Mar 6 Juin - 13:09
avatar

BY MY WAY
Dispo ?: Oui *_*
Nature:
Lieeens :
Let's just... have fun !
♦ Byw depuis le : 11/05/2017
♦ Posts : 154 ♦ Rps : 26
♦ Adresse : Appartement en sous-sol à Mission District


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Definitely not out of the woods yet ❞Hadley & Rome « Je ne pense pas que grimper aux arbres soit une bonne idée. Déjà, ils sont beaucoup trop hauts, donc les risques d’une chute sont grands, sachant que la luminosité baisse… En plus, ce n’est pas garanti qu’on puisse redescendre, une fois là haut. » Ce n'est peut-être pas complètement faux, mais elle vient de faire voler en éclat la seule idée que j'avais. Si on ne tente pas de grimper à un arbre alors on n'aura jamais de réseau et si on n'a pas de réseau, on ne pourra pas appeler des secours et si on ne peut pas appeler de secours, on va mourir dans cette forêt, moi plus tôt que Rome, ne nous voilons pas la face. Je ne veux pas être défaitiste mais j'aime quand même pas trop la tournure que prend la situation. Je tente de garder le moral, parce qu'à l'heure actuelle, c'est tout ce qu'il nous reste. Il faut trouver une solution. Il doit en exister une. Je me serais bien portée volontaire pour grimper, mais avec ma baisse de glycémie, c'est une chute assurée à mon avis. Quand c'est comme ça, je me sens fatiguée, j'ai envie de dormir, je me sens faible. Un coup à se tuer sans le vouloir. Trop dangereux. Alors si Rome ne le sent pas, ça ne sert à rien d'insister. Je hoche la tête, en signe d'accord. Cherchons autre chose alors. «Non, personne n’est au courant de notre excursion. » Ok, donc ma positivité n'était déjà pas au beau fixe, mais cette nouvelle vient de lui faire faire une chute monstrueuse. Après je peux concevoir qu'elle n'est pas eu l'envie de prévenir qui que ce soit. Ca devait être une promenade tranquille, conseillée par des gens sur un blog, pas un parcours du combattant. On ne va pas alerter la police dès qu'on bouge de chez nous, juste au cas où, ça serait ridicule. Mais bon, ça n'arrange pas nos affaires si de son côté personne n'est au courant. Ca signifie que même si quelqu'un frappe chez elle, il va juste constater qu'elle n'est pas là, point. Il ne va pas se dire qu'elle est peut-être en danger. On n'est pas dans un film où si le protagoniste de l'histoire est absent alors tout de suite on se dit qu'il est arrivé quelque chose de grave. Non, dans la vraie vie, tu tournes les talons et tu reprends le cours de ta vie, point. Ce n'est qu'au bout de quelques jours d'insistance que tu commences potentiellement à te dire qu'il y a quelque chose qui cloche.  « Ca m’apprendra à jouer les filles indépendantes qui n’ont besoin de personne. » Je ris à cette remarque. Je sais que je ne le devrais pas, que la situation est grave et que ce n'est pas le moment de glousser dans son coin, mais voilà, moi ça me fait rire. On veut être des jeunes femmes fortes, indépendantes et débrouillardes. Mais parfois on se rend compte que ça craint.  « En même temps, on n'était pas censée savoir qu'on allait se retrouver perdue dans cette forêt. Si on s'en sort, rappelle moi de demander à Wolfgang d'aller péter la gueule du mec du blog ... ou de la meuf ... »  Oui parce que soyons sérieux, j'ai la force d'une mouche, donc je ne ferais pas vraiment mal à la personne et je suis une non-violente donc deux fois plus de raisons de ne pas y aller seule. Mais je lui dirais bien le fond de ma pensée. Complètement inconscient de poster ce genre de choses sur le net. Est-ce que c'est vraiment une promenade de santé qu'il a testé avant ou alors c'est un truc qu'on lui a vaguement dit et il s'est dit que ce serait cool de le mettre sur son blog, même s'il n'est pas sûr des infos ? Ca m'étonne qu'on n'est pas encore rencontré d'autres cadavres de pauvres filles crédules dans notre genre qui ont tenté l'aventure avant nous.

« Ton diabète ! Ca va aller ? » Ah mon diabète ... c'est déjà une merde au quotidien, ça va devenir une vraie source d'ennuis dans les prochaines heures. Je hausse les épaules. Pour le moment, ça va, mais ça ne va pas aller bien longtemps. Après j'ai de quoi me faire une piqûre d'insuline, fort heureusement, mais je n'ai pas prévu de rester ici des jours. « J'ai prévu mon insuline au cas où. Je sais qu'une activité physique est bonne pour ma santé mais je reste toujours prévoyante, on ne sait jamais ce qui peut arriver. Mais je n'ai quasiment plus rien à manger. Rater un repas, je peux, avec mon insuline, mais pas 2 ...  » Mais restons positives, on ne va pas rester ici jusqu'à demain. Hein ? On va s'en sortir avant. On a quelques heures de rab, ça c'est une bonne nouvelle. Je ne vais pas m'écrouler, inconsciente, ça aussi c'est une bonne nouvelle. Mais faudra quand même trouver une solution à notre problème, parce que sinon les bonnes nouvelles vont se réduire avec le temps. « Si seulement on avait au moins une idée de la direction dans laquelle on se dirige… » Pour le coup je suis assez d'accord. Si on savait dans quelle direction aller, on pourrait la suivre et voir où elle nous mène. « L’idéal serait de retomber sur une route ou un grand sentier… il y aura forcément quelque chose au bout. » Oui ou en tout cas il faut l'espérer. Après même s'il y a quelque chose, il faut savoir à quelle distance. Parce que si on se plante de côté, on risque de traverser l'ensemble de cette forêt avant d'en arriver au bout et j'ai peur du temps que ça nous prendrait. « Est-ce que tu sais où se trouvait San Francisco par rapport à cette forêt ? Est-ce qu'on est au Nord, au Sud, à l'Est ou à l'Ouest de la ville ? Parce qu'on a des boussoles sur nos portables, non ? On pourrait s'en servir pour se diriger. » Je n'ai jamais fait de scootisme, mais il me semble que ça sert à ça une boussole ? Je sais qu'ils disent tout le temps qu'il faut trouver le Nord, mais bon, si la ville est au Sud de la forêt, moi je partirais plutôt sur cette direction là personnellement. Après, je ne suis pas une fille de la forêt. J'adore la nature, évidemment et j'aime m'y promener, mais ne nous voilons pas la face, j'ai toujours vécu à Austin, les forêts, ça ne courent pas les rues dans la ville.

« Tu as prévenu quelqu’un de notre excursion, toi ? » Je hoche la tête. Oui, j'ai laissé un mot à Wolfgang. Sauf qu'il bosse de nuit, donc soit il vient de se réveiller, soit il dort encore. Et même si je lui ai dis où j'allais, est-ce qu'il va s'inquiéter ? Et même s'il s'inquiète, la forêt est quand même assez grande, comment il pourrait nous retrouver ? Et s'il prévient des gardes forestiers, la police ou je ne sais quoi encore, qu'est-ce qui me dit qu'ils nous retrouveront à temps ? Ca y est, je commence un peu à désespérer. Je déteste ça. « Mon frère dormait quand je suis partie, vu qu'il bosse de nuit ... 'fin bref, je lui ai laissé un mot mais même s'il s'inquiète de mon absence et du fait que je ne réponde pas au téléphone, je ne vois pas comment il pourrait nous retrouver. » Je n'aurais peut-être pas dû dire ça. Rester optimiste, c'est mon truc en théorie, non ? Mais là, je n'ai pas envie, je sens la fatigue me gagner. Il va falloir que je prenne mon taux de glycémie je crois. « L’idéal serait qu’on retombe sur un sentier principal, mais encore faut-il que qu’on trouver quelque chose ou quelqu’un pour nous indiquer la sortie… » Je hoche la tête. Je suis d'accord. Malgré tout, je m'installe à ses côtés, j'ouvre mon sac et je sors ma trousse. « Je pense qu'il faut qu'on se remette en marche. Laisse moi juste le temps de prendre mon taux de glycémie et au besoin me faire mon injection, avant d'avancer. »
© 2981 12289 0

Spoiler:
 
MessageSujet: Re: definitely not out of the woods yet (ft hadley) Jeu 8 Juin - 23:28
avatar

BY MY WAY
Dispo ?: ui ♥
Nature:
Lieeens :
Membre du mois
Membre du mois
♦ Byw depuis le : 18/05/2017
♦ Posts : 137 ♦ Rps : 16
♦ Adresse : Mission, dans un petit studio tranquille


Voir le profil de l'utilisateur
Elle sourit. Certes, les circonstances ne s’y prêtaient pas forcément, mais Rome ne peut s’en empêcher en entendant les menaces proférées par Hadley. Qui était douce comme un agneau, ce qu’elles savaient toutes les deux. Malgré tout, elle acquiesce, et renchérit : - T’inquiète pas, j’y penserai. Peut-être même que j’irai rendre une petite visite à cette personne aussi. Et contrairement à son amie, la jeune fille ne voyait aucun inconvénient à péter la gueule de cet inconnu. Surtout si elles passaient la nuit dans les bois. Il serait alors assuré que Rome se ferait une joie de se défouler sur cet inconscient incapable de rédiger correctement un guide. Car oui, elle était certaine qu’elles ne s’étaient pas trompées dans les indications. Et quand bien même ce serait le cas, jamais au grand jamais elle ne l’admettrait. Elle se complait à imaginer la scène, avant que la réalité ne revienne au galop. Elle écoute attentivement ce que lui explique Hadley au sujet de son diabète, l’inquiétude grandissante en elle. - J’ai encore  quelques barres de céréales dans mon sac, mais je ne pense pas qu’on puisse réellement qualifier ça de repas… Elle grimace, soudainement plus que consciente de la gravité de la situation et des conséquences qu’elle pouvait avoir si elles ne se sortaient pas de ce merdier rapidement. Rome se maudit encore une fois d’avoir entraîné Hadley là dedans, et se reprocha de ne pas s’être suffisamment renseignée avant. Ca leur aurait évité bien des soucis, notamment celui de se perdre dans les bois alors que le soleil se couchait. Mais pour sa défense, tous les commentaires indiquaient que le guide était clair et la clairière magnifique, alors bon… Elles auraient aussi peut-être dû faire demi-tour, lorsqu’elles avaient commencé à sentir que quelque chose clochait. Mais une chose qui se nommait détermination les en avait empêché, et c’était toujours ce qui les retenait de sombrer dans le désespoir. Même si ce dernier commençait à pointer le bout de son nez, alors que Rome observait les bois denses, à la recherche de n’importe quoi qui pourrait indiquer leur chemin, comme si un GPS géant allait soudainement tomber du ciel pour les sauver. - Et bien, le guide indiquait que la clairière se trouvait au nord-est de Frisco, mais vu qu’on y est pas arrivées… Sourire amer en direction du vide, ironie destinée à elle et elle seule. Unique arme pour ne pas céder à la panique. Car stresser comme des dingues n’allait en rien arranger leur situation, et elles devaient garder des forces si jamais la marche jusqu’à la sortie s’annonçait longue, surtout Hadley. Mais quand cette dernière lui annonce que son frère n’a que peu de chance de les retrouver, elle sent son calme atteindre ses limites. Respire, Rome. Tout va bien se passer. Tu vas retrouver ton chemin vers la maison. - On va retrouver notre chemin, qu’elle répète, ne sachant qui elle cherche à rassurer, elle-même ou son amie. Sans doute les deux. -Ne t’inquiète pas, prends ton temps. Même si elles courraient un peu contre la montre. Mais elle se garde de le lui dire, inutile de lui rappeler qu’elles étaient coincées là alors que la nuit tombait petit à petit. Rome attend patiemment que son amie fasse ses relevés, se promettant de ne pas oublier son diabète la prochaine fois qu’une idée d’excursion lui viendrait en tête. Elle ne voulait pas que cela pèse comme un handicap sur Hadley, mais elle pouvait quand même prendre quelques précautions. Juste histoire de ne pas revivre une situation comme celle-ci. -Est-ce que ton portable a encore de la batterie ? Parce que le mien frôle la mort et je sens qu’on va avoir besoin de lumière… Autant ne pas se voiler la face, la marche retour allait sans doute durer quelques heures, vu le temps qu’elles avaient mis à arriver ici… Quoique comme elles ignoraient tout de leur location, peut-être la sortie se trouvait plus près qu’elles ne le pensaient. Rome priait silencieusement pour que ce miracle se produise, bien qu’il semble hautement improbable.
MessageSujet: Re: definitely not out of the woods yet (ft hadley) Dim 11 Juin - 18:45
avatar

BY MY WAY
Dispo ?: Oui *_*
Nature:
Lieeens :
Let's just... have fun !
♦ Byw depuis le : 11/05/2017
♦ Posts : 154 ♦ Rps : 26
♦ Adresse : Appartement en sous-sol à Mission District


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Definitely not out of the woods yet ❞Hadley & Rome T’inquiète pas, j’y penserai. Peut-être même que j’irai rendre une petite visite à cette personne aussi. J’esquisse un sourire à mon tour, riant presque à sa remarque. Autant il était évident que je n’userai pas de violence pour exprimer le fond de ma pensée à la personne qui a rédigé cette balade, autant il était plus probable que Rome si. Elle n’avait pas l’air comme ça, on pourrait la prendre pour une créature douce et fragile si on se fiait à son physique, mais un volcan bouillonnait en elle. Personnellement, je n’ai jamais vraiment eu l’occasion de la voir à l’oeuvre, mais je savais que ça faisait partie de mon amie. Ce n’était pas à moi de la juger pour ça, je sais que beaucoup de personnes me trouvent trop gentille et trop naïve et qu’il faudrait qu’il “m’arrive des choses pour me mettre du plomb dans la tête”, je ne fais que citer certaines personnes. Ca m’amuse d’entendre ça, pour être honnête, parce que bien souvent j’ai envie de le dire à ces gens qu’il m’est déjà arrivée des choses, je ne vis pas dans une bulle hermétique, il ne faut pas croire. Alors certes, je suis sur-protégée par ma famille et mes amis, je ne prétendrais jamais le contraire, mais ça ne signifie pas pour autant qu’il ne m’est jamais rien arrivé. J’ai eu le coeur brisé par des garçons qui ne méritaient visiblement pas mon amour. J’ai été trahi par des amis, j’ai rencontré des gens qui se sont servis de moi. Mais ça ne m’empêche pas de croire en l’humanité, à penser qu’il existe malgré tout du bon de partout, qu’il faut juste savoir regarder. J’ai encore  quelques barres de céréales dans mon sac, mais je ne pense pas qu’on puisse réellement qualifier ça de repas… C’est toujours ça de pris. Quelques barres de céréales de son côté, un peu du mien, il me reste encore un peu d’eau et j’ai mon insuline. Je sais que je tiendrais jusqu’à demain matin, après je ne dis pas dans quel état. Mais il faut garder espoir, voir le bon côté des choses. Nous sommes 2, ce qui est quand même mieux que toute seule. Nous avons encore quelques provisions, peu, certes, mais c’est toujours ça de pris. Nous pouvons nous motiver mutuellement, veiller l’une sur l’autre, nous aider à nous surpasser et nous protéger. Alors oui, la situation est critique, je commence à ne pas être très sereine et je sais que je vais certainement avoir bientôt froid. Mais il ne faut pas s’arrêter sur ce genre de détails, sinon on va finir par désespérer totalement et on ne va plus réfléchir correctement. Je continue à sourire, parce que si j’arrête, j’ai peur de ne plus avoir la force pour le retrouver. Je veux rester positive, si je ne le suis plus, Rome ne gardera pas sa sérénité et ce n’est pas le but, alors je souris.   « On va s’en sortir, j’en suis sûre. Ce n’est qu’un mauvais moment à passer. On va reprendre la route et on va finir par tomber sur un chemin qui va nous mener quelque part … Il faut qu’on garde espoir et qu’on se dise qu’on est toutes les deux, c’est ça le plus important. »

Et bien, le guide indiquait que la clairière se trouvait au nord-est de Frisco, mais vu qu’on y est pas arrivées… Mon petit discours d’encouragement fait, je lui demande où était censé être la forêt par rapport à la ville. Visiblement la clairière est censée être au Nord-Est. Il est vrai qu’on n’y est jamais arrivé, ce qui est un peu problématique, mais on peut supposer que si la clairière est au Nord, il faut aller au Sud. Parce qu’on a dû marcher en direction du Nord … Enfin bon, on n’a jamais regardé nos boussoles alors c’est vrai qu’on n’a peut-être jamais marché au Nord. Mais il ne faut pas penser comme ça. On a une direction, il faut en prendre compte. De toute façon on est perdue, on a certainement tourné en rond, alors on peut bien partir n’importe où, non ? « On peut supposer qu’on s’est quand même dirigées vers le Nord … Moi je propose qu’on suive le Sud. De toute façon on est déjà perdue, ça ne pourra pas être pire, non ?!  »  Si elle avait une meilleure idée, j’étais tout ouïe. J’aime la forêt mais je n’ai pas un sens de l’orientation inné. Si encore on pouvait atteindre la cime d’un arbre, on pourrait peut-être voir si on était proche d’un bord ou non. Mais vu que selon Rome ce n’était pas une bonne idée, autant le faire au feeling. On va retrouver notre chemin Je sais que la situation est délicate. En plus d’être perdue, il faut qu’on garde à l’esprit que j’ai un diabète assez sévère et que je ne peux pas ne pas faire attention aux signes avant-coureur des ennuis en perspective. Je la vois prendre sur elle et j’aime l’entendre dire qu’on va retrouver notre chemin. Il faut y croire sinon on y arrivera jamais. Alors oui, on va retrouver notre chemin, j’en suis sûre. Je lui offre un sourire en guise de réponse. Oui, on va retrouver notre chemin, j’en suis sûre. Tout va bien se passer. Si on le pense, je suis sûre que ça peut se réaliser. Ne t’inquiète pas, prends ton temps. Je suis bien consciente que la situation est grave et qu’il ne faut pas perdre trop de temps, mais je ne peux pas me permettre de repousser à plus tard de vérifier mon taux de glycémie, au risque d’aggraver la situation. Alors je m’installe correctement, sors mes affaires et fais mon petit business. Je me pique le doigt pour récolter une goutte de sang afin de la tester. Je constate que mes doutes sont fondés et qu’il faut que je prenne mon insuline. Rien de bien grave, mais vu que je ne vais pas avoir de repas dans l’immédiat, il vaut mieux que je la prenne maintenant, surtout si on est voué à marcher longtemps. Alors je sors ma seringue, désinfecte un endroit de ma peau et je m’injecte mon insuline. Cela ne prend pas plus de quelques minutes tout ça, la force de l’habitude. Je ne crains plus de me piquer, ni ne ressens de quelconque douleur. Je range mes affaires et me mets debout. « Voilà, je suis prête. » On peut repartir, prendre une direction et la suivre. Je sors mon portable pour vérifier où en est ma batterie. Est-ce que ton portable a encore de la batterie ? Parce que le mien frôle la mort et je sens qu’on va avoir besoin de lumière… Il m’en reste un peu plus de la moitié environ, on ira pas jusqu’au bout du monde, mais si je le mets en mode avion, je devrais pouvoir tenir un peu. De toute façon on ne capte pas alors ça ne sert à rien de le laisser chercher en vain. « Il m’en reste un peu plus de 60%. Je mets mon portable en mode avion pour ne pas user trop de batterie. » Je suis prête, je lance le mode boussole et je fais l’étalonnage en faisant rouler la boule rouge dans le cadran, jusqu’à ce que ma boussole apparaisse enfin. Visiblement pour aller au Sud, il faut repartir dans la direction où on est venue.
© 2981 12289 0
MessageSujet: Re: definitely not out of the woods yet (ft hadley) Sam 1 Juil - 21:13
avatar

BY MY WAY
Dispo ?: ui ♥
Nature:
Lieeens :
Membre du mois
Membre du mois
♦ Byw depuis le : 18/05/2017
♦ Posts : 137 ♦ Rps : 16
♦ Adresse : Mission, dans un petit studio tranquille


Voir le profil de l'utilisateur
L’inquiétude commence sérieusement à monter dans la tête de Rome, mais elle n’en laisse rien paraître. Après tout, Hadley n’a pas besoin d’une dose de panique maintenant, et surtout pas de celle de Rome. Si d’ordinaire la jeune femme parvient à calmer son tempérament et ne se laisse pas abattre par le désespoir, il fallait dire que la situation s’y prêtait vraiment cette fois. Et avoir une Rome en stress n’était pas simple à gérer. Car elle était le genre de fille qui paniquait en général dans des situations sérieuses, et lorsqu’elle commençait, cela signifiait que la suite s’annonçait particulièrement merdique. Aussi, elle se contente d’inspirer et expirer, chasse dans un coin de son esprit la terrible perspective de passer la nuit dans les bois, et écoute sagement les paroles rassurantes de son amie. - Oui, on est toutes les deux. Ça aurait pu être bien pire. Elles auraient pu se blesser, ou encore tomber sur animal sauvage. Leur situation aurait pu s’avérer bien plus mauvaise. Ce n’était pas comme si elles risquaient l’hypothermie dans ces bois, ou encore qu’un intrus puisse leur tomber dessus. Un psychopathe pervers pouvait aussi se cacher derrière un tronc, préparant une embuscade que les deux jeunes filles ne sauraient voir… Non, tous ces scénarios digne des plus grands thrillers, Rome les garde pour elle, sachant l’inutilité de partager ses angoisses non fondées à Hadley qui n’avait pas besoin de ça. Dans l’immédiat, elles avaient toutes deux besoin d’espoir et de solutions, ce que son amie avait le don de proposer avec brio.

- Tu as raison, autant suivre le Sud, au point où on en est. Rome ne souhaitait pas sonner défaitiste, alors elle accompagne ses paroles d’un sourire encourageant, placardant son espoir fragile en façade sur son visage, le tout collé par une bonne couche de détermination. Même motivée par le désespoir, cela restait de la détermination, et cela comptait dans leur cas. Rome ne flanche donc pas alors qu’elle observe Hadley faire ses tests, et tente de garder une expression sereine et confiante quand celle-ci s’injecte son insuline. La jeune fille n’était pas assez calée en diabète pour connaître le traitement et son fonctionnement, mais elle se doutait que cela ne représentait pas réellement une bonne nouvelle. Enfin, la brunette n’a pas l’air plus alarmée que cela, alors Rome se tait et étouffe ses craintes, se rassurant en se disant que Had’ la préviendrait si jamais son état s’aggravait. Pour l’instant, elle semblait prête, et avec un hochement de tête, Rome suivit son mouvement et se mit en marche. Elle observe attentivement la boussole sur le portable de Hadley, et suit la flèche indiquant le Sud. - Je pense qu’on devrait économiser ta batterie encore un moment et n’allumer la lampe torche que lorsque la nuit sera complètement tombée. Malgré la lumière déclinante, il était encore possible de voir où elles posaient leurs pieds. Comme elles ignoraient combien de temps cela leur prendrait de retrouver la sortie de cette maudite forêt, il valait mieux économiser la batterie sous peine de perdre le seul indicateur qu’elles avaient à disposition. Et tandis qu’elles gravissent une petite colline, le silence se fait durant les premières minutes de leur marche, jusqu’à ce qu’un moustique s’approche trop près du visage de Rome. - Fichue bestiole ! Elle le chasse d’un mouvement sec de la main. - Promis, plus jamais je retourne en forêt après ça. Elle avait eu sa dose, entre les quasiment six heures de randonnée maintenant, les petits insectes répugnants, les branches qui voulaient sa mort tous les deux pas. - Rappelle-moi de ne plus jamais croire les annonces d’un blog sur internet, ou de n’importe quel autre si– Les pieds de Rome se prennent dans une racine traître, et la jeune fille dégringole la colline qu’elle vient juste de monter, finissant sa course dans un petit fossé. - Putain ! Je déteste la forêt ! Elle se relève maladroitement et époussète ses vêtements, plus agacée par les feuilles et la terre accrochant à ses habits que par ses membres douloureux. Ses yeux balaient les environs, essayant de reconnaître son environnement, et finissent par se poser sur le sentier plat et lisse qui se présente face à elle. Hâtivement, Rome se dégage de son fossé pour se tenir sur le chemin bien défini. - Had ? Je crois qu’on a trouvé une route ! qu’elle lance d’une voix un brin excitée, l’espoir gonflant de nouveau ses veines tandis qu’une nuit au sec et au chaud se profilait à l’horizon.


HRP:
 
MessageSujet: Re: definitely not out of the woods yet (ft hadley) Mer 19 Juil - 16:23
avatar

BY MY WAY
Dispo ?: Oui *_*
Nature:
Lieeens :
Let's just... have fun !
♦ Byw depuis le : 11/05/2017
♦ Posts : 154 ♦ Rps : 26
♦ Adresse : Appartement en sous-sol à Mission District


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Definitely not out of the woods yet ❞Hadley & Rome Oui, on est toutes les deux. Ça aurait pu être bien pire. Voilà une phrase que j’aime entendre. J’ignore qu’au fond elle ne le pense pas et qu’elle imagine mille et un scénarii catastrophes, mais je m’en moque, moi j’y crois. Je crois qu’on peut s’en sortir et que ça aurait pu être pire. On aurait pu être séparé ou blessé. On aurait pu faire une mauvaise rencontre, animal ou humain. On aurait pu ne plus rien avoir à manger et à boire, j’aurai pu ne pas avoir mon insuline. Bref, il existe des scénarii catastrophiques et on n’est pas dans ce genre là. Je n’ai pas envie d’y croire, je ne veux pas y croire. Je ne veux pas croire qu’on va se faire dévorer par une bête féroce ou se faire violer et tuer par un psychopathe. Je veux croire qu’on va finir par tomber sur un chemin ou des gens sympathiques qui viendront à notre secours. Je veux croire qu’on va s’en sortir indemne, parce que si je ne crois pas en ça alors c’est fini. A quoi cela sert-il d’avancer si on se rend à une mort certaine ? Autant l’attendre là où on se trouve, ça ira plus vite et ça sera moins fatiguant. Mais on se motive, on va s’en sortir, j’y crois dur comme fer. De toute façon je n’ai que ça à faire, marcher et y croire. Parce que penser à la nuit qui tombe ou au froid qui commence à arriver, c’est pas terrible et ça n’aide pas à avancer, bien au contraire.

Tu as raison, autant suivre le Sud, au point où on en est. Je me sens presque utile à donner mon avis et à voir qu’il est partagé. Alors certes c’est pas l’avis du siècle, je ne viens pas de faire une déclaration sensationnelle ou d’avoir une idée de génie mais il n’empêche que c’est toujours ça de pris. Utiliser ma boussole pour nous faire aller dans une direction bien précise, plutôt que de tourner en rond. Parce qu’il faut être honnête, déjà de base une forêt, la journée, c’est pas terrible pour ne pas s’y perdre, tous les arbres se ressemblent. Mais plus encore la nuit. Si la nuit tous les chats sont gris, vous imaginez les arbres.  Alors je lui souris et je sors mes affaires rapidement pour me faire ma dose d’insuline. Je n’aime pas trop quand les gens me regardent, j’ai bien le faire quand je suis seule, mais bon, je ne vais pas lui demander de se détourner ou d’aller ailleurs, ça serait quand même sacrément débile. Alors je fais abstraction de son regard et je fais ma vie, comme si de rien n’était. Mon taux de glycémie est rapidement pris et ma dose d’insuline injectée. Je range soigneusement mes affaires et les fourres dans mon sac. Je lui lance un “je suis prête à la cantonade et on peut avancer. Je pense qu’on devrait économiser ta batterie encore un moment et n’allumer la lampe torche que lorsque la nuit sera complètement tombée. Je pense qu’elle a raison, ce sera plus raisonnable que de l’allumer tout de suite alors que clairement on voit encore. Enfin il faut redoubler de prudence pour éviter les racines qui sortent du sol à quelques endroits, mais au delà de ça, je pense qu’on peut avancer sans risquer de se fouiler une cheville. Vous imaginez si en plus l’une de nous se blesse ? Le cauchemar.   « Oui, tu as raison. Il faudra juste redoubler de prudence et ne pas avancer trop vite. Ca ne sert à rien de se blesser inutilement, ça nous mettrez plus dans les ennuis si on se tordait la cheville. »

Ca c’est la théorie. La pratique est bien différente. En théorie si on fait attention, on ne risque rien. En pratique, même quand on fait attention, on prend le risque de se prendre les pieds dans à peu près n’importe quoi. Le soleil a grandement décliné et on voit de moins en moins. Il faut donc avancer doucement. Sauf que visiblement Rome est trop en colère ou imprudente - je ne saurais le dire - pour vraiment prendre mes avertissements au pied de la lettre. Au début ça va, elle se fait surtout attaquer par des insectes, c’est en tout cas ce que je comprends en relevant mon regard du sol de temps en temps, quand elle râle, pour voir ce qu’il se passe. Je ne peux m’empêcher d’esquisser un sourire. Si elle râle, c’est qu’elle va bien, non ?   « Compte sur moi pour te le rappeler et vérifier sur plusieurs sites si on a raison de tenter une quelconque aventures à nouveau.  »  Et prévenir notre entourage aussi, ça je compte le mettre en application la prochaine fois. De toute façon au vu de l’heure, je sais que mon frère va se faire un sang d’encre de ne pas me voir arriver et il va me tuer. Il refusera que je parte quelque part sans lui avoir indiqué avec qui et où. Je vais être encore plus fliqué que quand je suis chez mes parents, ça va être l’horreur. Mais pour être honnête, actuellement, je suis d’accord avec lui, je me mets dans des situations pas possible parfois. Mais ce n’était pas voulu, je ne voulais pas me mettre en danger et certainement pas avec Rome. Ensemble on se promène, on visite, on fait de nouvelles rencontres, on ne cherche pas les ennuis. Cette balade en forêt n’aurait dû être qu’un parcours de santé, pas le parcours du combattant.

Et puis soudainement, plus de Rome. Je suis surpris, je pousse un cri et me précipite là où je l’ai vu pour la dernière fois. Oh mon dieu, faite qu’elle aille bien. Je ne veux pas qu’elle soit blessée. Putain ! Je déteste la forêt ! Elle parle, elle est sur pied. Mon dieu qu’elle m’a fait peur, il ne faut plus qu’elle fasse ça. D’abord elle était en haut de cette petite colline et d’un coup, plus personne. J’ai eu la peur de ma vie. « Tu vas bien ? Tu viens de me faire la peur de ma vie ? Tu n’es pas blessée ?!  » Qu’est-ce que je fais moi si elle est blessée ? Parce que soyons réaliste, je ne lui serais pas d’un grand secours. J’ai aucune force dans les bras, un vrai poids plume, en dehors de me fatiguer à vouloir l’aider, je ne ferai pas grand chose. Mais elle a l’air d’aller bien, alors je me rassure et je tente de trouver un chemin moins dangereux que celui qu’a emprunté involontairement mon amie pour aller la rejoindre, sauf que quand je finis par relever la tête, elle n’est déjà plus là. « Rome ?! » Appelais-je étonnée. Had ? Je crois qu’on a trouvé une route ! Je l’entends, elle n’est qu’à quelques pas, heureusement. Quand je sors de là où je suis, j'atterris à mon tour sur une route bien définie. Je suis heureuse, je crois qu’actuellement c’est le plus beau jour de ma vie. « Une route !!!! On est sauvé !!! » Dis-je en souriant. J’aurais presque envie de pleurer de bonheur !!
© 2981 12289 0

HRP:
 
MessageSujet: Re: definitely not out of the woods yet (ft hadley)
definitely not out of the woods yet (ft hadley)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Blair Woods [validée]
» Let's stroll in the woods... [PV Chris]
» A DECLARATION OF SUPPORT FOR THE PALESTINIAN PEOPLE BY AFRICAN PEOPLE IN THE US
» 07. [Pavillon Woods] Listen to me when I say...
» Leah WOODS - I feel lonely in a crowd

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
By Your Way :: Another Places :: Around San Francisco :: Les environs :: Forêt et Bois-
Sauter vers: