Forum RPG à l'ancienne, City - Fantastique
 

Partagez|

We need to talk + Sasha

Aller à la page : 1, 2  Suivant
MessageSujet: We need to talk + Sasha Ven 2 Juin - 1:20
avatar

BY MY WAY
Dispo ?: 2/3
Nature:
Lieeens :
Let's just... have fun !
♦ Byw depuis le : 12/05/2017
♦ Posts : 56 ♦ Rps : 16
Voir le profil de l'utilisateur
Ca commençait à bien faire. Je n'en pouvais plus. Une colocation pareille, ce n'était pas supportable. Je voulais bien croire que Sasha avait autant de problèmes et de cas de conscience que moi. Mais j'avais cruellement besoin de ma meilleure amie. Et je crois bien que c'était réciproque. Cependant, si personne ne se bougeait et bien les choses n'iraient sans doute jamais en s'arrangeant. J'avais longtemps hésité. Je me disais que Sasha viendrait me voir quand elle se sentirai prête. Mais à ce train là, j'avais bien l'impression qu'elle ne me parlerai plus jamais si ce n'était pas moi qui faisait le premier pas. Ca m'agaçait assez. C'était toujours à moi de faire ce premier pas et pour une fois, j'aurais aimé que ce soit le contraire. Mais bon, c'était apparemment trop demander encore. Et je voulais bien être patient, mais j'avais mes limites aussi.

Vous imaginez pas à quel point c'est insupportable de vivre avec quelqu'un qui vous évite tout le temps et vous adresse à peine un regard quand vous vous croisez. Surtout que ça me déchirait le coeur un peu plus à chaque fois aussi. Et c'était comme vivre avec un spectre aussi. Je voulais retrouver ma meilleure amie, ma Sasha ! Merde ! Cela faisait quelques minutes que je tournais en rond dans l'appartement. Sasha était dans sa chambre, comme d'habitude. Et j'espérais que pour une fois, nous pourrions manger ensemble. Ca nous changerait un peu. Puis c'était désespérant de manger tout seul. J'étais même presque sûr que c'était moins bon. Ou tout du moins qu'on ne pouvait pas savourer autant son assiette que quand on mangeait en bonne compagnie. Même si je devrais me taper toute la vaisselle à faire après, je m'en foutais. Mais juste pour ce soir quoi, au moins une fois.

Ce n'était sans doute pas une très bonne idée d'aller déranger Sasha aussi soudainement. J'avais bien conscience que ma décision était des plus impulsives. J'étais sur les nerfs et ça n'aiderai sans doute pas à régler grand-chose. Mais je n'arrivais pas à m'en empêcher. Je crois que l'approche de la pleine lune ne devait pas arranger mon affaire non plus. On m'avait expliqué que les loups, sur les fraîchement transformer, avaient bien plus de mal à maîtriser leur émotions à l'approche de la pleine lune, parce que la bête s'agitait, elle entendait l'appel qui approchait, bientôt la délivrance, vous savez. Et il n'y avait pas que sur mon humeur que l'approche de la nuit fatidique pouvait avoir. Mais bref, pour le moment, j'avais eu une longue journée, j'en avais marre, j'étais déterminé à faire bouger les choses avec Sasha. Au pire quoi ? Elle m'enverrai encore chier ? Je n'étais plus à ça près.

De toute façon, c'était trop tard, j'étais déjà devant la porte de la chambre de Sasha et j'avais déjà frappé dessus. Je serais volontiers rentré sans prévenir, mais je me doutais qu'elle avait verrouiller la porte à clef. Puis je ne voulais pas me sentir con à essayer. Mais vu que ma meilleure amie ne semblait pas donner signe de vie, je me mis à crier comme un imbécile :

- Sasha ? Sasha, sors de là, il faut qu'on parle. Je m'en fou de ce que tu es en train de faire, tu vas ramener ton bout d'fesses par ici et on va réglé tout ça ensemble une bonne fois pour toute ok ?

J'avais l'impression d'être en train de la provoquer en duel là. Il manquait plus que les cartes Yu-Gi-Oh, vous savez. Comme quoi, même quand j'étais énervé, je n'étais pas fichu d'être crédible. Je frappais de nouveau, en absence de réaction et repris :

- Cette fois j'aurais pas de pitié, si tu sors pas je défonce la porte !


Et je serais vraiment capable de le faire, je le savais. J'avais bien plus de force maintenant que j'étais un loup-garou. Puis ce n'était pas comme si ces portes étaient très résistantes non plus. On habitait à la Maison Blanche non plus. On était dans le Mission district de San Fransisco quoi…
MessageSujet: Re: We need to talk + Sasha Ven 2 Juin - 13:58
avatar

BY MY WAY
Dispo ?: Oui
Nature:
Lieeens :
Let's just... have fun !
♦ Byw depuis le : 10/05/2017
♦ Posts : 161 ♦ Rps : 33
♦ Adresse : dans un grand appartement en colocation avec Aikel, dans le quartier d'Excelsior, non loin de Bay View



+ Wolf
+ Had
+ Jules
+ Wallace
+ Caleb
+ Aikel
+ James
+ Rome
Voir le profil de l'utilisateur
We need to talk.Aikel & Sasha.Le week-end. Jours de repos pour les braves. Lente agonie pour Sasha. L'impression que le temps s'étirait afin de s'écouler le plus lentement possible était tenace, très tenace. Elle en venait presque à regretter d'avoir embauché Hadley et de ne pas avoir une montagne de paperasse dans laquelle fourrer le nez tellement elle s'ennuyait. La jeune femme était déjà allé courir ce matin, longtemps, elle avait passé le reste de la journée enfermée dans sa chambre à dessiner tout ce qui lui passait par la tête pour ne pas se morfondre et ressasser des pensées bien trop folles à son goût et maintenant, ses bandes enroulées autour de ses mains, la musique allumée, elle frappait son sac pendu au plafond de gestes réguliers, cherchant à évacuer la nervosité et l'agacement qui s'emparait d'elle.

Vivre avec des fantômes, ça lui mettait les nerfs à vif. Elle commençait à trouver la situation insupportable, toujours incapable, cependant, de faire le moindre pas vers Aikel pour arranger la situation. À chaque fois qu'elle pensait à lui – ce qui arrivait environ mille fois dans une journée étant donné qu'ils vivaient et travaillent ensemble – elle s'en voulait un peu plus de l'éviter autant. L'instant d'après, le pourquoi du comment lui revenait à l'esprit, et l'énervement s'accentuait. Un cercle vicieux duquel elle n'arrivait pas à se sortir et qui ne faisait que la mettre sur des charbons ardents. Ça avait toujours été si simple, entre eux deux : quand elle voulait se confier, lui parler, partager ses pensées avec lui, elle n'avait qu'à se tourner dans sa direction, un regard, et elle n'avait pas besoin d'en dire plus, il comprenait et ils se trouvaient un moment où ils n'étaient que tous les deux. Ça lui manquait atrocement de ne pas pouvoir rire avec lui, de ne pas pouvoir lui raconter une blague entendue dans la journée, de ne pas pouvoir le taquiner en laissant traîner ses affaires partout... C'était d'autant plus rageant que ça arrivait souvent qu'elle en ait le réflexe, qu'elle ouvre la bouche pour dire quelque chose avant de se souvenir qu'Aikel n'était pas dans la même pièce qu'elle puisqu'elle mettait un point d'honneur à l'éviter depuis des jours qui s'étiraient en semaines.

Et tout ça parce qu'elle était complètement folle. C'était con, elle savait que son meilleur ami avait toujours été là pour elle, le seul vers qui elle se tournait quand ça n'allait pas, le seul à qui elle acceptait de confier ses états d'âme. Le seul à qui elle aurait pu parler de la folie qui s'était emparée d'elle. Mais elle ne pouvait pas. Comment avouer à quelqu'un qui comptait autant qu'elle était cinglée ? Autant pour son estime. Sasha en était incapable, mais elle était tout aussi incapable de mentir ou de faire semblant devant Aikel, alors autant l'éviter. De son côté, le jeune homme ne semblait pas trop souffrir de la situation puisque depuis qu'elle s'était enfermée quatre jours dans sa chambre, il n'était pas venu la voir, lui adressant à peine quelques mots ici et là. Ce qui lui brisait le cœur tout en faisant monter l'énervement, qu'elle intériorisait depuis trop longtemps, elle se sentait à deux doigts d'exploser.

Au moins, taper sur son sac de boxe, ça lui permettait d'évacuer un peu de frustration. Un tout petit peu.

Les coups frappés à la porte la firent sursauter. La jeune femme éteignit la musique et s'approchait de son entrée verrouillée quand la voix d'Aikel se mit à rugir de l'autre côté. Qu'il se pointe comme ça, martèle sa porte, lui ordonne de sortir immédiatement avant de la menacer de défoncer la porte de sa chambre, alors qu'il n'avait pas été fichu de lui parler depuis la mort de Tavis et le départ d'Ivy, non mais quel culot ! Les sourcils froncés par l'agacement qui montait, montait, montait, Sasha laissa encore passer quelques secondes avant d'ouvrir la porte en grand, faisant trébucher Aikel qui s'était visiblement préparé à taper dessus une nouvelle fois ou à l'enfoncer. « Je te préviens, tu casses, tu payes. » lâcha-t-elle en lui jetant un regard noir, pas du tout commode. Une part d'elle était ravie qu'il vienne briser la glace, même si c'était de manière aussi brute que ça, mais la frustration accumulée depuis qu'Ivy avait disparue, la tristesse, la peur d'être folle, tout ça, l'empêchait de voir les choses sous cet angle. Elle ne voyait que son meilleur ami, aussi agacé qu'elle, qui venait de faire irruption violemment dans sa chambre. « Qu'est-ce que je peux faire pour toi ? » demanda-t-elle, plus froidement que la part ravie de reparler à Aikel n'aurait voulu.
© 2981 12289 0
MessageSujet: Re: We need to talk + Sasha Mar 6 Juin - 21:56
avatar

BY MY WAY
Dispo ?: 2/3
Nature:
Lieeens :
Let's just... have fun !
♦ Byw depuis le : 12/05/2017
♦ Posts : 56 ♦ Rps : 16
Voir le profil de l'utilisateur
J'allais peut-être regretter d'avoir trop crier. Peut-être que Sasha allait juste m'envoyer chier et on serait de retour à la case départ. Mais de mon avis, ça valait le coup d'essayer. De toute façon, je ne tenait plus. Ça faisait des jours et des jours qu'on vivait comme ça, c'était juste insupportable. Sasha était une des personnes à qui je tenais le plus en ce monde, j'étais sûr que cette situation nous faisait plus de mal à tout les deux qu'autre chose. Alors autant qu'on en finisse. Et au pire, si on devait vraiment en arriver à s'engueuler et bien, soit, que ça arrive ! Et après, on verra si ça vaut le coup de recoller les pots casser ou non ! Mais au moins nous aurions fait bouger les choses. C'était chiant de stagner autant. Personnellement je n'aimais pas du tout ça. Il fallait que ça bouge dans ma vie, sinon je m'ennuyais trop facilement.

Ouais, taper sur la porte de Sasha comme un primate n'était peut-être pas l'idée du siècle. Mais au moins, ça avait fonctionner. La brunette avait fini par m'ouvrir. Bon, j'avais failli lui en mettre une en voulant taper encore une fois et j'avais par la même occasion faillit me casser la gueule. Mais ce n'était que du détail. Au moins ma meilleure amie était là et en un seul morceau, ça faisait plaisir à voir. Quoique je me sentais assez con maintenant. Je ne pensais pas qu'elle m'ouvrirai en faite. Et je lui disait quoi moi maintenant. Je devais avoir la tête de l'homme le plus perdu du monde. Ce qui devait être très drôle. Mais je doutais que Sasha soit d'humeur à rire. Vu sa tête, ce devait même être tout le contraire. Ouh…. Et j'allais sûrement en prendre pour mon grade ce soir, pas la peine d'avoir un odorat de loup pour le sentir.

On peut pas dire que Sasha soit très coopérative. Visiblement, elle avait écouté mes menaces vu qu'elle voulait me faire payer ce que je voulais casser. Ce qui était passer légitime de mon avis. Mais pas sûr que j'ai de quoi refaire tout l'appart sur mon petit compte en banque. Bref, ce n'était sans doute pas le moment de parler argent. Même si je ne savais plus trop quoi dire, je me repris en main, me rappelant de mes revendications. J'avais une occasion, il ne fallait pas que je la laisse passer.

- Tu peux… Me dire ce qu'il ne va pas ! Je sais ta sœur, Tavis, mais je suis dans la même merde. Et je crois qu'on a tous les deux besoins l'un de l'autre plus que tout en ce moment. On va pas laisser le putain de karma entacher notre relation non plus !

Je marquais une pause, juste le temps de reprendre mon souffle. Parce que je gueulais plus que je ne parlait. Et j'enchaînais mes phrases sans presque en oublier de respirer. Ce devait être horrible pur me comprendre. Mais c'était très dur de gérer ma colère sans me transformer.

- Puis on vit ensemble quoi ! J'en ai marre de faire de la coloc avec un fantôme. Fais des efforts ! Je te demande pas de venir squatter tout le temps le canapé avec moi et de me raconter toute ta vie non plus, mais au moins… Je sais pas, me dire bonjour quand on se croise et arrêter de faire sans cesse la gueule !

Ca avait le mérite d'être clair non ? J'avais un peu du mal à m'expliquer. Dans mon esprit c'était simple. Je voulais retrouver ma meilleure amie. Je savais qu'il y avait beaucoup de chose qui se passait pour elle autant qu'il s'en passait sur moi. Et j'avais été très absent à cause de ma transformation et de la meute. Mais au moins ça lui avait laisser du temps à elle pour faire le point non ? Ce n'était pas ce qu'elle souhaitait ? Rester un peu seule et essayer de se remettre toutes les idées en place pur aller de l'avant ? Je ne pouvais pas imaginer le choc que ça devait être pour elle de se faire fuir par sa propre sœur. Quoique, peut-être, Sasha et Ivy étaient un peu comme les sœurs que je n'avais jamais eu et Tavis comme un frère…
MessageSujet: Re: We need to talk + Sasha Mer 7 Juin - 14:52
avatar

BY MY WAY
Dispo ?: Oui
Nature:
Lieeens :
Let's just... have fun !
♦ Byw depuis le : 10/05/2017
♦ Posts : 161 ♦ Rps : 33
♦ Adresse : dans un grand appartement en colocation avec Aikel, dans le quartier d'Excelsior, non loin de Bay View



+ Wolf
+ Had
+ Jules
+ Wallace
+ Caleb
+ Aikel
+ James
+ Rome
Voir le profil de l'utilisateur
We need to talk.Aikel & Sasha.Lui dire ce qui n'allait pas. Une demande somme toute assez simple mais c'était difficile de mettre des mots sur quelque chose qui s'était lentement insinué entre les deux amis. Ça n'avait pas été net et précis, pas comme si on avait coupé quelque chose d'un coup de couteau aiguisé, mais plutôt une multitude de petites choses qui s'étaient accumulées les une après les autres, gangrenant lentement mais sûrement la proximité qu'ils avaient toujours entretenue. Aikel, c'était bien plus que son meilleur ami, bien plus qu'un frère. Naturellement, alors que Ivy et Tavis se rapprochaient de plus en plus jusqu'à finir par sortir ensemble, Sasha et Aikel s'étaient rapprochés tous les deux de leur côté. Et si Tavis avait toujours énormément compté pour la brune, elle aurait donné sa vie pour lui, c'était bien de Aikel qu'elle était la plus proche. Et c'est pour ça que la situation la frustrait autant. Un peu comme si on lui avait coupé une partie d'elle-même et qu'on l'agitait devant ses yeux constamment mais qu'elle ne pouvait pas l'approcher, lui parler, la récupérer, séparée d'elle par un gouffre invisible et purement mental.

Lui dire ce qui n'allait pas. Donc. La jeune femme avait envie de lui dire qu'elle avait été blessée par son absence durant les quatre jours où elle avait été enfermée à double tour dans sa chambre, ils n'avaient tout simplement jamais parlé du départ d'Ivy tous les deux, elle n'avait jamais pu trouver la moindre consolation dans ses bras, et l'espace les séparant n'avait fait que s'agrandir avec les jours qui passaient. Sasha aurait voulu lui dire tout ça, qu'ils se traitent d'idiots respectifs et que tout s'arrange, mais son plus gros défaut se situait précisément à cet endroit. Pour lui faire dire ce qui n'allait pas, pour lui faire admettre que quelque chose l'avait blessé, pour qu'elle en parle... Il fallait littéralement lui arracher les vers du nez. « Mais tout va très bien. » lâcha-t-elle finalement, d'une voix aussi calme que celle d'Aikel était énervée. Dans ce genre de situation, elle s'énervait elle-même, parce qu'elle mourrait d'envie de dire tout ce qui lui pesait sur le cœur, mais il y avait toujours quelque chose qui l'en empêchait. Là, en l’occurrence, elle fut vexée qu'Aikel lui reproche d'être une colocataire fantôme, prenant très mal qu'il ne se plaigne pas plutôt du manque de sa meilleure amie, de l'absence de moment passé rien que tous les deux, de longues soirées à mater la télé et à parler de tout et de rien. Cercle vicieux dans lequel elle s'enlisait tout doucement mais très sûrement depuis le départ d'Ivy.

« Je te signale que niveau colocataire fantôme, t'es pas mal non plus dans le genre. Je sais que t'es passé à l'appart quand tout mon bordel n'est plus là, mais sinon je pourrais presque croire que tu habites plus ici. Tu passes tout ton temps ailleurs ou au salon. » Ça aussi, c'était quelque chose qui la blessait. Elle était certes très distante avec lui, bien trop distante, mais lui était carrément absent des radars. Il y avait certains soirs où il n'avait même pas dormi à l'appartement, sans rien lui dire. Elle n'était pas sa mère ni sa copine, mais ils n'étaient plus que tous les deux, et voir son indifférence était assez dur à supporter. « Si c'est ça qui te fais chier, pas de problème, je peux te dire bonjour avec un grand sourire les rares fois où je te croiserais. C'est noté » fit-elle, amère et sarcastique à la fois. Elle savait bien que ça n'était pas que ça qu'il souhaitait, elle savait bien qu'il ne venait pas défoncer sa porte en hurlant pour qu'elle lui dise bonjour et lui fasse des sourires. Mais la colère accumulée depuis tout ce temps lui donnait envie de le pousser, lui, dans ses retranchements.
© 2981 12289 0
MessageSujet: Re: We need to talk + Sasha Jeu 8 Juin - 16:41
avatar

BY MY WAY
Dispo ?: 2/3
Nature:
Lieeens :
Let's just... have fun !
♦ Byw depuis le : 12/05/2017
♦ Posts : 56 ♦ Rps : 16
Voir le profil de l'utilisateur
Je savais d'avance que cette conversation n'allait pas être facile. Et Sasha ne m'aidait pas du tout. Déjà que j'étais assez instable à cause de l'approche de la pleine lune, mais en plus j'avais eu la bonne idée que ce serait aujourd'hui que nous allions arranger toute notre relation. Je savais que c'était impossible pourtant. Je savais que c'était bien plus complexe que ça. Qu'il faudrait sans doute du temps avant que tout redevienne comme avant. Et rien ne redeviendrait comme avant de toute façon. Déjà à cause de la perte de Tavis et ensuite parce que… Ben merde ! J'étais un loup-garou maintenant quoi ! Je pouvais perdre le contrôle à tout instant et lui sauter dessus pour lui arracher la gorge. Et je n'avais vraiment pas envie que ça arrive. Ce serait vraiment pas beau à voir. Puis merde ! Même si ce n'était pas top entre nous en ce moment, Sasha restait une des personnes qui comptait le plus pour moi.

Cependant, là tout de suite, j'avais du me retenir pour ne pas lui mettre une calque lorsqu'elle me répondit que tout allait pour le mieux. Elle se fichait de moi et je n'aimais pas ça. Je serrais les dents pour m'empêcher de faire une connerie que je risquais de regretter et la laissai continuer. Maintenant c'était de ma faute hein ? C'est vrai que je n'étais pas totalement innocent dans cette histoire non plus. Je l'avais abandonné pendant plusieurs jours. J'avais été très absent. C'était pour son bien que j'avais fait ça aussi. Mais c'était assez délicat de lui expliquer. Bordel, il n'y avait pas des associations ou des brochures pour aider à faire son coming-out de loup-garou ? J'aurais volontiers cherché sur internet, mais je tomberais sans doute sur ces conneries d'ado qui pensent être devenu des lycanthropes parce qu'ils ont trop bu à une soirée et se sont réveillé à poil dans la forêt.

A défaut de pouvoir serrer encore plus ma mâchoire, je serrais les poings, j'en sentais même mes ongles s'enfoncer dans ma peau. C'était loin d'être agréable, mais j'avais besoin de ça pour ne pas laisser mon instinct prendre le dessus. C'était horrible. C'était comme avoir une bête qui grattait sans cesse dans ma poitrine. J'avais aucune idée comment les autres arrivaient pour vivre avec ça. Apparemment il s'agissait d'une question d'habitude et c'était plus dur parce que j'avais été transformé tardivement. Bref, là tout de suite, il n'y avait aucun Starkweather pour me faire la leçon.

- Tu sais très bien que ce n'est pas ce que je veux, vraiment.

Sasha ne me la ferait pas. Pas à moi. Nous étions très proche, depuis des années, à force, nous n'avions même plus besoin de se parler pour comprendre ce qu'il se passait. Mais là, c'était une sorte de rupture et chaque jour où on restait loin de l'autre, ça s'empirait. Bientôt j'avais peur de ne même plus être capable de savoir qui était cette jeune femme brune avec qui je vivais. Je ne pouvais pas laisser une telle chose arriver.

- Je sais que j'ai été absent. Mais tu voulais que je fasse quoi hein ? Et comme si ça changeait grand-chose. Tu n'as fait que passé tout ton temps enfermée. Donc que je sois là ou non, ça ne change quoi pour toi hein ?

J'essayais de ne plus crier comme un imbécile. Parce que mon intention n'était pas non plus de briser les tympans de ma meilleure amie, ou ce qu'il en restait. Il n'empêche que je n'aimais pas qu'on me reproche toute cette situation. Je n'étais pas le seul fautif dans cette histoire.

- Sous prétexte que tu es devenue une loque dépressive, je n'ai plus le droit de sortir, d'avoir un vie, c'est ça ? Je dois rester dans cet appart' H-24 à ranger le bordel et à attendre que Miss daigne sortir ? Je ne suis pas à ton entière disposition Sasha !

Je ne m'étais pas tant absenté que ça non plus. Enfin, j'avais fait de mon mieux pour revenir un maximum ici. Même la meute grognait parce qu'il trouvaient que je passais trop de temps ici justement. J'essayais de jongler avec les deux. J'essayais d'être un bon bêta et un bon meilleur ami. Mais ce n'était visiblement pas assez pour Sasha.
MessageSujet: Re: We need to talk + Sasha Ven 9 Juin - 16:44
avatar

BY MY WAY
Dispo ?: Oui
Nature:
Lieeens :
Let's just... have fun !
♦ Byw depuis le : 10/05/2017
♦ Posts : 161 ♦ Rps : 33
♦ Adresse : dans un grand appartement en colocation avec Aikel, dans le quartier d'Excelsior, non loin de Bay View



+ Wolf
+ Had
+ Jules
+ Wallace
+ Caleb
+ Aikel
+ James
+ Rome
Voir le profil de l'utilisateur
We need to talk.Aikel & Sasha.Oui, je sais très bien que ce n’est pas ce que tu veux. Une petite voix intérieure avait pris la parole dans sa tête, soufflant ces quelques mots qu’il aurait été si facile de prononcer à voix haute : ouvrir la bouche et laisser ses cordes vocales s’exprimer. Mais non, rien n’était simple depuis quelques temps, il n’y avait aucune raison pour que cette discussion, cette dispute plutôt, fasse exception à la règle. Une autre petite voix, celle de la fierté, celle de son fort intérieur blessé par l’indifférence de son meilleur ami, lui soufflait que si. C’était parfaitement ce qu’il souhaitait. Se donner bonne conscience, se dire qu’elle allait bien puisqu’elle lui disait bonjour en souriant, et pouvoir passer à autre chose. Mais Sasha savait bien, au fond d’elle, que ce n’était qu’un pur mensonge fabriqué par l’éloignement des derniers jours.

Il n’était pas beau à voir Aikel, mâchoire serrée, poings serrés contre son torse, bras croisés… une posture pleine de colère retenue. Sasha ne devait pas être plus sympa à regarder : bras croisés, poings également serrés, enroulés des bandes de boxes, un regard à glacer n’importe qui, on aurait pu croire qu’ils n’attendaient que de se taper dessus. La brune l’écoutait lui crier dessus, sachant pertinnement qu’à chaque cri qu’elle ignorait, qu’à chaque mot auquel elle répondait par une froide indifférence, ça ne faisait qu’augmenter l’agacement et la colère d’Aikel. Mais elle préférait ça. Elle préférait le voir en colère, en face d’elle, même s’il semblait sur le point de lui en retourner une, plutôt que de ne pas le voir, d’à peine sentir sa présence, de ne plus lui parler. La colère appelait la colère, elle avait également envie de lui hurler des reproches, mais l’indifférence la blessait bien trop.

Les piques qu’il lui lança la firent enfin tiquer. Une loque dépressive ? Et il croyait quoi, qu’elle le prenait pour une femme de ménage ? Mais est-ce qu’il la connaissait vraiment ? Il était passé où, son meilleur ami qui la connaissait sur le bout des doigts ? Parce que pour qu’il pense de telles choses, il avait du se barrer vachement loin. Serrant et desserrant les poings dans le but de se calmer un peu - sans grand résultat - elle essaya de garder une voix assurée et de ne pas se mettre à crier comme il le faisait. « C’est vraiment ça que tu penses ? Que je te demande rester tout le temps à la maison à ranger et à attendre mon bon vouloir ? T’es sûr de ça ? Bien sûr ? » La jeune femme laissa passer quelques secondes, soutenant le regard furibond d’Aikel, avant de compléter la menace sous-jacente. « Si la réponse est oui, je déménage demain, parce que je n’aurai décidément plus rien à foutre avec un type pareil. »

Génial. Elle sentait que tout lui échappait, comme de l’eau qui lui coulerait entre les doigts, incapable de la retenir, elle sentait que la discussion ne faisait que s’envenimer. Elle prenait mal chacun des mots qu’il prononçait, se retrouvait incapable de lui dire à quel point elle se sentait blessée par sa non-présence, et à chaque seconde qui passait, il lui était de moins en moins envisageable de lui raconter, de lui parler de sa folie, d’espérer trouver du réconfort auprès de lui. « Maintenant, quoique tu dises, je ne te demandais pas d’être là tout le temps. Mais entre passer ta vie à l’appart et n’y être quasiment plus, il y a une différence. » Elle exagérait un peu la chose, mais de son point de vue, elle avait vraiment eu le sentiment que son ami délaissait les lieux, comme pour fuir des mauvais souvenirs et pour fuir Sasha. « Au passage, la loque dépressive, tout ce qu’elle voulait, c’était que tu sois un peu là. Tu m’as juste complètement laissée tomber. Tu t’en foutais pas mal, au fond, de si j’allais bien ou pas, hein ? Et là c’est quoi, une conversation pour te donner bonne conscience et te dire que t’as fait ton boulot ? Si t’avais passé quatre jours enfermé dans ta chambre après que ton jumeau ai disparu sans un mot, je serais venue te voir, et j’aurai pas abandonné à la première porte fermée. Désolée, franchement Aikel, accepte mes excuses. Désolée d’avoir mal vécu le départ d’Ivy qui peut être absolument n’importe où, avec une jambe en moins. Désolée de ne pas m’être encore remise de la mort de Tavis. Désolée d’avoir besoin d’un peu de soutien de la seule personne sur qui je pensais encore pouvoir compter.. Désolée d’avoir l’impression de devenir complètement cinglée ! » Au moment où elle prononçait ce dernier mot, emballée par les précédents, sa voix plus aussi assurée qu’au début, elle se mordit les lèvres et s’arrêta net de parler. Avant qu’Aikel n’ai pu réagir à ce qu’elle venait de déballer, elle sortit de sa chambre à grand pas, contournant sans le toucher son meilleur ami posté devant la porte, et se dirigea, ou plutôt s’enfuit, dans la cuisine.
© 2981 12289 0
MessageSujet: Re: We need to talk + Sasha Ven 16 Juin - 12:39
avatar

BY MY WAY
Dispo ?: 2/3
Nature:
Lieeens :
Let's just... have fun !
♦ Byw depuis le : 12/05/2017
♦ Posts : 56 ♦ Rps : 16
Voir le profil de l'utilisateur
Je n'avais pas la moindre idée comment Sasha arrivait à ne pas se mettre à hurler plus fort que moi. Elle avait décidément plus de self-control que je ne le croyais. Quoique, dans l'immédiat je ne croyais plus en grand-chose non plus. Si j'étais venu avec une l'idée de recoller les morceaux, maintenant, je laissais juste ma colère s'exprimer et laissait sortir tout ce qui me passait par la tête. J'allais sans doute le regretter. Et je le regrettait déjà d'ailleurs. C'était horrible. Mais maintenant que j'avais commencé, j'étais incapable de m'arrêter. C'était plus fort que moi, il fallait que je réponde, que je cri encore et toujours. Je crois qu'à ce niveau, ce n'était même plus une question de fierté. Juste de la connerie pure et dure. Peut-être qu'il n'était pas encore trop tard pour éviter trop de dégâts. Mais j'avais aucune idée de la manière dont je pourrais m'y prendre.

Les paroles de Sasha me blessèrent énormément. Comment pouvait-elle dire qu'elle voulait partir ? Comment pouvait-elle vouloir brisé aussi facilement toute ses années d'amitié ? Quoique si il y avait quelque chose à brisé, ça avait sans doute été déjà fait dès l'accident d'Ivy et Tavis. Rendre cette location, ce ne serait que la suite logique de tout cet enchaînement de conneries non ? Brisé tout ce qu'il restait de cette famille qui c'était construite sur rien. Qu'est-ce que j'en savais putain ? Je n'avais jamais rien demandé de tout ça. Puis en plus il avait fallu qu'au même moment je me fasse mordre par un putain de loup-garou. J'en avais marre de tout ça. C'était d'ailleurs pour cette simple raison que j'étais en train de hurler tout ce que je savais. Il ne fallait pas chercher plus loin. J'en avais juste marre.

En attendant, il fallait que je réponde à la question de Sasha. Et c'était sans doute le genre de truc à ne pas prendre à la légère. Mais vous avez vu ma gueule ? J'ai une tête à réfléchir là ?

- Et bien part si je te fais tant chier par mes absences ! Tu veux que je te dise quoi ? Que, non ? Qu'est-ce que j'en sais de ce que tu peu bien vouloir alors que tu sors à peine de ta chambre pour aller bosser ?

Au final, c'était ça, nous vivions ensemble, mais on se voyait limite plus au salon. Et encore. Sasha ne se laissa pas abattre. A croire que elle aussi en avait bien plus à dire qu'elle ne le laissait penser. Au moins on ne pourrait pas dire qu'on n'a pas discuté aujourd'hui. Je laissais Sasha passer pour se diriger vers la cuisine. Je savais que j'aurais dû être là pour elle. Que je n'aurais pas dû la laisser s'enfermer aussi longtemps. Mais je n'avais pas eu le choix. J'avais fait de mon mieux pour être là. Je n'étais pas sûr qu'elle comprenait ça. En même temps, je ne lui avais rien dit sur ma lycanthropie et si je pouvais l'en préservé, ce ne serait pas plus mal. Mais elle abusait un peu quand même. J'avais été là les premiers jour, j'avais passé des heures à sa porte. Puis elle n'était pas la seule à souffrir de la mort de Tavis et de la disparition de Ivy, merde ! Ce n'était pas parce que j'arrivais à sourire comme un con que je n'avais pas passé des nuits à pleurer à me dire que ça aurait du être moi dans cet accident. C'est moi qui fait les trucs les plus cons d'habitude.

Je ne me laissai pas démonter et suivit Sasha dans la cuisine, mais en gardant mes distances. Je n'allais pas la laisser m'échapper aussi facilement. Je n'avais pas fini.

- QUOI ? Je n'ai pas été là pour toi ? Tu crois que ces repas devant ta porte son arrivé comme par magie ? Et j'ai fait du mieux que j'ai pu Sasha ! Désolé si moi aussi j'ai perdu deux de mes meilleurs amis. Désolé de ne pas l'avoir aussi bien vécût qu'on pourrait le croire ! Et désolé d'avoir essayé de sortir, de reprendre une vie pour ne pas me laisser abattre ! C'est trop facile de tout remettre sur le dos de Tavis et Ivy ! Je t'ai laissé l'espace que tu voulais. J'étais là pour toi si tu en avais besoin. Mais visiblement, tu n'en avais pas grand-chose à faire jusqu'à aujourd'hui.

J'étais totalement en train de perdre le peu de sang-froid que je pouvais bien avoir. Et ce n'était pas bon, cette douleur que je ne commençais à ne connaître que trop bien commençai petit à petit à m'envahir. C'était le signe qu'il fallait que j'arrête, qu'il fallait que je me calme et pourtant…

- Arrête de croire que tu es toujours toute seule ! Que ta vie est plus dramatique que celle de tout le monde. Que tu as perdu plus que les autres, que tu as plus de raison de rester enfermer… Que… Arg…


Je m'accrochais au plan de travail en face de moi. Mes ongles commençaient à s'enfoncer dedans. Je savais que c'était le début, je pouvais sentir mes os qui amorçaient leur changement dans un affreux craquement. Putain… Non, il fallait que j'essaye de résister au loup. Je serrai les dents, arrêtai de parler et essayai de maîtriser tout ça avant qu'il ne soit trop tard.
MessageSujet: Re: We need to talk + Sasha Mar 20 Juin - 11:17
avatar

BY MY WAY
Dispo ?: Oui
Nature:
Lieeens :
Let's just... have fun !
♦ Byw depuis le : 10/05/2017
♦ Posts : 161 ♦ Rps : 33
♦ Adresse : dans un grand appartement en colocation avec Aikel, dans le quartier d'Excelsior, non loin de Bay View



+ Wolf
+ Had
+ Jules
+ Wallace
+ Caleb
+ Aikel
+ James
+ Rome
Voir le profil de l'utilisateur
We need to talk.Aikel & Sasha.Sasha était à deux doigts d’exploser. Franchement, ça faisait bien longtemps qu’elle n’avait pas été dans un tel état de colère et de rage. Quand elle frôla Aikel pour quitter sa chambre, elle se retint de toutes ses forces de ne pas le dégager d’un coup de coude, de ne pas donner un violent coup de pied dans la porte et même de ne pas se mettre à frapper chaque mur qui osait croiser sa route d’un peu trop près. Mais elle se contenait, même si elle ne savait pas combien de temps encore elle allait pouvoir se contenir, parce qu’il s’agissait d’Aikel, parce qu’il était tout ce qui lui restait actuellement et que si elle se mettait à laisser libre-court à ses envies de violence, elle sentait qu’elle le perdrait définitivement. Ils étaient déjà dans une situation des plus tendues, marchant sur un fil qui menaçait de se rompre alors qu’ils étaient au-dessus d’un immense gouffre… Donc elle prenait sur elle, ne se connaissant pas une telle réserve de self-control, histoire de ne pas empirer les choses qui étaient déjà bien trop envenimées. Ainsi donc, la mort de Tavis et le départ d’Ivy allait tout briser ? Ils allaient continuer à se hurler des reproches à la figure jusqu’à ce que toute trace d’amitié soit définitivement balayée ? Ça lui donnait envie de cogner, à Sasha, de cogner de pleurer devant tant d’injustice. Elle avait déjà perdu son meilleur ami et sa jumelle, et elle allait devoir maintenant voir les derniers liens avec celui qui comptait plus que tout s’effilocher jusqu’à disparaître ? Se mordant les lèvres jusqu’au sang - dirigeant, comme toujours, sa colère contre elle-même plutôt que de tout casser autour d’elle - elle attrapa un verre qu’elle remplit d’eau, cherchant à se calmer en effectuant des gestes quotidiens. Mauvaise idée, parce qu’elle tremblait de colère et qu’il risquait fort de voler à travers le loft, ce verre.. « Mais putain mais à quel moment t’es devenu aussi con, dis-moi ?! Hein ?? » À cet instant, Sasha avait juste envie d’insulter Aikel de tous les noms, de le blesser comme il était entrain de le faire en lui disant qu’elle n’avait qu’à partir au lieu de chercher à la retenir. « Bien sur que tes absences me font chier mais c’est parce que tu me MANQUES. C’est pas pour que tu ranges mon bordel, que tu nettoies cet appart, ou quoique ce soit, mais parce que mon abruti de meilleur ami ME MANQUE. » Ça y’est, elle se mettait à hurler à son tour. Comment est-ce qu’il fallait s’y prendre pour qu’il se mette ça dans la tête ? Elle avait l’impression de parler à un mur qui ne voyait pas à quel point elle souffrait de la situation et qui lui reprochait par contre sa lente dépression des derniers jours. Comme meilleur ami slash frère slash tout ce que vous voulez, on avait vu mieux quand même. « Tiens, oui. J’aurais bien aimé que tu me dises ça. Mais trop tard, j’ai bien compris. Si tu veux que je me casse, franchement, dis-le clairement, on gagnera du temps. » Ses doigts serrés autour du verre, elle avait les jointures blanchies et se retenait sérieusement de ne pas lui envoyer à la figure. « Et ne me parle pas du travail, parce que je te signale que depuis des semaines c’est moi qui me tape tout le sale boulot de la paperasse, des factures, de devoir trouver un nouveau tatoueur… Ah ça, c’est facile de venir percer deux trois pauvres types et de repartir aussitôt, de ne pas mettre le nez dans tous le reste. T’es vraiment doué pour faire l’autruche, vraiment ! »

Toute cette colère qu’elle ressentait, contre Aikel mais aussi contre elle, ça commençait à lui donner mal à la tête. Un vent de panique souffla un instant dans sa tête quand elle se rendit compte que c’était exactement la même sensation que lorsqu’elle avait appris la disparition de Ivy. Elle avait l’impression de ressentir des émotions qui n’étaient pas les siennes, de subir de plein fouet toute l’amertume d’Aikel et toute sa rage qu’il lui balançait à la figure en lui hurlant dessus depuis tout à l’heure. Et puis des regrets, et puis de la douleur et puis pleins d’autres choses qui ne lui appartenaient pas, ça n’était pas ses sentiments, ses émotions. Un peu comme si elle les voyait en couleur : les siennes étaient bleues et tout ce qui l’habitait en ce moment était bleu et rouge, parfois violet. Balançant plus qu’elle ne le posa, le verre dans l’évier, elle s’accrocha au plan de travail en inox et ravala ses larmes. Elle ne voulait surtout pas revivre la même chose, cette sensation de devenir complètement folle, comme quelqu’un qui entendrait des voix, sauf qu’elle entendait des sentiments. Ou croyait entendre, parce que nom de dieu comment ça pourrait être possible ? Elle ne resta pas longtemps abattue, une nouvelle vague de colère déferlant en elle et balayant tout le reste : les inquiétudes, la tristesse, la peur d’être sérieusement atteinte… Elle voyait rouge. Haussant le ton, à l’instar d’Aikel, elle se retourna vers lui. « Oh, mais merci pour les repas Aikel, quels efforts ça a du te demander. Mauvaise nouvelle : j’avais pas besoin de bouffe mais de présence. Et à AUCUN moment je n’ai osé prétendre que tu ne vivais pas mal l’accident et son départ, je n’ai jamais dis ça. Je… » Les mots se coincèrent dans la gorge. Comment lui dire qu’elle s’était enfermée par peur devenir folle, pas peur de devoir se faire interner ? Comment lui expliquer qu’elle ne remettait rien du tout sur le dos de Tavis et Ivy, bien qu’elle en veuille énormément à sa jumelle de les avoir fuit sans se dire qu’elle leur ferait encore plus de mal. Comment lui expliquer qu’elle avait passé quatre jours complètement flippant ? Elle ne pouvait pas, elle ne pouvait tout simplement pas lui avouer tout ça, lui expliquer qu’elle était restée enfermée quatre jours entiers parce qu’elle n’arrivait plus à discerner la réalité de la fiction. À cause de ça, il la croyait sans coeur, mais elle ne pouvait pas lui dire, ne pouvait tout simplement pas admettre à voix haute qu’elle avait un problème. Une nouvelle fois, une vague de colère balaya tous ses états d’âme, lui donnant simplement envie de hurler encore plus sur Aikel et de lui taper dessus. « Non mais tu t’entends parler ? Je te permets certainement pas de dire ça de moi, tu ferais mieux de… » Elle allait lui dire de fermer sa gueule et de se barrer mais une vague de… de quelque chose, pas de colère, c’était plus que ça et tellement différent, une émotion qu’elle ne connaissait pas ou ne voulait pas connaître, mais qui lui coupa le souffle et qui fit exploser un début de migraine dans sa tête. Retenant un cri de douleur, elle posa ses doigts sur ses tempes, essayant de faire passer les cercles blancs qui dansaient devant ses yeux. Elle avait la nausée et se sentait d’un coup très mal. Une seconde seulement s’était écoulée, qui lui parut être une éternité, quand sa vision s’éclaircit un petit peu. En voyant Aikel courbé en deux, accroché au plan de travail comme si sa vie en dépendait et ses bruits d’os qui craquent… et toujours ce qu’elle ressentait, comme la première fois sur le banc, en mille fois pire. Les mots de Jules lui revinrent en mémoire “Je suis comme toi”. Elle lui avait parlé de magie, de pouvoir, et Sasha l’avait prise pour une tarée puis s’était tirée aussi vite. Était-elle comme elle ? Parfaitement folle ? Ou est-ce qu’elle avait raison ? Pour le moment, tout se mélangeaient en elle, les sentiments qui la dévoraient de l’intérieur et dont elle ne savait quoi faire, ne les connaissant même pas, lui donnaient envie de se rouler en boule et de s’enfermer à nouveau dans sa chambre, d’attendre que ça passe. Mais elle ne pouvait pas, parce qu’Aikel s’était soudainement tût et que l’air de profonde douleur affichée sur son visage faisait écho à celle qui avait traversée Sasha. « Aikel… ça… ça va ? » demanda-t-elle, inquiète, toute sa colère envolée, faisant fit de son mal de crâne qui lui vrillait jusqu’aux tympans. Elle s’avança vers lui et posa une main sur son épaule, l’autre sur son poignet. « Qu’est-ce qu’il y a ? » Il n’avait pas l’air d’aller bien et elle n’aimait pas du tout le voir dans cet état. L’inquiétude la disputait à la peur, la colère et la douleur mais elle essaya tant bien que mal d’y mettre de côté pour ne garder que l’apaisement, l’apaisement qu’elle voulait lui transmettre. « Tu… c’est quoi ça ? »
© 2981 12289 0

HS : C'est pas très clair mais du coup inconsciemment Sasha utilise son pouvoir pour envoyer de l'apaisement et tout à Aikel Après ça peut marcher comme paaaas du tout, vu que c'est une quiche avec son pouvoir pour le moment, tu décides
MessageSujet: Re: We need to talk + Sasha Sam 24 Juin - 1:30
avatar

BY MY WAY
Dispo ?: 2/3
Nature:
Lieeens :
Let's just... have fun !
♦ Byw depuis le : 12/05/2017
♦ Posts : 56 ♦ Rps : 16
Voir le profil de l'utilisateur
J'avais été tellement con de commencer tout ça. De toutes les manières dont on aurait pu régler cette histoire, j'avais sans doute choisit la pire. Mais je n'étais pas capable de garder mon calme. Sasha avait raison, j'étais con, mais je ne l'étais pas devenu, je crois que je l'avais toujours été. Je ne pouvais donc pas lui répondre grand-chose. C'était horrible comme sensation. J'étais énervé, je savais que Sasha avait raison, j'avais été un terrible meilleur ami. J'étais parti quand elle avait besoin de moi. Mais je n'avais pas eu le choix, c'était pour sa sécurité, mais je ne pouvais pas lui expliquer ça. Sinon elle allait me prendre pour un fou, c'était sûr. Et qu'est-ce que je préférai ? Vivre libre mais seul ? Ou interné mais avec le soutient de ma meilleure amie ? Le choix était assez dur. Parce que je doutais de voir beaucoup Sasha si je me faisais interner.

Cette dispute était bien plus dure que je ne l'aurais cru et je me sentais plus coupable que jamais. Sasha m'avait manqué aussi. Et ça me tuait de ne pas pouvoir lui dire ce qu'il s'était réellement passé. Est-ce que toutes ces années d'amitié allait se finir comme ça ? Sur une dispute débile qui n'avait presque pas de sens ? Parce que, pourquoi on se criait dessus là ? Ce n'était pas pour une histoire de ménage ou quelque chose du genre. Non, c'était parce que nous avions perdu nos deux meilleurs amis et qu'on était pas fichu d'arriver à gérer ça. Qu'aucun de nous deux n'avait réussi à surmonter cette perte convenablement et on rejetais la faute sur l'autre à défaut de trouver mieux à faire. C'était franchement pathétique. Mais il était trop tard pour faire demi-tour à présent.

Je serrais les dents. C'est vrai que pour le travail, je n'avais pas fait grand-chose si ce n'était venir, prendre mes rendez-vous et repartir. Mais la paperasse et moi… Il valait mieux pas que j'y touche trop, si ce n'était pour la trier et la ranger. Doué comme j'étais, je serais capable de faire des erreurs très bêtes. Puis pour engager un nouveau tatoueur, Sasha avait tout de même bien plus de contact dans le domaine que moi. Mais à vrai dire, je l'avais un peu laissé engager n'importe qui sans y prêter grand attention. Je crois qu'en temps normal, j'aurais fait une blague, sur le fait que j'étais une belle autruche ou quelque chose débile du genre. Mais là, rien ne voulait sortir. Et à part assassiner Sasha du regard, je n'étais pas capable de grand-chose. Ca m'énervait encore plus d'être à court d'arguments. Et je ne pouvais pas franchement gueuler que c'était à cause du putain de loup qui prenait le contrôle à chaque pleine lune.

C'était bas tout de même de me reprocher de ne pas avoir été là. Alors que j'avais fait de mon mieux au début… Après, c'était devenu compliqué… Mais c'était elle qui avait refusé de sortir et après, je ne sais pas trop comment on en était arrivé à s'éviter alors qu'on vivait ensemble quoi. Je continuais tout de même à répondre en agressant ma meilleure amie. Mais ça devenait difficile de ne pas céder au loup. Et là, s'en était même trop. J'essayais de m'accroche au meuble en face de moi pour me retenir de me transformer. J'essayais de me souvenir de ce que m'avait appris les Starkweather pour ça. Mais je n'y arrivais pas. Et j'avais l'impression d'entendre toujours en écho la vox de Sasha qui me criait dessus. Il y eu bien cet instant, en sentant la main de ma meilleure amie sur moi, où je cru que je pourrais résister, comme si je me sentais plus calme soudainement. Mais c'était trop tard, mes os craquaient déjà, la transformation était déjà amorcé, je ne pouvais plus la stopper.

Je repoussais Sasha, sans doute plus fort que je ne l'aurais voulu. J'aurais du songer à enlever mes vêtements avant, mais c'était trop tard. Je commençai à prendre ma forme de loup. Je sentais l'instinct animal qui forçait pour prendre le dessus. Et après une courte minute de douloureuse transformation, j'étais devenu loup et mon premier réflexe fut de sauter sur la source de toute ma colère en grognant : Sasha. Si on m'avait dit d'un jour je plaquerai ma meilleure amie sur le sol de la cuisine, croyez-moi, c'est pas le genre de situation que j'aurais imaginé… Enfin, pour l'heure, c'était assez critique. Il ne fallait pas que je la morde, je ne voulais pas lui faire de mal. Et c'est là dessus que je me fixais pour repousser la bête dans mon esprit. Dès que j'eus repris le contrôle, je m'éloignais le plus possible de Sasha, un peu comme si j'essayais de me fondre dans le mur derrière moi. Je voulais me faire tout petit, me faire oublier. Mais c'est trop tard mec, t'as tout fichu l'air. Je vous jure, je m'étais jamais senti aussi con et coupable de toute ma vie. J'avais faillit tuer ma meilleure amie quoi… Ma Sasha ! Après ça, j'étais presque sûr qu'elle ne voudrait jamais rester ici. Qui voudrait vivre avec un monstre ?
MessageSujet: Re: We need to talk + Sasha Sam 24 Juin - 13:30
avatar

BY MY WAY
Dispo ?: Oui
Nature:
Lieeens :
Let's just... have fun !
♦ Byw depuis le : 10/05/2017
♦ Posts : 161 ♦ Rps : 33
♦ Adresse : dans un grand appartement en colocation avec Aikel, dans le quartier d'Excelsior, non loin de Bay View



+ Wolf
+ Had
+ Jules
+ Wallace
+ Caleb
+ Aikel
+ James
+ Rome
Voir le profil de l'utilisateur
We need to talk.Aikel & Sasha.Aikel et Sasha ne s’étaient jamais disputés. Jamais vraiment disputés. Ils ne s’étaient jamais hurlé dessus, n’avaient jamais eu un mot plus haut que l’autre et jamais au grand jamais n’en étaient venus à un tel état de colère dirigée contre l’autre. La jeune femme sentait bien qu’elle était allée trop loin, sa fiertée lui chuchotant tout de même qu’elle n’était pas seule dans ce conflit et que son meilleur ami avait sa part de responsabilité. N’empêche, elle sentait qu’elle avait poussé Aikel dans ses derniers retranchements et qu’elle y était elle-même arrivée. En fait, dans l’état où ils se trouvaient, ils avaient été à deux doigts de franchir le point de non-retour, une ligne au-delà de laquelle ils auraient fini par claquer la porte derrière eux et se séparer définitivement. S’il ne s’était pas soudainement presque plié en deux, une main sur le plan de travail comme pour ne pas flancher, si ça n’avait pas poussé Sasha à s’approcher de lui et à oublier toute rancoeur pour s’inquiéter de son état, peut-être bien qu’ils auraient définitivement brisé leur amitié.

Voir son meilleur ami dans cet état, ça avait balayé toute la colère qu’elle ressentait en moins d’une seconde. Envolés les griefs, les reproches, les non-dits. Elle le voyait juste trembler de tout son corps, plié en deux, les traits du visage tirés comme s’il souffrait le martyre. Sasha songea un instant à ce que Jules lui avait dit. Elle ne croyait pas un mot de ce qu’elle lui avait raconté, se disant simplement que la blonde était aussi cinglée qu’elle, mais cet instant elle décida que pourquoi pas. Si vraiment elle avait le pouvoir d’influencer les émotions des autres, elle voulait faire disparaître cet air de profonde colère mêlée à de la douleur qui s’affichait sur le visage du jeune homme. Sauf qu’elle n’avait aucune idée de comment s’y prendre et qu’elle n’était pas sûre qu’une main posée sur l’avant-bras d’Aikel aide beaucoup. Cherchant à lui insuffler tout ce qu’elle pouvait d’émotions apaisantes, elle se trouvait totalement débile à seulement penser que ça pouvait marcher, mais tenta quand même le coup. Et ces craquements qui semblaient tout droit sortis d’un film d’horreur, elle n’avait aucune idée d’où ils provenaient.

Aikel ne répondit à aucune de ses questions et la repoussa violemment, manquant de faire trébucher la jeune femme. Sasha se retint au canapé et se redressa, hésitant entre lui hurler dessus parce qu’il n’avait pas à la traiter comme ça ou s’inquiéter encore plus. Elle opta directement pour la seconde solution en voyant les traits de son meilleur ami se changer. Sasha ne comprenait rien à ce qu’il se passait. Son cerveau avait déconnecté devant l’improbabilité de la situation. Une minute auparavant elle avait son meilleur ami devant elle, et maintenant, il y avait… un loup. Non elle hallucinait complètement. Elle allait se réveiller et se rendre compte que tout ça n’était qu’un rêve. Quand son dos rencontra violemment le sol, lui coupant instantément le souffle, et qu’elle se retrouva allongée avec un loup au-dessus d’elle, babines retroussées, un grognement d’outre-tombe, elle fut forcée de constater qu’il s’agissait bien de la réalité. Tout était trop réel : les bruits, la sensation des pattes de la bête sur son corps, la douleur dans le dos… Ayant perdu toute notion du temps, elle fut incapable de dire combien de temps elle resta là, complètement hébétée, à fixer le loup dans les yeux, sans prendre seulement la mesure de ce qu’il se passait et du danger dans lequel elle était. Quand le loup finit par s’écarter, s’éloigner jusqu’au fin fond de la pièce, comme s’il voulait se fondre avec le mur, Sasha se redressa en position assise, continuant de fixer… son meilleur ami, est-ce que c’était vraiment son meilleur ami qui venait de se transformer en loup ?

Son corps et son esprit prenant tout d’un coup conscience de ce qu’il venait de se passer, son air hébété se transforma pour laisser place à l’incompréhension la plus totale. Cachant son visage de ses paumes, tout son corps se mit à trembler, pendant qu’elle étouffait le rire nerveux qui grandissait en elle et qui finit par prendre possession de tout son corps, laissant une Sasha presque hystérique entrain de rire à gorge déployée et de pleurer en même temps. « C’est quoi ce bordel. C’est quoi ce putain de bordel. » La jeune femme se parlait à elle entre deux crises de rire, de panique, ou de quoique ce soit. C’était juste trop pour elle. Le départ de sa soeur, le fait de devenir complètement cinglée, de passer quatre jours enfermée, l’éloignement avec Aikel, puis la dispute des dernières minutes, puis maintenant ça ? Les nerfs lâchaient, ils n’avaient que trop tenu, là il fallait qu’elle évacue le trop plein. Sa crise d’hystérie dura quelques minutes, jusqu’à ce qu’elle relève enfin la tête et croisa de nouveau le visage lupin de son meilleur ami. « Je suis cinglée. » fit-elle à voix haute. « Ça y est, je peux plus le nier, je suis complètement folle. Toutes ces émotions que je ressentais, ce que m’a dit Jules sur le fait de les contrôler, qu’elle était comme moi, et maintenant Aikel en loup. Je suis folle. Je suis complètement folle. » Elle disait ça d’une voix parfaitement neutre mais elle était à un fil de craquer à nouveau. « J’hallucine complètement, c’est certain. Je dois être dans ma chambre entrain de me parler à moi-même ou alors Aikel est en face de moi et est entrain de se demander où est-ce qu’il va m’interner. » Résistant à l’envie de se rouler en boule pour se convaincre que, non, elle n’était pas folle, Sasha se leva et décida de faire face à l’absurdité de la situation. Aikel ne pouvait pas s’être transformé en loup alors elle ne risquait rien à s’approcher. C’était au mieux une hallucination, au pire son meilleur ami se trouvait vraiment face à elle et n’allait pas comprendre pourquoi elle se comportait ainsi. S’avançant vers le loup - tout doucement quand même, une part de son esprit lui disait que peut-être c’était réel et que dans ce cas-là fallait pas déconner - elle se plaça juste devant, à moins d’un mètre, et s’assit une nouvelle fois sur le sol. « Et maintenant je fais quoi… ça parle un loup ? » Repoussant la vague d’hystérie qui revenait à la charge, lui hurlant qu’elle était folle à lier, qu'elle était entrain de parler à un mur à tout les coups, elle tendit une main vers le loup, puisant dans ses dernières forces pour se persuader qu’elle n’était pas folle, que c’était… qu’il y avait une explication logique. Il y en avait forcément une.
© 2981 12289 0
MessageSujet: Re: We need to talk + Sasha
We need to talk + Sasha
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» Dirty Little Sasha. [Done.]
» Sacha Louise Ryan une nouvelle riche Feat Sasha Pivovarova
» Bill Clinton : Talk is Money (al konprann se piyay!)
» Langley K. Jewel ♣ Sasha Pieterse
» How to talk with me.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
By Your Way :: San Francisco City :: Mission District :: Les logements-
Sauter vers: