Forum City-Fantastique

 

 :: About the Identites :: Introducing Myself :: Fiches validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Brownie au chocolat, évidemment.

Aller à la page : 1, 2  Suivant
MessageSujet: Brownie au chocolat, évidemment.

Fearless
Spirit
♦ Posts : 80 ♦ Rps : 4


♦ Adresse : Mission, une petite maison avec sa femme et son frère.




♦ Byw depuis le : 11/06/2017
Soul
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 6 Juil - 18:27


A. Brownie Aucciello

LOOKING FOR MYSELF !

NOM: aucciello. nom de ma mère.
PRÉNOMS: a. désolée, je ne dirai pas le reste. c'est le secret que j'emporterai dans ma tombe. brownie ou brown pour ceux qui préfèrent. sans commentaires.
ÂGE: dix-huit ans tout juste. mais j'ai une carte d'identité qui prouve que j'en ai 21.
DATE ET LIEU DE NAISSANCE: 1er Juin 1999 à Fresno, une plus petite ville située ici même en californie.
NATIONALITÉ: du coup, faut pas être géologue pour deviner que je suis américaine. avec des origines italiennes et brésiliennes du côté de ma mère.
ÉTUDES-MÉTIER:, je suis des cours par correspondance, je suis gymnaste professionnelle et pour aider ma famille à s'en sortir financièrement, je suis aussi pizza-girl
SITUATION FINANCIÈRE: critique. avec ma mère et mon frère, on a toujours eu du mal à joindre les deux bouts.  
ORIENTATION SEXUELLE: je n'ai encore jamais goûté à quoi que ce soit donc pour faire simple on va dire pansexuelle ? ça devrait aller.
STATUT CIVIL: je viens d'apprendre que pour les trois prochaines années, je n'ai droit à aucune relation amoureuse alors dire que je suis célibataire, disons que...

ft. scarlett leithold
©️ Schizophrenic





Une citation/un titre ici au choix

Dites nous en quelques points tout ce que vous voulez sur la personnalité de votre personnage: traits de caractère, habitudes, tics, tocs, hobbies, phobies, manies, passions, traits physiques particuliers... Tout ce que vous voulez *_*

réservée, discrète, secrète: je n'aime pas vraiment me confier, parler de moi, répondre à des questions indiscrètes. Avec une mère véritable pipelette extravagante, j'ai compris assez vite que l'ouvrir à tout va était pas la bonne option. agressive, méfiante: je suis souvent sur mes gardes et j'ai tendance à ne pas laisser les gens s'approcher trop près. Parfois, ça peu ressembler à de l'impolitesse, certaines personnes estiment que je leur parle mal. Rien contre personne, c'est juste une défense. forte, courageuse, déterminée, passionnée, perfectionniste: des qualificatifs qui me permettent d'avancer dans la vie malgré toutes les difficultés. Des qualificatifs qui m'emmèneront jusque sur la première marche du podium des jeux olympiques. J'ai un mental d'acier, très peu de choses parviennent à m'ébranler. sportive: ma passion, c'est la gymnastique artistique. Reine de la poutre, athlète de haut niveau, ma vie entière tourne autour de ce sport. Ma famille a dû beaucoup sacrifier pour me permettre de réaliser mes rêves un jour et je compte bien y arriver. concentrée: je ne vis que pour mon entraînement. Il n'est pas rare de me voir faire des enchaînements en plein milieu de la rue, ou de commencer à bouger mes mains en plein ciné. Les gens prient avant de dormir, moi je répète mes figures. Chacun son dieu. arrogante, têtue, manipulatrice, ambitieuse, compétitrice: mon désir de gagner et d'être la meilleure à tout prix peut parfois s'avérer malsain et déteindre sur ma personnalité. Je n'en ai que faire. Tout ce que je veux, c'est gagner. Que le monde entier reconnaisse mon talent, qu'on sache qui je suis. Et je serai prête à faire énormément de choses pour y parvenir. travailleuse, responsable: je n'ai pas eu la chance de naître avec une cuillère en or dans la bouche. J'ai dû apprendre très jeune à travailler afin d'aider ma mère (qui est loin d'être un modèle de responsabilité) à joindre les deux bouts, payer les factures et s'occuper des frais de santé de mon frère. En acceptant de travailler, c'est ma carrière que je mets en jeu. Mais parfois, enfreindre les règles est une question de nécessité et non de choix. gentille, honnête, loyale: je ne suis pas une mauvaise personne, même s'il m'arrive de faire des choses pas très nets parfois. Il suffit de me connaître un peu pour savoir que je peux être très charmante comme fille. Une excellente amie au besoin. solitaire: le terme "en équipe" n'est pas vraiment mon préféré. Mais c'est surtout la vie qui m'a rendu comme ça. J'aimerais bien me sentir intégrée à une équipe, à une bande. Mais je tiens quand même énormément à mon indépendance. désobéissante, rebelle: j'ai un problème qui, j'en suis sûre et certaine, doit être psychologique. Je peux m'imposer les pires règles qui soient dans le but d'être une athlète entière, mais dès que ces règles sont imposées par une tierce personne, ça commence à me démanger. Je ressens ce besoin presque vital de les contourner, de les briser, de les défier, même si le prix à payer est souvent assez fort. Je n'y peux rien, c'est plus fort que toi: je déteste qu'on me dise ce que j'ai ou non le droit de faire. Ce n'est pas normal. S'il y a un psy dans le coin qui fait des séances gratuites, je prends volontiers. connaisseuse: je suis consciente du Surnaturel qui existe en ce monde. Surtout, je suis persuadée d'avoir moi aussi des capacités pas très nets même si en réalité, je n'ai encore jamais pu me le prouver. Mais j'en suis quasiment sûre, je ne suis pas une simple Humaine. ignorante: je ne suis pas comme les autres filles de ton âge. Ma vie d'athlète m'a fait passé à côté de beaucoup de choses. Je ne suis jamais réellement sortie avec un garçon, je n'ai jamais connu mon premier baiser, je ne suis jamais tombée amoureuse, je n'ai jamais eu de relations sexuelles, je n'ai jamais été saoule... Trop de "jamais" dans ma vie. Jusque là, ça avait été un choix. C'était le mode de vie que je m'étais imposée afin d'être le plus concentrée possible sur la gymnastique. C'était.

ma vie, mon histoire

Racontez-nous en cinq points ou plus les détails importants de la vie de votre personnage. En mode histoire ou en mode rappel d’événements importants qui ont fait de lui ce qu'il est aujourd'hui. Dites nous tout, on veut tout savoir *_*

Ma mère c'est la personne que j'aime le plus et que je déteste le plus au monde. Ah non, peut-être pas autant que cette peste d'Ashley, mais la différence est très limite. Ma mère c'est le genre de femme qui ne vit que pour être sexy et plaire aux hommes. Extravagante. Toujours hyper maquillée. Formes généreuses toujours fourrées dans des trucs hypers voyants et moulants. Draguer est son passe-temps préférée. Et si seulement elle pouvait tomber sur des hommes un temps soit peu responsables, cela aurait été encore mieux. Mais elle a le hic pour ne sortir qu'avec des looseurs, des sales types qui ne font que profiter d'elle, lui voler de l'argent au passage et se barrer dès qu'ils peuvent. Les pires sont même violents et en viennent aux mains avec elle, moi et même mon petit-frère parfois. C'était le cas avec mon père. Nous avons dû fuir dans l'Oklaoland pendant des années pour lui échapper. Mais elle n'avait pas fini de fuir l'un qu'elle se mettait déjà avec un autre, presque aussi pire. De là est né ton petit-frère. Et il a fallu fuir à nouveau. Aujourd'hui, elle semble s'être assagie, a trouvé un boulot et dit que sa priorité dorénavant sera uniquement ses enfants, je n'y crois plus. C'est toujours comme ça. Il suffira qu'un autre salopard sexy se pointe pour qu'elle se fasse prendre au piège à nouveau. J'aime ma mère, du mieux que je peux. Mais la seule chose que j'essaie de faire en ce monde, c'est de ne jamais lui ressembler.

Mon petit frère est infirme. Paralysé des deux membres inférieurs, il est en fauteuil roulant depuis l’âge de sept ans, soit la moitié de sa vie. Sa mobilité est l’une des nombreuses choses que ma passion pour la gymnastique a coutées à ma famille. Son accident est entièrement ma faute. J’avais onze ans. Ma gymnastique, je la faisais encore dans la rue, à l’époque. Sauter, grimper partout sur les airs de jeux. Me balancer de table en chaises à la maison… J’ai eu mon premier flip arrière jambe tendu à  l’âge de quatre ans. J’ai cru que mon petit frère aussi pouvait le faire. On ne se ressemblait pas vraiment à l’époque. Ce petit garnement a présenté des signes du geek classique dès le bas-âge. Je voulais qu’il soit comme moi. Qu’il partage ma passion pour la gymnastique. Qu’il y ait au moins un truc qu’on ait en commun. Alors, je l’ai forcé. Je l’ai poussé à faire des choses que son corps n’était pas habilité à faire. Descendre les escaliers de notre immeuble uniquement sur ses deux bras ? Ce fut la pire idée que j’ai eu de toute ma vie. Aujourd’hui quand je le vois, j’ai l’impression que c’est moi qui ai gâché sa vie. Même après sept ans, la culpabilité me ronge toujours autant. J’ai eu du mal à m’y remettre après ça. Mais j’ai fini par comprendre que continuer, m’acharner jusqu’à être la meilleure, avoir des sponsors qui me paieront des millions de dollars et gagner aux J.O, ça ce serait le meilleur moyen de me faire pardonner. De lui donner une vie meilleure. De lui montrer qu’il ne s’est pas sacrifié pour rien.

Gymnaste de rue. Enfin, durant les quatorze premières années. Ma mère n’avait pas l’argent pour m’inscrire à un club. Alors tout ce que j’ai appris jusque là, je l’avais fait en autodidacte. Toute seule. C’est comme ça que je me suis forgée. Que ce soit en sport, ou dans la vie active. Ma mère étant la femme la plus irresponsable du monde, il fallait bien quelqu’un pour veiller à ce que les factures soient payées. J’ai commencé à travailler avant quoi, douze ans ? Je n’en ai même plus réellement souvenir. Je promenais des chiens à l’époque. Et avec les quinze dollars que je me faisais par jour, je pouvais ramener le dîner du soir. Ma mère, elle bosse comme esthéticienne. Et elle d’ailleurs fichtrement douée, il faut l’avouer. Des mains de fées. Mais vu qu’elle avait le hic pour flasher sur les maris de ses patronnes ou des clientes des salons pour lesquelles elle travaillait, disons garder un même boulot pendant plus de six mois est un exploit qu’elle n’a jamais pu accomplir. Quand elle a épuisé tous les salons de Fresno et des environs, elle s’est mise à son propre compte, ce qui était louable, mais qui rapportait deux fois moins. Le pire, c’est sa folie dépensière. Dès qu’un dollar tombe dans ses mains, ma mère ne peut pas s’empêcher de penser à faire du shopping ou à se décolorer les cheveux. Alors il fallait quelqu’un pour s’assurer à ce que ça n’arrive pas. Je n’ai jamais vraiment eu d’enfance. Jamais vraiment été un enfant. Et j’ai toujours accusé ma mère de ne pas être un bon exemple, un modèle pour moi. Pourtant en quelque sorte elle l’est. Elle est exactement le genre de femme que je ne souhaite pas être. Je la regarde et je m’efforce de devenir exactement son opposée.

Seize ans. Je m’entraîne au club de Fresno. Ce n’est pas un « club » à proprement parlé. Des équipements précaires (ou même manquants tiens, on a jamais eu de tremplin au cheval d’arçon), pas de coach… Ce n’était pas un club, mais au moins là-bas, je pouvais m’entraîner sur de réels équipements de gymnaste. Pas sur un toboggan ou sur les barres d’une balançoire, mais de vraies barres parallèles, une vraie poutre. Ce club était devenu comme ma deuxième maison. Peut-être la première puisque je n’étais plus jamais chez moi. A six heures, j’étais là avant l’ouverture. Je ne bougeais qu’à dix-neuf heures, pour aller prendre mon service au Pizza Grill, que je quittais vers minuit. Je vivais littéralement gymnastique. Pas d’amis, pas de vie. Les rares fois où j’ai accepté de vivre comme une jeune fille normale, d’aller à des fêtes, de faire du shopping avec ma mère… Je me suis sentie comme un pingouin en plein désert du Sahara. Un véritable cauchemar. Je m’acharnais, mais pourtant je savais que je n’avais absolument aucune chance de devenir gymnaste « pro » dans ce club. Ce n’était pas dans ce pauvre carré sans entraîneur que mes rêves allaient se réaliser. Mais c’était là qu’ils allaient prendre vie. Plusieurs coachs passaient dans ce genre de club pour recruter, découvrir des talents cachés. J’ai prié nuit et jour pour que cela m’arrive enfin. C’était ma seule chance de me sortir de là et de commencer enfin à faire ce pour quoi je suis née. Et puis un beau jour, après deux ans de sueur, de larmes et de sang versés, un merveilleux monsieur m’a approché et a fait « Hey salut ! Chris Turner, entraîneur au Rock. C’est quoi ton nom ? » J’ai souri. Je savais que pour moi, c’était la fin de Fresno.

Rocky Mountains, ou tout simplement le Rock. L’un des meilleurs clubs de San Francisco et parallèlement des Etats-Unis. Un club. Un vrai. Avec un coach. Des équipements complets et de qualité. Une conseillère pédagogique. Un psy. Une nutritionniste. Tout. Tout était absolument parfait. Mieux que tout ce que je pouvais imaginer. Mon coach est celui qui m’a déniché à Fresno. Il m’a offert une bourse. Une somme sans laquelle vivre à SF serait totalement impossible et hors-de-prix pour ma famille et moi. Une somme qui consistait en la moitié de nos revenus. Tant que je brillais au Rock et que je suivais les règles, je pouvais m‘adonner corps et âme à ma passion. Oui mais ce n’était pas aussi rose. C’est une autre catégorie de filles qui évolue dans ce club. Des gosses de riches. Des filles qui ont tout ce qu’elles veulent. Des justaucorps sur mesure. Des parents qui se dédient autant qu’elles dans ce sport et qui viennent chaque jour assister aux entraînements. Chaque jour. Ces filles-là évoluent sur ces agrès depuis qu’elles sont en âge de tenir sur leurs deux jambes. Elles sont dans le monde de la gymnastique pro depuis toujours. Les trois meilleures sont même déjà connues des médias. Leurs noms est synonyme de respect et de crainte dans le monde de la gymnastique féminine. En gros, moi, je n’ai absolument rien à faire là. Et l’une d’entre elles me l’a clairement fait comprendre dès le premier jour. Mais il en faut plus pour m’intimider qu’une blondinette prétentieuse qui se croit le centre du monde. Plus. Comme ces règles absolument stupides. Ne pas avoir de travail rémunérateur. Ne pas avoir de petit ami. Avoir au moins l’un de ses parents présent au club à chaque entraînement. Avoir A de moyenne dans toutes les matières scolaires… Et puis encore ? On vient de débarquer, ma mère n’a pas encore trouvé de boulot. Si je ne reprends pas mon travail, ma famille ne pourra pas payer ses factures. Puis-je faire de la gym si je ne mange pas correctement ? Avoir au moins un parent au club chaque jour ? Je n’ai qu’un seul parent et elle a deux enfants à nourrir, que diable. Et puis, pas de petit ami ? Sérieusement ? Pourtant les filles et les règles n’étaient pas la seule que j’avais à gérer. Mon entraîneur, mon coach, celui qui m’a déniché et donné la chance de ma vie… Il est partit. Une semaine après mon arrivée au club. Il a mis les voiles, sans aucune explication et est maintenant devenu le coach du club de Denver, un club rival du Rock. Je lui faisais confiance. C’était le seul qui avait cru en moi jusque là. Et ça c’était très important pour moi. Le nouveau coach prend service demain. Grant Belov. Sexy à en mourir. Le meilleur gymnaste de son époque et accessoirement le meilleur coach dont on pouvait rêver. Encore meilleur que celui qui est parti. Oui. Mais moi je ne l’aime pas.  

Derrière l'écran

PRÉNOM/PSEUDO: Cosmic Neon
ÂGE RÉEL: je sais pas, j'ai pas encore regardé...
COMMENT AVEZ-VOUS CONNU BYW: top-site
SCHIZOPHRÈNE ? no no
UN MOT DE FIN ? vous êtes beaux  

Recensez-vous


Code:
<ma>づ</ma> scarlett leithold ♦️ [url=http://by-your-way.forumactif.com/u117]brownie aucciello[/url]

Code:
<ma>づ</ma> gymnaste pro + pizza-girl ♦️ [url=http://by-your-way.forumactif.com/u117]brownie aucciello[/url]
MessageSujet: Re: Brownie au chocolat, évidemment.
Invité
Invité
avatar
Spirit
Soul
Jeu 6 Juil - 18:32
Tu es belle
Bienvenue parmi nous avec la belle Marina
MessageSujet: Re: Brownie au chocolat, évidemment.

Fearless
Spirit
♦ Posts : 80 ♦ Rps : 4


♦ Adresse : Mission, une petite maison avec sa femme et son frère.




♦ Byw depuis le : 11/06/2017
Soul
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 6 Juil - 18:44
Tu l'es aussi
Merci beaucoup
MessageSujet: Re: Brownie au chocolat, évidemment.
Invité
Invité
avatar
Spirit
Soul
Jeu 6 Juil - 19:59
Bienvenuuuuue !
J'adore le prénom
Il nous faudra un lien avec ma Bretzel
MessageSujet: Re: Brownie au chocolat, évidemment.

Fearless
Spirit
♦ Posts : 80 ♦ Rps : 4


♦ Adresse : Mission, une petite maison avec sa femme et son frère.




♦ Byw depuis le : 11/06/2017
Soul
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 6 Juil - 21:50
Merciiiii
Ah oui, un lien avec une Bretzel, je suis carrément d'accord
MessageSujet: Re: Brownie au chocolat, évidemment.
Invité
Invité
avatar
Spirit
Soul
Jeu 6 Juil - 22:36
En plus entre une gymnaste et une danseuse on devrait pouvoir trouver quelque chose
MessageSujet: Re: Brownie au chocolat, évidemment.

Fearless
Spirit
♦ Posts : 80 ♦ Rps : 4


♦ Adresse : Mission, une petite maison avec sa femme et son frère.




♦ Byw depuis le : 11/06/2017
Soul
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 6 Juil - 22:49
Oh oui sûrement Je finis vite ma fiche et on voit ça :)
MessageSujet: Re: Brownie au chocolat, évidemment.
Too old to lose it,
Too young to choose it.
Spirit
♦ Posts : 158 ♦ Rps : 20


♦ Adresse : Un luxueux loft à Marina District.


♦ Byw depuis le : 17/06/2017
Soul

BY MY WAY
Dispo ?: Oui :)
Nature:
Relations:
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 6 Juil - 23:06
T'es canon
Bienvenue par ici
MessageSujet: Re: Brownie au chocolat, évidemment.

••• Le grain de Psychose •••
Spirit
♦ Posts : 208 ♦ Rps : 43
♦ Adresse : Forest, dans la maison familiale.



♦ Byw depuis le : 14/04/2017
Soul

BY MY WAY
Dispo ?: Oui :)
Nature:
Relations:
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 7 Juil - 2:44
La communauté des prénoms gastronomiques augmente, dis donc J'adore le prénom, le vava, le début de fiche, tout Et t'es trop canon, je veux absolutely un lien

Bienvenue sur BYW Si besoin de quoi que ce soit, bipes
MessageSujet: Re: Brownie au chocolat, évidemment.
Invité
Invité
avatar
Spirit
Soul
Ven 7 Juil - 21:22
Faisons un TC Chardonnay, Bretzel et Brownie (et les autres aussi si j'en ai oublié )
MessageSujet: Re: Brownie au chocolat, évidemment.
Contenu sponsorisé
Spirit
Soul
Brownie au chocolat, évidemment.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
By Your Way :: About the Identites :: Introducing Myself :: Fiches validées-
Sauter vers: