Forum RPG à l'ancienne, City - Fantastique
 

Partagez|

Nevaska + Géographiquement parlant, on ne sera jamais compatibles.

Aller à la page : 1, 2  Suivant
MessageSujet: Nevaska + Géographiquement parlant, on ne sera jamais compatibles. Lun 10 Juil - 20:46
avatar

BY MY WAY
Dispo ?: Oui !
Nature:
Lieeens :
No matter...
I only wanna do bad things to you.
♦ Byw depuis le : 08/07/2017
♦ Posts : 37 ♦ Rps : 10
♦ Adresse : En discussion...

+Nevaska

Voir le profil de l'utilisateur
I hate you, I love you,
I need you... Don't let me down, sis.
Debout devant la porte de l'appart, tu respires un grand coup. Tu as mal au ventre, tellement tout est noué à l'intérieur. Tu ne sais pas ce qui est pire: la honte que tu ressens envers toi-même pour venir demander de l'aide à la personne que tu détestes le plus au monde ou la peur que tu as qu'elle te rejette. Ou plutôt l'envie que tu as qu'elle t'accepte. Tout est tellement confus. Tes parents ont réagi plus mal que prévu à ta grossesse. Et du coup, tu te retrouves à la rue, sans vraiment nulle part où aller. Tu pourrais aller squatter chez tes potes quelques temps. Ou te trouver un foyer. Ou alors te trouver un boulot qui t'offre le logement. Comme une domestique par exemple. Ou une jardinière. Les jardiniers vivent dans la maison où ils travaillent, pas vrai ? Tu n'en sais rien. Tu ne sais rien du monde du travail. Tu ne sais rien du monde tout court, peut-être. Tout ce dont tu es sûre, c'est que... Tu ne veux pas être seule. Même si en quelque sorte tu l'as toujours été, vu que dans ta propre famille, personne ne te remarquait. Mais tu as l'habitude de les avoir aux alentours. Tu n'as jamais vécue seule quelque part, ni ne t'es jamais retrouvée seule à gérer une situation pareille. Tes parents sont riches alors dès que tu avais un problème, tu demandais de l'argent. On ne te demandait jamais pourquoi, ni ce que tu vas en faire, on te tendait juste des billets ou on te faisait un chèque. Tu as grandi comme ça. Et c'est l'une des principales raisons pour lesquelles, malgré la haine que tu vous envers ta famille, tu n'as jamais quitté la maison. Parce que tu sais que tu n'auras pas cette vie-là ailleurs. Que tu ne pourrais jamais assez travailler pour te procurer ce train de vie exorbitant auquel tu t'es habituée. Mais voilà, la situation a changé. Et la seule personne qui peut un temps soit peu gérer ton train de vie de princesse, c'est Dylan. Elle gagne une montagne d'argent à son boulot au MIT. Ça ne devrait pas lui poser de problèmes. Tu t'accroches à cette excuse selon laquelle tu as uniquement besoin de l'aide financière de ta névrosée de sœur mais la vérité c'est que... Tu as besoin d'elle tout court. Sauf qu'autant mourir que de te l'avouer.

Prenant une grand inspiration, tu te composes ton visage de garce rebelle. Ton bouclier. Ce masque derrière lequel rien ni personne ne peut t'atteindre. Tu frappes. Une fois. Deux fois. La porte s'ouvre. Sur un homme. C'est qui celui-là ?
- Euh.. Dylan Rossum, c'est bien ici ? Je suis sa petite-sœur.
Un lien bien vide de sens pour vous. Et apparemment pour lui puisqu'il semble étonné que Dylan ait une sœur. Ça t'aurait étonné qu'il le sache. L'homme te dit qu'elle n'est pas à la maison et que lui c'est le coloc. Depuis quand ta pimbêche de sœur a un coloc ?
- Puis-je entrer l'attendre ?
Il semble hésiter parce qu'apparemment il était sur le point de sortir et qu'il ne sait pas s'il doit te laisser rester seule à l'intérieur.
- C'est bon, je ne vais pas emporter votre appart, tu dis sur un ton humoristique. Il faut que je la vois, c'est... important.
Très. Tu fais tes grands yeux de chat et ton sourire d'ange auxquels personne ne peut résister. Il te fait alors entrer en te précisant qu'il vaudrait mieux que tu l'appelles pour qu'elle sache que tu es là. Tu l'aurais fait... Si tu avais son numéro. Tu n'as jamais eu le sien, elle n'a jamais eu le tien. C'est comme ça.

Te retrouvant seule dans l'appart, tu te fais une petite visite guidée. Tu n'étais jamais venue ici. Et la moindre des choses qu'on peut dire, c'est que Dylan vit dans un luxe incroyable. Tu savais qu'elle était pleine aux as, mais pas autant.
La fille parfaite comme toujours, tu penses avec une pointe d'envie. Prenant tes aises, tu te prends une bonne douche bien chaude, enfile ses vêtements et te fait des omelettes avant de te vautrer devant Netflix. Elle va rager en rentrant. Et c'est exactement le but recherché.
© 2981 12289 0
MessageSujet: Re: Nevaska + Géographiquement parlant, on ne sera jamais compatibles. Mar 11 Juil - 23:13
avatar

BY MY WAY
Dispo ?: Yes !
Nature:
Lieeens :
Let's just... have fun !
♦ Byw depuis le : 17/06/2017
♦ Posts : 105 ♦ Rps : 12
♦ Adresse : Un luxueux loft à Marina District.

Alaska

Voir le profil de l'utilisateur
Géographiquement parlant, on ne sera jamais compatibles.

NEVASKA
Tu as plutôt passée une sale journée. Au boulot, l'un de tes petits bébés est mort. Azul, un tigreau né il y a environ trois semaines. Il était magnifique. Mais il était également né très faible. Tu savais qu'il ne tiendrait pas assez longtemps, selon ce qu'avait prédit le vétérinaire. Toujours est-il que quand t'es allée bosser ce matin et qu'on t'a appris qu'il était mort, ça t'a foutu le moral à zéro. C'était la première fois que tu étais confrontée à la mort de quelque chose dans cette nouvelle vie et ça a été un choc. Parce qu'inévitablement, ça t'a fait pensé à ton père. Ton cher papa avec qui tu as passé toute ta vie, qui a toujours été présent pour toi, qui a été tout pour toi. Ne pas savoir s'il est mort ou toujours vivant est encore plus dure à supporter. Cette incertitude te tuait à petit feu. Alors forcément, tu as été d'humeur exécrable toute la journée. Désagréable, impolie, cassante. T'as pas arrêté de multiplier les gaffes et de te décrocher des regards haineux au passage. Tout ce que tu voulais, c'était rentrer chez toi, t'enfoncer dans tes draps et pleurer un bon coup. Tu ne demandais rien d'autre qu'un peu de solitude, un paquet de mouchoirs et une playlist à donner envie d'entrer en déprime totale. Tu avais de la chance, un superbe appart t'attendais à la fin de cette journée méga négative. Appart que tu pouvais maintenant te permettre de garder grâce à ton nouveau coloc, Aiden. S'il n'y avait pas au lui, tu n'aurais sûrement pas pu continuer dans le train de vie hyper onéreux que s'offrait Dylan. Son appart à lui seul valait le double de ton salaire de soigneuse animalière et encore, t'es l'une des mieux payées du Zoo grâce au CV bourré de diplômes que tu t'étais fabriquée. T'étais assez désespérée, croyant que tu devrais vivre dans un appart plat et insipide parce que pour une fille qui a vécu dans le luxe toute sa vie, tu l'aurais quand même assez mal vécue. Dieu merci, Aiden était tombé à point nommé pour te permettre de garder le chez de Dylan. Un chez que tu rêvais actuellement de rejoindre. Aiden ne sera pas là ce soir, ça collait pile avec la soirée tranquille et solitaire que tu te prévoyais.

Sauf que non, ça ne collait pas du tout. En entrant dans ton antre, tu vois... quelque chose. Ou plutôt quelqu'un. Quelqu'un qui n'était pas Aiden et qui semblait pourtant être parfaitement à l'aise dans ton salon. Une copine de ton coloc, peut-être ? Tu décides de te défaire de toutes formalités d'usages et de te diriger tout droit dans ta chambre. T'es pas obligée et tu n'as absolument aucune envie de faire de la conversation, ne serait-ce que pour dire un bonsoir. Seulement après deux pas, tu tiques. Attendez, je rêve ou elle porte mes vêtements ? Ton regard remonte alors au visage de l'inconnu et c'est à ce moment là que tu la reconnais. Une version de toi, ou plutôt de Dylan, avec de plus grands yeux et des cheveux bouclés. C'est pas vrai, c'est une blague. Qu'es-ce que Alaska fait chez toi ? Pourquoi elle est là ? Pourquoi précisément ce soir ? Décidant que tu ne veux pas t'énerver pour un rien, tu l'ignores totalement et fonce dans ta chambre. Une douche bien chaude pourrait te détendre et te remettre d'une humeur assez agréable pour discuter avec la pire visiteuse que tu pouvais recevoir. Mais non, la douche ne t'aide en rien. Tu es plus calme, plus détendue mais ton humeur est toujours aussi exécrable, sinon plus que tout à l'heure. Si elle s'en va sans faire d’esclandre, on pouvait éviter un cadavre qui ne sera clairement pas toi. Retournant au salon, tu prends la télécommande et éteint la télévision.

- Je ne te veux pas chez moi. Il faut que tu partes.

Claire et directe. Tu as vécu dans un monde où la moitié de la population était des robots, t'as pas le temps pour l'hypocrisie ou les sentiments. Tout ce que tu veux c'est que cette petite peste aussi mentalement dérangée que sa défunte sœur quitte ton lieu de vivre.
© 2981 12289 0
MessageSujet: Re: Nevaska + Géographiquement parlant, on ne sera jamais compatibles. Jeu 13 Juil - 17:08
avatar

BY MY WAY
Dispo ?: Oui !
Nature:
Lieeens :
No matter...
I only wanna do bad things to you.
♦ Byw depuis le : 08/07/2017
♦ Posts : 37 ♦ Rps : 10
♦ Adresse : En discussion...

+Nevaska

Voir le profil de l'utilisateur
I hate you, I love you,
I need you... Don't let me down, sis.
Tu savais bien qu'elle finirait par rentrer à un moment ou à un autre et tu t'étais déjà mentalement préparée à l'altercation qui allait forcément suivre. Tu étais parfaitement détendue dans le canapé, l'attitude nonchalante, agissant comme celle qui s'en fout de tout et de tout le monde. Mais intérieurement, c'était loin d'être aussi décontract. Plus tu pensais qu'elle pouvait rentrer et te faire dégager sans le moindre remord, plus t'avais l'impression que tes intestins se nouaient. Tu avais pensé à bon nombres d'arguments qui pourraient la forcer à te garder mais tu espérais quand même au fond de toi, que tu n'aurais pas à l'obliger pour qu'elle te dépanne. Tu es sa sœur, tu ne devrais pas avoir à le faire...

Tu entends la clé dans la serrure de la porte et ton cœur fait un bond mais tu ne bouges pas. Tu es effrayée mais tu ne laisses absolument rien paraître. Il ne faut surtout jamais montrer à Dylan qu'elle a un tel effet sur soi sinon, c'est la fin. Tu l'as appris à tes dépends. Alors, tu joues la carte de l'ignorance, d'abord. Au lieu de l'agresser en premier comme tu avais prévu, tu vas plutôt la laisser t'agresser en premier. Ou plutôt la laisser donner le ton de la conversation. Même si tu sais d'office qu'il n'y en aura pas. Il y en a jamais eu entre vous et ce n'est pas ce soir que ça va commencer. Elle te surprend en te plantant là et en se dirigeant dans sa chambre. Ah ? Peut-être que ses médicaments de névrosée psychopathe commençaient enfin à faire effet. La Dylan que tu connais aurait fait une crise d'hystérie en te voyant là ou t'aurait jeté dehors avec une voix glaciale et un regard à faire froid dans le dos. Son regard a toujours cet effet-là sur tout le monde. - Je ne te veux pas chez moi. Il faut que tu partes. Et ben voilà. La réaction avait tardé mais elle était quand même venue. Elle ne te demande même pas comment tu vas, ni ce qui te pousse à venir lui rendre visite. A quoi tu t'attendais ?
- Les personnes polies disent bonsoir, comment tu vas, qu'est-ce qui t’amène ? Mais comme je sais que tu ne fais pas partie de la catégorie humaine, je vais laisser passer. Cela dit, même les animaux savent saluer, tu sais.
Ça doit être la plus longue phrase que tu ne lui ais jamais adressé en vingt années d'existence. Tu savais qu'elle allait te rejeter et même si ça te fait plus mal que tu ne veux l'admettre, il va falloir que tu sois une adversaire de taille face à elle. Cette fois-ci c'est toi qui gagnera la bataille. Il le faut, sinon tu risques de te retrouver à la rue.
- Tu pourrais rallumer ? J'étais sur l'épisode de 13 Reasons Why dans laquelle Hannah se suicide. Tu devrais peut-être t'asseoir et prendre des cours, pour la prochaine fois que tu voudras ré-essayer. Il y aura bien une prochaine fois, n'est-ce pas ? Dis-moi que oui. Pour une fois de ta vie que tu rates lamentablement quelque chose, ne me dis pas que la grande Dylan miss parfaite se contentera de rester sur un échec !
Quand tu as appris qu'elle avait essayé de se suicider... Sincèrement, ton premier réflexe fut de demander pourquoi elle n'est pas restée morte.
© 2981 12289 0
MessageSujet: Re: Nevaska + Géographiquement parlant, on ne sera jamais compatibles. Sam 15 Juil - 10:42
avatar

BY MY WAY
Dispo ?: Yes !
Nature:
Lieeens :
Let's just... have fun !
♦ Byw depuis le : 17/06/2017
♦ Posts : 105 ♦ Rps : 12
♦ Adresse : Un luxueux loft à Marina District.

Alaska

Voir le profil de l'utilisateur
Géographiquement parlant, on ne sera jamais compatibles.

NEVASKA
De la méchanceté. De la méchanceté pure et gratuite. Tout ce qui sortait de sa bouche du poison. Dylan n'avait donc rien exagéré dans ses Journaux Intimes. Tu te rappelles une partie qui avait particulièrement attiré ton attention. Si je suis un scorpion, Alaska est le venin. Un scorpion sans son venin est totalement inoffensif. Mais un venin, même sans corps, est toujours mortel. Tu l'avais relu plusieurs fois, frappée par les mots, te rendant compte à chaque lecture, de leur sens effroyable. Avec tout ce que tu y avais lu, Alaska Rossum serait pire que le diable sur terre. Tu t'étais dit que ce n'était pas possible, que Dylan devait sûrement exagérée. Une fille avec un visage aussi angélique qu'Alaska ne pouvait pas être aussi cruelle et inhumaine. Après tout, la Dylan en question l'était aussi, en plus d'être névrosée et psychopathe. Alors comment croire quoi que ce soit qui sortait de ses lignes ?

Mais tu as eu tort. Tu avais Alaska en face de toi depuis seulement deux minutes mais tu avais déjà envie de la tuer. Comment peut-on être aussi vicieuse ? Sa propre sœur s'était suicidée. Suicidée ! Es-ce qu'elle se rendait compte de ce que cela pouvait signifier ?

- Il y aura une prochaine fois, je te rassure. Mais ce ne sera plus un suicide, plutôt un meurtre. Un meurtre que Dylan aurait dû commettre depuis bien longtemps !

Tu commençais déjà à t'énerver, ne faisant même plus attention à ce que tu disais. Il fallait pourtant que tu évites de parler de Dylan à la troisième personne. Rien de pire que les petites erreurs pour déterrer les gros mensonges.

- Je ne vais pas te le répéter par deux fois, Alaska. Ôte tes sales pattes de mon canapé et dégage de chez moi ou je te jure que je sors Kalis qui se fera une joie de t'y aider. Entre serpents venimeux, vous devez bien vous entendre, n'est-ce pas ? Ne me dis pas que la grande Alaska miss bien éduquée ne saura pas être sociable avec sa propre espèce !

Faire sortir Kalis, le boa domestique de Dylan et utiliser ton pouvoir pour que le serpent étouffe à mort cette petite peste ? Voilà une idée qui te tentait bien. Et que tu exécuterais sans le moindre remord si elle te poussait à bout. Après tout, un accident, c'est vite arrivé...
© 2981 12289 0
MessageSujet: Re: Nevaska + Géographiquement parlant, on ne sera jamais compatibles. Lun 17 Juil - 7:04
avatar

BY MY WAY
Dispo ?: Oui !
Nature:
Lieeens :
No matter...
I only wanna do bad things to you.
♦ Byw depuis le : 08/07/2017
♦ Posts : 37 ♦ Rps : 10
♦ Adresse : En discussion...

+Nevaska

Voir le profil de l'utilisateur
Désolée, j'ai perdu le rp et je pourrai pas le réécrire
MessageSujet: Re: Nevaska + Géographiquement parlant, on ne sera jamais compatibles. Jeu 20 Juil - 22:42
avatar

BY MY WAY
Dispo ?: Yes !
Nature:
Lieeens :
Let's just... have fun !
♦ Byw depuis le : 17/06/2017
♦ Posts : 105 ♦ Rps : 12
♦ Adresse : Un luxueux loft à Marina District.

Alaska

Voir le profil de l'utilisateur
Géographiquement parlant, on ne sera jamais compatibles.

NEVASKA
Si t'avais pas eu le réflexe d'esquiver, tu aurais reçu le plat en pleine tronche. Vu la force avec laquelle elle l'avait lancé, ça t'aurait sûrement casé le nez. Ou même pété le cerveau. Envoyé dans le coma. Elle veut vraiment te tuer, en fait. Tu ne comprenais pas comment elle pouvait te haïr à ce point. Enfin, haïr Dylan à ce point. Elle a été cruelle et sadique envers sa sœur jusqu'à sa mort et maintenant c'était elle qui se prétextait être la victime ? Dylan avait raison, cette fille était vraiment psychologiquement dérangée. N'empêche que, toi qui voulait essayer de garder ton calme jusqu'au bout, tu te retenais carrément de ne pas lui sauter au visage et de la lui arracher à coup de dents. Alaska était une fille cruelle, méchante et perfide. Encore plus qu'un scorpion ou un serpent venimeux.

- Tu sais quoi ? Scoop du siècle: JE TE HAIS MOI AUSSI ! Depuis le premier cri que tu as poussé, j'ai su que tu serais un diable. Et tu veux savoir quoi ? J'avais raison ! Tu es la pire chose qui pouvait arriver à la famille Rossum ! On était heureux Austin et moi avant que tu ne débarques ! C'est toi qui a débarqué et a tout fichu en l'air ! C'est à cause de toi que les parents ont commencé à me mettre la pression pour que je sois parfaite en tout ! "Ta sœur ne peut pas faire ci donc c'est à toi de t'en occuper ! Ta sœur ne peut pas faire ça, donc c'est à toi de le faire, Ta sœur n'a aucun avenir devant elle donc on compte sur toi pour couler des jours heureux" ! Es-ce que tu as une idée de l'horreur que c'est d'être née avant toi ? Tu me traites de monstre aujourd'hui mais c'est à cause de toi que je suis devenue un monstre, Alaska, à cause TOI ! A quoi t'attendais-tu en réalité ? Que je sois gaga de la petite sœur à cause de laquelle je ne pouvais plus avoir de vie ni d'identité ? Que je sois ta super meilleure amie de grande-soeur quand on me répétait tout le temps que je dois être meilleure que toi ? Et puis dis-moi, espèce de dégénérée, tu crois vraiment qu'il y aurait pu avoir un lien de sœurs entre nous quand tu passais le plus clair de ton temps à me pourrir la vie ? Tu as passé toute ta putain d'existence à me faire du mal ! Me faire passer pour une sociopathe dans mon lycée, me mettre tout le monde à dos en me faisant passer pour une mytho, envoyer des photos de moi nue à toute l'établissement ! Tu as même poussé des gars à me harceler sexuellement en les payant et en leur faisant croire que j'étais maso et que j'adorais ça ! As-tu oublié ??? As-tu oublié cette nuit-là où je suis rentrée après m'être fait violée par trois mecs  A CAUSE DE TOI ? Qu'es-ce que tu m'as dit quand je suis entrée dans ma chambre en larmes ? " T'as aimé, pétasse ?" T'étais restée là à attendre que je rentre juste pour pouvoir me jeter ça à la figure ! TU T'EN SOUVIENS ??! Et c'est moi que tu traites de monstre ???!!

Tu étais totalement hors de toi. Tu perdais littéralement le contrôle. Les horreurs que tu as lu dans les journaux intimes de Dylan te revenaient, et toute la haine que tu avais ressenti contre cette sorcière d'Alaska avec. Dylan n'était pas une sainte, elle en a fait des choses horribles dans sa vie. Mais cette fille... Cette fille était la cause de tout ce qui es arrivée à sa grande-sœur. De ce qu'elle est devenue, de la névrose et de la méchanceté qu'elle a développé, Alaska était l'unique responsable. Poussée à bout par une famille qui voulait en faire à tout point une perfection, harcelée par une petite-sœur qui n'avait de limites dans les plans machiavéliques qu'elle menaient contre elle Alaska avait onze ans quand elle a signé le viol de sa sœur. Onze ans ! Quelle genre d'enfant peut penser à des trucs aussi tordus ? Et le pire dans l'histoire était de la voir se passer pour la victime, de prétendre avoir été malmenée par sa sœur alors que tout ce qui s'est passée entre elles deux avait commencé par elle. T'étais tellement en colère que tu ne comprenais plus rien. Tu sentais que tu allais exploser d'une minute à l'autre. Et le fait qu'elle soit en train de te balancer des objets à la tronche n'arrangeait pas du tout l'affaire.

- Arrête de saccager mon appart ! Arrête ! TOUT DE SUITE !!!

Mais elle n'en avait apparemment pas du tout l'intention. La température de la pièce augmentait bizarrement et le contrôle sur ton pouvoir diminuait de plus en plus. Tu visualisais tellement Kalis entrain d'étouffer cette vipère que sans t'en rendre compte, la transformation commença à s'opérer. D'abord tes yeux et ensuite ta langue. Quand finalement elle balança une tasse que cette fois-ci tu ne pus éviter, la goutte d'eau déborda le vase. S'en était beaucoup trop. Cette pétasse avait atteint la limite de ce que tu pouvais accorder. En l'espace de quelques secondes, ton pouvoir prit le dessus. Tu te métamorphosas en un boa de plus trois mètres de longueur. Kalis aurait été ravi de se voir en double. En l'espace de quelques secondes, tu t'enroulas sur elle, bloquant sa circulation sanguine dans tes replis. Tu n'étais plus humaine, tu ne pensais plus à rien. Il n'y avait que l'instinct animal qui n'arrêtait pas de serrer, encore et encore. Tu voyais son teint virer au blanc, ses yeux s'étouffer dans leurs orbites. Ce fut cette vision qui ramena ta voix d'humanité. Tu ne pouvais pas faire ça. Ôter la vie à une personne, aussi infâme soit-elle... Tu ne pourrais plus jamais te regarder dans un miroir. Si Dylan a vécu vingt-quatre ans sans tuer sa sœur, ce n'était pas à toi de le faire.

Lentement, tu la lâchas, t'éloignas. Tu redevins humaine quand tu entends le bruit de son corps qui s'écroule au sol. Tu ne te retournas même pas pour savoir si elle allait bien. Pour ce soir et même pour toute ta vie, tu l'avais assez vu.

- Quand demain je serai levée, je ne veux plus te voir chez moi. Toi et moi on n'est pas sœurs, Alaska. On ne l'a jamais été et on ne le sera jamais.

Cela était une vérité universelle. Tu es Alzalune. Tu n'es pas pas Dylan. Tu n'es pas sa sœur. Tu ne lui dois absolument rien. Te dirigeant dans ta chambre, tu fermas à clé avant d'éclater en sanglots dans ton lit, Dieu sait pourquoi.
© 2981 12289 0
MessageSujet: Re: Nevaska + Géographiquement parlant, on ne sera jamais compatibles. Sam 22 Juil - 18:37
avatar

BY MY WAY
Dispo ?: Oui !
Nature:
Lieeens :
No matter...
I only wanna do bad things to you.
♦ Byw depuis le : 08/07/2017
♦ Posts : 37 ♦ Rps : 10
♦ Adresse : En discussion...

+Nevaska

Voir le profil de l'utilisateur
I hate you, I love you,
I need you... Don't let me down, sis.
Tu t'étais défoulée. Tu avais vidé au le un quart de ce que tu avais sur le cœur. Et ça faisait vachement du bien. Durant tout ce temps que tu l'avais haï et aimé en secret, te contentant de garder tout ce que tu ressentais au fond de toi. Si tu t'étais défoulée comme ceci chaque jour depuis vingt ans, peut-être que tu serais une toute autre personne aujourd'hui. Mais alors que tu pensais avoir l'ascendant dans la violente dispute qui vous opposait, Dylan prit la parole et... Tu tombas des nues. Tu étais totalement abasourdie, ahurie par ce qu'elle te sortait. Au début, c'est la pression avec les parents qui te choqua. Tu n'avais jamais su. Qu'elle subissait autant de pression à cause de toi... Tu ne t'étais jamais mise à sa place, n'avait jamais cherché à comprendre. Pour toi, elle ne voulait pas de petite-sœur, était jalouse et atteinte, voulait à tout prix être meilleure pour demeurer la préférée de vos parents. Tu apprenais une autre version et ça remettait en cause tout ce que tu ressentais envers elle jusque là.

Jusqu'à ce qu'elle entame la deuxième partie de sa tirade. Celle qui a consisté à te dépeindre comme un monstre. Comment... Comment pouvait-elle proférer des calomnies pareilles ? Non mais, cette fille est carrément maboule, ma parole ! Avait-elle inventé tout cela dans sa tête ? Elle avait l'air de tellement y croire et de souffrir de ce qu'elle racontait... Non mais... Mais elle est folle, Dylan, elle est littéralement folle ! Tu n'as jamais... Tu n'as jamais... Tu... Qu'est-ce qui se passe ? Qu'es-ce qui t'arrivais ? Tu voulais l'interrompre, lui dire qu'elle était cinglée d'avoir inventé tout ce passé dans sa réalité à elle, que tu n'avais jamais rien fait de tout ce qu'elle te racontait mais tu n'y arrivais pas. Tu ne parvenais pas à le dire. Comme si... Comme si tu mentais. Comme si en disant que tu ne l'avais pas fait, tu disais un énorme mensonge. Tu avais l'impression que tu avais bel et bien fait ces atrocités que Dylan t'accusait d'avoir fait. La faire harceler ? Violer ? Mais tu n'avais jamais fait ces trucs ! Jamais tu n'aurais été capable de commettre des crimes aussi immondes envers ta propre sœur, tu n'es pas Dylan ! Mais alors pourquoi, pourquoi tu avais quand même l'impression profonde de les avoir fait ? Comme si c'était un autre toi, ou dans une autre vie... Une sensation profondément dérangeante. Et plus elle parlait, plus ça t’énervait. Parce que tu te sentais coupable alors que tu n'avais rien fait. Pourquoi te sentais-tu coupable alors que tu innocente ??!
- NON ! NON, JE N'ARRÊTE PAS, TU M'ENTENDS ?!
Tu pétais maintenant un boulon à cause d'une autre raison. A cause de cette sensation désagréable qui s'était  installée en toi. Dylan avait réussi à te péter le cerveau. A te rendre aussi cinglée qu'elle. C'était la seule explication plausible que tu voyais pour expliquer le fait que tu ressentais avoir fait quelque chose que pourtant tu n'avais pas fait. Ta sœur t'avait rendu folle. De rage, tu balanças une énième tasse qui cette fois-ci l'atteignit en plein visage. Entre temps, quelque chose retint ton attention et tu détournas le regard de ta sœur un moment. Du sang coulait à nouveau de ton nez. Comme la dernière fois, lors de ta dispute avec tes parents. Et exactement comme ce jour-là, la température dans cette pièce avait grimpé à un degré insoutenable. Qu'es-ce que tout cela signifiait ?

Tu n'eut pas le temps de réfléchir longtemps. A peine relevas-tu les yeux pour voir un énorme boa noir se déployer et venir s'enrouler autour de toi. Tu n'eus même pas le réflexe de réagir. Ni même celui d'avoir peur. Tu étais en train de te faire constricter dans les replis d'un boa. Un énorme boa. Tu sentais le sang quitter ton visage. Ta respiration coupa. Tu te sentais mourir. Pourtant, tu ne quittais pas le serpent des yeux. Qui lui non plus, ne te quittait bizarrement pas. Tu n'en revenais pas que Dylan ait mise sa menace à exécution et ait fait sortir Kalis. Elle ne blaguait donc pas. Elle voulait vraiment te tuer. Tu atteignais ta limite. Te sentais perdre pied. Et par on ne sait quel miracle, le serpent te lâcha soudain, s'éloignant de toi. Tu t’écroulas au sol, à demi inconsciente. Tu n'eus que le temps de voir la chose plus incroyable qu'il eut été donné de voir. Dylan. Ta sœur. Le serpent venait de métamorphoser en Dylan. Non. Non, c'était ta mort prochaine qui te faisait sûrement délirer. Ce n'était absolument pas possible. Tu entendis à peine ce qu'elle disait. Mais quand tu la vis partir, tu fit de ton mieux pour la retenir.
- Dylan... Mon bé-bé... Dyl... Je suis enceinte...
Ta voix était très faible. T'avait-elle seulement entendue ? Tu ne sais pas. Mais toi eut le temps d'entendre la porte de sa chambre claquer, avant de sombrer dans le néant. Dylan aura réussi à te tuer. Et avec toi, un petit être innocent qui n'avait même pas eu le temps de devenir fœtus.
© 2981 12289 0
MessageSujet: Re: Nevaska + Géographiquement parlant, on ne sera jamais compatibles. Mer 26 Juil - 12:57
avatar

BY MY WAY
Dispo ?: Yes !
Nature:
Lieeens :
Let's just... have fun !
♦ Byw depuis le : 17/06/2017
♦ Posts : 105 ♦ Rps : 12
♦ Adresse : Un luxueux loft à Marina District.

Alaska

Voir le profil de l'utilisateur
Géographiquement parlant, on ne sera jamais compatibles.

NEVASKA
Tu ne sus pas combien de temps tu restas à pleurer dans ton lit. Peut-être une trentaine de minutes. Peut-être même une heure. Tu n'en sais rien. Mais entre temps, tu reçus l'appel de d'Aiden, ton coloc, qui annonça qu'il ne rentrera pas ce soir. Il fallait donc que tu sortes aller vérifier que tu avais bien fermé la porte en rentrant et accessoirement vérifier si Alaska était toujours là ou déjà partie. Tu préférerais vraiment qu'elle soit partie. Tu ne voulais plus jamais revoir cette fille. Tu ne comprenais pas pourquoi votre dispute t'avait autant affecté. Mais en même temps, qui ne se serait pas sentie affectée ? Ce qu'Alaska avait fait subir à sa sœur était immonde. Ce qu'elles s'étaient fait subir l'une à l'autre, d'ailleurs. Mais s'il y avait un choix à faire, tu resterais du côté de Dylan. Sa propre petite sœur avait payé des gens pour qu'on la viole. Peut-être le fait que tu te retrouves dans son corps te faisait te sentir violée aussi. Tu n'en savais trop rien. Mais une chose était sûre: il n'y aura jamais, au grand jamais une relation de sororité entre Alaska Rossum et toi. Cela était im-pen-sable.

Tu te décidas enfin à sortir de la chambre, aller vérifier ce qui doit être vérifié et revenir te coucher, peut-être avec une tasse de thé. Si tasse, il y en avait encore d'intact dans cet appart. A première vue d’œil, tout semblait normal. Pas d'Alaska à l'horizon. Tu allas vérifier ta porte avant de te diriger vers la cuisine. C'est alors que tu la vis. Là, par terre. Exactement à l'endroit où elle semblait être tombée quand tu l'as entendu. Elle semblait... morte.

- Alaska?

Ta voix était légèrement plus craintive que tu ne l’aurais voulu. Si ça se trouve, elle était de te jouer de la comédie. Pour te faire culpabiliser. Cette fille était capable de tout et de n’importe quoi. Tu tendis un pied pour la toucher et la faire bouger mais elle ne réagit pas.

- J’ai juste envie de te laisser planter là. Tu te réveilleras quand tu le voudras.

Tu l’enjambas et te dirigea vers le frigo, ne sachant même plus trop ce que t’étais venue faire à la cuisine. La situation te perturbait. Si elle voulait mourir, qu’elle choisisse un endroit autre que ta cuisine pour le faire ! Tu sortis un pot de tu ne sais même pas quoi que tu déposas sur la table de travail. Debout, tu la regardais. Quelques secondes. Puis ta conscience prit le dessus.

- Je te jure que si c’est une blague, je te mets à la porte sur le champ, quelque soit l’heure qu’il fait ! Alaska ? Alaska !

Rien. Nada. Elle ne bougeait pas d’un poil. Cette fois-ci réellement inquiète, tu te baissas pour la secouer. Assez fortement d’ailleurs. Puis d’une main hésitante, tu pris son pouls. Tu déglutis avec peine. Très faible. Très faible.

- Oh non, non, non, non, Alaska ! Alaska réveille-toi, je t’en supplie ! Alaska !

Ambulance. Ambulance tout de suite ! Tu courus vers le téléphone sans même regarder où tu mettais les pieds, ce qui eut pour résultat de te prendre quelques morceaux de verres cassés dans tes pieds. C’est le châtiment de la vie. Tu étais tellement paniquée que tu ne sentis pas la douleur sur le coup. Tu as souhaité la mort de cette fille mais pas dans ton appart ! Et pas toi en tant qu’assassin ! Mais non, ce n’est pas possible, tu ne l’as pas tué. Ce n’était qu’un cauchemar. Un horrible cauchemar duquel tu te réveilleras bientôt.

- Quelques heures. Je ne l’ai eu dans ma vie que pendant quelques heures et je suis déjà un assassin ! Comment elle fait pour tout détruire sur son passage?

Tu refusais de te l’avouer mais tu étais carrément en crise de panique. Pour une raison totalement inconnue et incroyable, tu étais inquiète pour elle. Qu’elle aille bien. Qu’il ne lui arrive rien. Sûrement parce que tu ne voulais pas avoir quoi que ce soit la concernant sur la conscience. Ou peut-être simplement parce tu avais plus d’humanité qu’elle et sa sœur. Ça doit sûrement être les deux.

A l’hôpital quelques minutes plus tard, tu tournais comme un lion en cage, te rongeant les ongles jusqu’à sang. Tu avais dû légèrement mentir par omission, en affirmant simplement que vous étiez sœurs – ce qui a failli t’écorcher la langue – et qu’elle était tombée évanouie alors que vous aviez une violente dispute. Ce qui n’était pas loin de la vérité. Qu’est-ce que tu aurais bien pu dire d’autre ? Que tu t’étais transformée en boa géant et que tu l’avais étouffé ?

- Mlle Rossum?
- Oui! C’est moi ! C… comment elle va ?
- A priori, tout va bien. On va la garder en observation jusqu’à demain, cependant. Rien d’alarmant mais vu que sa grossesse est encore à une étape où les fausses couches sont…
- Attendez, attendez, rembobinons quelques secondes. Sa grossesse ? Sa grossesse ? Quelle grossesse ? E-e-lle n’est pas enceinte. Elle n’est pas enceinte… elle est enceinte ? Tu parlais tellement rapidement qu’on aurait dit qu’il y avait des piles électriques dans ta bouche.
- D’environ trois semaines d’après les tests sanguins. Vous ne le saviez pas, apparemment.

Oh non mais évidemment que tu le savais. Tu t’amuses simplement à jouer les ignorantes, histoire d’amuser la galerie. T’as l’air d’un clown, c’est normal. Non mais !

- Vous pouvez la voir maintenant mais pas pour très longtemps, il faut qu’elle se repose.
- Euh non merci. Je vais juste attendre là, ou peut-être rentrer à la maison et…
- Oh pardon, désolée, je n’ai pas été assez claire. Elle demande à vous voir. Vous êtes bien Dylan Rossum n’est-ce pas ? Votre sœur a dit que si vous ne passiez pas la voir tout de suite, elle se planterait la seringue de son sérum dans la gorge. J’ai dû mettre un infirmier dans la chambre pour la surveiller mais nous n’avons pas assez d’effectif pour nous permettre ce genre de service de sécurité alors si vous voulez bien me suivre svp. C’est par là.

Tu étais tellement sonnée que tu ne pipais plus mot. Alaska. Enceinte. Qui menaçait de se suicider dans un hôpital si toi Nevada ne venait pas la voir. Peut-être qu’au lieu de chercher à l’étouffer elle, tu aurais dû te pendre toi.
© 2981 12289 0
MessageSujet: Re: Nevaska + Géographiquement parlant, on ne sera jamais compatibles. Jeu 27 Juil - 1:27
avatar

BY MY WAY
Dispo ?: Oui !
Nature:
Lieeens :
No matter...
I only wanna do bad things to you.
♦ Byw depuis le : 08/07/2017
♦ Posts : 37 ♦ Rps : 10
♦ Adresse : En discussion...

+Nevaska

Voir le profil de l'utilisateur
I hate you, I love you,
I need you... Don't let me down, sis.
Tu te réveillas dans un lit d'hôpital. Tu avais encore la tête qui tournait. Mais au moins, tu étais encore vivante, c'était déjà ça. Tu demandas d'abord comme tu avais atterri là. Puis, comment allait ta grossesse. Tu ne sais pas si tu fus soulagée d'apprendre que tout allait à peu près bien de ce côté-là. Mais en même temps, tu ne t'inquiétas pas réellement non plus quand l'infirmière parla de potentilles complications à venir. C'était donc assez confus, niveau toi et bébé. Par contre, ce qui était extrêmement claire, c'était que tu voulais voir Dylan. Tu lui envoyas un message très clair. Elle avait plutôt intérêt à rappliquer parce que tu te sentais totalement capable de mettre ta menace à exécution. Tu avais besoin de lui parler et vu que tu ne pouvais sortir d'ici avant demain, alors ça ne pouvait attendre. Votre dispute te revenait encore en tête. Vous n'en aviez jamais eu d'aussi violente. Déjà que vous ne vous parliez pas, alors vous disputer était trop vous demander. Tu as toujours su que Dylan te détestait et tu le lui rendais plutôt bien, de ton côté. Seulement, tout ce qui avait été dit quelques heures te taraudait encore. Plusieurs choses. Comme toutes ces accusations qu'elle t'avait lancé au visage. Comme d'apprendre que les parents lui avaient mis autant de pression. Comme de la voir se transformer en boa. Ou plutôt l'inverse. Mais ça, ça a dû être l'effet de ton inconscience. C'est ce que tu voulais croire... Bref, il fallait que tu lui parles.

Tu la vis entrer et tu souris intérieurement de satisfaction. Qu'elle t'ait emmené à l'hôpital était bien la preuve qu'elle ne voulait pas te tuer n'est-ce pas ? Qu'il y avait encore une toute petite once de lucidité ou d'humanité en elle. Tu voulais bien y croire. Tu te redressas et lui fit signe de s'approcher, puis de s'asseoir à côté, sur le lit. Tu la regardas un moment, essayant de comprendre ce qui se passait dans cette tête totalement déréglée. Dylan était folle. Pour toi, ça ne faisait aucun doute.
- Tu as appris pour ma grossesse, je suppose ? Rassure-toi, je ne veux plus rien de toi. Je ne vais pas revenir dans ton appart, je vais essayer de me débrouiller... toute seule. Ce n'est pas pour ça que je t'ai appelé. Je voulais que tu m'expliques... Je veux que m'expliques pourquoi tu m'as accusé de toutes ces ignominies ? Dylan, tu le sais que ce n'est pas vrai, n'est-ce pas ? Tu sais que je ne t'ai jamais fait subir toutes ces immondes, hein que tu le sais ?
Tu parlais tout bas, lentement, comme on parlerait à une enfant ou à une attardée. Cette désagréable sensation était en train de te revenir. Cette impression que tu mentais. Que tu étais coupable. Tu essayas de l'ignorer.Tu n'avais rien fait, tu ne te reprochais rien. Et tu voulais entendre ta sœur le dire. Avant de décider s'il y avait ou non une chance que tu la laisses en liberté, ou que tu las fasses interner dans une hôpital psychiatrique, comme tu aurais dû le faire depuis longtemps. Si elle pouvait imaginer ce genre de mensonges dans sa tête et y croire dur comme fer, alors il fallait bien se le dire en face: Dylan Rossum était mentalement atteinte.
© 2981 12289 0
MessageSujet: Re: Nevaska + Géographiquement parlant, on ne sera jamais compatibles. Jeu 3 Aoû - 19:04
avatar

BY MY WAY
Dispo ?: Yes !
Nature:
Lieeens :
Let's just... have fun !
♦ Byw depuis le : 17/06/2017
♦ Posts : 105 ♦ Rps : 12
♦ Adresse : Un luxueux loft à Marina District.

Alaska

Voir le profil de l'utilisateur
Géographiquement parlant, on ne sera jamais compatibles.

NEVASKA
Tu te sentais rassurée de voir qu'elle allait bien. Enfin, elle avait toujours l'air faible mais au moins elle était en vie quoi. Tu ne sais pas comment tu l'aurais vécue si tu l'avais tué... Très mal en tout cas. Tu n'es pas une meurtrière. Et cette fille a beau de chauffer le sang, tu n'avais aucunement envie de te salir les mains et la conscience en la tuant. Par contre, tu étais assez curieuse de savoir la raison pour laquelle te voir lui était aussi urgent. Après cette violente dispute, tu aurais dû être la dernière personne sur terre à qui elle souhaiterait parler. Ton instinct te prédisait que cela ne sentait rien de bon. Et ton instinct avait raison. Tu la regardais éberluée, partager entre l'envie de lui cracher au visage, de l'étouffer avec son coussin ou mettre sa propre menace à exécution et lui enfoncer l'aiguille de sa seringue dans la gorge. Comment osait-elle essayer de te manipuler le cerveau en te faisant croire que tu mentais ?

- Tu sais que tu es vraiment malsaine et tordue comme fille ? Et vraiment maboule aussi ? Je ne sais même pas si je devrais te recommander à un psy parce que je crois que n'importe quel être deviendrait fou à ton contact. Tu es bonne à interner, Alaska.

Tu te levas pour te diriger vers la porte, comme si là tu en avais fini avec elle pour de bon. Et intérieurement c'était le cas, parce qu'à ce stade, tu en arrivais même à avoir peur d'elle. Évidemment, considérer que Dylan avait menti et que sa sœur n'avait rien fait de toutes ces horreurs était encore plus perturbant. Dans ce cas-là, c'est Dylan qui était totalement maboule dans son esprit. Mais étrangement, tu avais la conviction que ce n'était pas le cas. Ce n'était pas simplement le fait d'avoir lu ses journaux - et de croire dur comme fer qu'il était vraiment improbable qu'elle se mentait à elle-même jusqu'à ce point -. Tu pouvais ressentir sa souffrance, sa douleur face à toutes ces atrocités qu'elle a subi. Presque comme si c'était à toi que c'était arrivé. C'était peut-être le fait de loger dans son corps qui te permettait de ressentir ses émotions mais tu étais persuadée que Dylan n'avait pas menti. Et si sa petite sœur pouvait prétendre être totalement innocente face à ses accusations, au risque de te répéter, cette fille était bonne à interner. Mais alors que tu te dirigeais à la hâte vers la sortie, tu repensas à quelque chose que Dylan avait écrit. Aussi méchante et cruelle qu'elle soit, elle reste ma petite-sœur. Le même sang coule dans nos veines. Si c'était à refaire, je ne souhaiterais pas qu'elle ne soit jamais née. Je souhaiterais trouver ce qui n'a pas fonctionné. Trouver l'erreur. La réparer. Et avoir une petite-sœur normale. Tu restas debout une éternité, à tourner cette phrase en boucle dans ta tête. Tu ne savais pas pourquoi tu y repensais maintenant. Mais tu avais comme la sensation que si elle était encore là, Dylan n'aurait pas tournée le dos à sa petite-sœur. Elle ne l'aurait pas laissé tomber. Mais même avec toute la volonté du monde, il t'était impossible d'envisager prendre cette fille chez toi. Elle te faisait peur. Vraiment très peur. Tu ne peux pas vivre avec elle et te sentir en sécurité, c'était impossible.

Tu revins néanmoins sur tes pas,  restant debout à une bonne distance du lit.

- Qu'est-ce que tu comptes faire à propos de la grossesse ? Tu... vas la garder ?

Ça te perturbait de poser cette question. Pour toi, ça coulait de source qu'il fallait qu'elle garde ce bébé mais avec cette fille, il fallait s'attendre à tout. Tu espérais seulement qu'elle ne te dira pas non parce qu'à partir de là, il faudra que tu sois présente pour la convaincre du contraire. Une perceptive qui ne t'enchantait guère.
© 2981 12289 0
MessageSujet: Re: Nevaska + Géographiquement parlant, on ne sera jamais compatibles.
Nevaska + Géographiquement parlant, on ne sera jamais compatibles.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» La lumière ne sera jamais faite sur cette affaire.
» Plus rien ne sera jamais comme avant. {Leah}
» [Année 2021 - 2022] La haine ne sera jamais une part de l’amitié ! [Anoushka & Keagan]
» [Libre] Les folies sont les seules choses qu'on ne regrette jamais
» Les aventuriers vont jamais tout droit...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
By Your Way :: San Francisco City :: Marina District :: Les logements-
Sauter vers: